La Croix-Rouge aide les services d’incendie à combattre les flammes et la COVID-19

Par Russ Courtney, gestionnaire des communications
 
À la fin juin, des pompiers et pompières sont arrivés en renfort à Sudbury pour protéger les communautés du nord de l’Ontario. Peu après leur atterrissage, la Croix-Rouge canadienne a veillé à ce que la pandémie ne devienne pas un obstacle de plus à leur travail.

Combattre les feux de forêt a toujours représenté un défi, mais encore une fois cette année, la COVID-19 ne rend pas la tâche facile au service d’incendie. En effet, les membres de l’équipe travaillent en contact étroit et pourraient donc facilement se transmettre le virus.
 
Le personnel de la Croix-Rouge à Sudbury a administré plus de 80 tests rapides de détection des antigènes de la COVID-19 en seulement deux heures et demie pour protéger les pompiers et pompières. Ainsi, l’équipe et le personnel de soutien qui a atterri en Ontario pouvaient combattre les feux en sachant qu’ils ne propageraient pas le virus.

Trois travailleurs portent un uniforme de protection et regardent la caméra
Le personnel de la Croix-Rouge canadienne à Sudbury, de gauche à droite : Joseph Attai, Aaron Ferretti, et Charles Kalandala Kashala.


Le centre de dépistage de Sudbury est l’un des centres où la CRC appuie le ministère du Développement du Nord, des Mines, des Richesses naturelles et des Forêts en lui fournissant des tests rapides antigéniques Panbio. Le ministère opère plus d’une douzaine de centres de dépistage comme celui-ci dans le nord de l’Ontario. Ces tests offrent des résultats en à peine 15 à 20 minutes, ce qui permet au ministère de détecter rapidement des cas de COVID-19 qui auraient pu passer inaperçus.

« Les pompiers et pompières travaillