Bienvenue au pays de l’hiver : Quoi faire après une tempête?

Par Jennifer Barnable, rédactrice principale de contenu numérique

Cette série d’articles vise à aider les personnes nouvellement arrivées au Canada à se préparer aux rigueurs de l’hiver canadien et aux défis auxquels elles pourraient devoir faire face. Nous y offrirons des conseils pratiques sur les façons d’assurer sa sécurité par temps froid ainsi que de l’information sur le secourisme et les urgences comme les tempêtes hivernales et les pannes d’électricité.

Le blizzard s’est enfin estompé et la neige a arrêté de tomber. Enseveli sous la neige, votre domicile est plongé dans le noir, mais heureusement, toute la maisonnée est saine et sauve. En contemplant la puissance de mère Nature, vous vous demandez quoi faire alors que le monde extérieur est recouvert de neige et de glace.
 
Originaire du Chili, la famille Espinoza vit son premier hiver canadien.
Originaire du Chili, la famille Espinoza vit son premier hiver canadien.
Les nouveaux arrivants et arrivantes doivent faire face aux répercussions des urgences hivernales de façon sécuritaire, stratégique et calculée.

C’est pourquoi l’équipe Réduction des risques liés aux catastrophes de la Croix-Rouge canadienne et l’Immigrant Services Association Nova Scotia (ISANS) travaillent de concert pour fournir aux personnes nouvellement arrivées des connaissances pratiques et des conseils pour les aider se préparer à se préparer à nos puissantes tempêtes hivernales.

Dans le cadre de son travail, Laurence Huneault, conseillère, Préparation et résilience au bureau de la Croix-Rouge canadienne de Montréal, élabore des ressources, des outils et des projets favorisant la préparation aux urgences pour renforcer la résilience communautaire. Voici quelques conseils qu’elle donne régulièrement aux personnes nouvellement arrivées au Canada :

« Les gens réagissent tous différemment aux imprévus, explique-t-elle. En cas d’urgence, comme les tempêtes hivernales, surveillez vos réactions, ainsi que celles des membres de votre famille et aidez les autres si vous vous en sentez capable. Suivez les directives de santé publique de votre province ou de votre territoire, et vérifiez si vos proches et les gens de votre quartier ont besoin d’une assistance particulière s’ils vivent seuls, ont un handicap ou sont âgés. »

Reconnaître les risques après une tempête
Laurence recommande de suivre les conseils pratiques qui suivent après une urgence ou une tempête hivernale :
  • Dans la mesure du possible, évitez de vous déplacer et écoutez les nouvelles et la météo locales pour vous informer de l’état des routes et des conditions météo.
  • Faites attention aux effets de refroidissement éolien et évitez d’exposer inutilement toute partie de votre corps au froid.
  • Si vous devez sortir, habillez-vous chaudement et surveillez les signes avant-coureurs d’engelure ou d’hypothermie. Si vous avez des animaux de compagnie, gardez-les au chaud à l’intérieur.
  • Une fois la tempête passée, revoyez votre plan d’urgence familial et profitez-en pour réapprovisionner votre trousse d’urgence.
  • S’il y a une grosse accumulation de neige ou de glace, dégagez la neige avec prudence et évitez de vous surmener. Déplacez-vous prudemment sur la glace et utilisez du gros sel pour la faire fondre.
  • En cas de panne d’électricité, attendez que le système électrique de votre résidence se stabilise avant de rebrancher vos outils et appareils électroménagers. Vérifiez le contenu de votre réfrigérateur, votre congélateur et votre garde-manger pour jeter tout aliment avarié.
  • Si une personne souffre d’une urgence due au froid, prenez les mesures nécessaires pour assurer sa sécurité, mettez-la à l’abri et prodiguez-lui les premiers soins ou trouvez une personne qui pourra vous aider.
Rester au chaud et en sécurité lors d’une panne d’électricité

Autrefois nouvelle arrivante, Albina Ziatdinova aide maintenant d’autres personnes à préparer leur nouvelle vie au Canada par l’entremise du programme Arrive Prepared de l’ISANS. Elle se souvient de ses premiers hivers à Halifax, en Nouvelle-Écosse.
 
Albina Ziatdinova sait maintenant de quel bois se chauffe l’hiver du Canada atlantique.
Albina Ziatdinova sait maintenant de quel bois se chauffe l’hiver du Canada atlantique.
« Les deux-trois premiers hivers nous ont pris par surprise. Parfois, juste après une tempête de neige, le temps s’adoucit tout d’un coup, explique-t-elle. La neige commence à fondre, et les rues se remplissent de flaques d’eau. La nuit venue, le mercure redescend et toute cette eau gèle. »

« Le lendemain matin, on ne sait jamais s’il faudra marcher comme un pingouin jusqu’à l’auto au risque de passer tout droit à cause de la glace! On garde toujours du gros sel dans le garage pour la faire fondre. On a aussi de bons pneus d’hiver et des crampons pour marcher en toute sécurité, surtout après une pluie verglaçante ou une tempête de verglas. »

Les pannes d’électricité causées par les tempêtes hivernales ont aussi conscientisé Albina. « Vivre ici, au Canada atlantique, nous a fait découvrir à ma famille et moi une tout autre facette de l’hiver. Une nuit d’hiver, lorsque mon fils avait à peu près trois ans, une violente tempête a frappé, se souvient-elle. Quand on s’est levé, on n’avait plus d’électricité et il faisait très froid dans la maison. Mon mari devait aller travailler, alors mon fils et moi sommes allés déjeuner dans un Tim Hortons qui avait encore de l’électricité, puis nous sommes allés à la bibliothèque pour rester au chaud jusqu’à ce que le courant soit rétabli dans notre quartier. »

Elle ajoute : « Finalement, on a passé une super belle journée, parce qu’on a trouvé quoi faire pour rester au chaud, manger et rester en sécurité. Depuis, on a installé un autre appareil de chauffage à la maison, et on garde des provisions et d’autres articles au cas où l’on serait coincé à la maison à cause de conditions météo extrêmes. »

Se préparer aux pannes d’électricité en plein hiver
Dentistes de profession, Shirin Jalali et Ramin Hakimi se sont établis au Canada atlantique après avoir quitté leur Iran d’origine.

« Je suis née et j’ai grandi dans une région où les hivers sont froids et venteux, et où il tombe beaucoup de neige, explique Shirin. Je pensais connaître les rigueurs de l’hiver, mais j’avais tort! Au Canada, l’hiver est bien plus rude que dans mon pays. »

« En prévision des tempêtes hivernales, je m’assure de toujours avoir des objets essentiels, comme des chandelles, des couvertures et une radio à pile, juste au cas où il y aurait une panne d’électricité. Je suis prévoyante depuis qu’on a manqué d’électricité pendant une semaine après le passage de l’ouragan Dorian. »
 
Shirin Jalali et Ramin Hakimi font souvent de longues marches après les tempêtes hivernales.
Shirin Jalali et Ramin Hakimi font souvent de longues marches après les tempêtes hivernales.
Ramin, son mari, ajoute : « Ici, les tempêtes hivernales sont rudes, froides et venteuses, et les chutes de neige sont abondantes. On préfère avoir les outils pour se réchauffer chez nous en cas de panne d’électricité, c’est pourquoi on a un foyer au propane et plusieurs couvertures. »

« On ferme aussi les portes des pièces qu’on utilise moins pour que les pièces principales de la maison restent chaudes. Comme Shirin le disait, on a le nécessaire pour rester plusieurs jours à la maison, comme des conserves et d’autres aliments faciles à réchauffer, et assez d’eau pour s’hydrater et se laver. »

Shirin dit fièrement qu’elle est devenue amatrice de l’hiver. Avec les balades dans les beaux sentiers enneigés et les bonshommes de neige, elle se sent vraiment Canadienne. « J’aime même pelleter de la neige après les grosses tempêtes! » Son mari abonde dans le même sens : « La première chose que l’on fait après une tempête de neige, c’est un chemin pour pouvoir sortir de la maison de façon sécuritaire. Je fais vraiment attention en pelletant de la neige pour ne pas me faire mal au dos. Et, conclut-il, il ne faut surtout pas omettre de porter de bons vêtements d’hiver. »

Une nouvelle sensation du froid
Dans les dernières années, Jaime Espinoza et sa famille ont quitté le Chili pour déménager en Norvège, puis au Canada. L’ingénieur de formation vient tout juste de vivre sa première vraie tempête de neige à Halifax.

« À Santiago, au Chili, hiver rime avec saison des pluies, où le temps est frais et le ciel, tout simplement magnifique. Le mercure chute rarement sous zéro. La première fois que j’ai réellement fait l’expérience du grand froid hivernal, c’était en décembre 2019, en Norvège. J’ai cru que cette expérience nordique me préparerait aux hivers canadiens. Ça fait maintenant quelques semaines que ma famille et moi apprivoisons l’hiver en Nouvelle-Écosse, et on découvre une toute nouvelle sensation de froid. Ici, le vent pénétrant donne l’impression qu’il fait bien plus froid que ce qu’indique le thermomètre. »
 
Jaime Espinoza, après sa première tempête de neige à Halifax, en Nouvelle-Écosse.
Jaime Espinoza, après sa première tempête de neige à Halifax, en Nouvelle-Écosse.
Jaime, sa femme et ses fils ont appris qu’il est important de suivre les prévisions météorologiques non pas juste avant une tempête, mais durant et après celle-ci. « Il faut s’adapter aux conditions au fur et à mesure qu’elles évoluent. On a remarqué que la température change rapidement, ici. Heureusement, nous vivons dans un appartement très bien isolé et muni d’un système de chauffage performant et d’un système d’alimentation de secours. »

« Avant une tempête, on s’assure d’avoir de quoi subvenir à nos besoins pendant quelques jours, et pendant, on se divertit en jouant de la musique et en chantant ensemble, on lit, on dessine et on fait d’autres activités. »

L’étape qui inquiète le plus Jaime est celle qui suit la tempête. « J’espère que l’on va s’habituer aux chutes de température. Les jours qui suivent une tempête me préoccupent plus que la tempête elle-même. Évidemment, tout comme la population chilienne a appris à vivre avec des tremblements de terre, la population canadienne a appris à aimer l’hiver et la neige. J’espère que je vais apprendre à aimer ça aussi! »

Souhaits d’hiver pour les nouveaux Canadiens et Canadiennes

Pour obtenir d’autres conseils sur les gestes à poser après une tempête hivernale, nous vous invitons à consulter les sites www.croixrouge.ca/pret et www.preparez-vous.gc.ca. Si vous n’avez pas lu tous les billets de notre série « Bienvenue au pays de l’hiver », cliquez sur les liens ci-dessous pour obtenir d’autres conseils de préparation hivernale, et faites-en part à vos proches, à vos voisins et voisines ou à vos collègues qui viennent d’arriver au pays.

Nous vous souhaitons un hiver sous le signe de la sécurité! Encore une fois, bienvenue au Canada!

Souhaitez-vous être mieux préparé(e) aux rigueurs de l’hiver canadien? Inscrivez-vous à notre atelier d’initiation au secourisme, offert en plusieurs langues et formats, ce qui est idéal pour les personnes nouvellement arrivées au Canada. Téléchargez l’application de secourisme de la Croix-Rouge canadienne pour avoir toutes ces connaissances essentielles à portée de main. L’application est gratuite, interactive et fonctionne même sans connexion Internet.
 
Articles connexes :
Bienvenue au pays de l’hiver : Comment aider les nouveaux arrivants et arrivantes à vivre leur premier hiver
Bienvenue au pays de l’hiver : Comment bien se vêtir durant la saison froide
Bienvenue au pays de l’hiver : Comment survivre à la saison froide
Bienvenue au pays de l’hiver : Bien se préparer aux tempêtes et aux urgences hivernales
Initiation au secourisme : Une formation adaptée à vos besoins
comments powered by Disqus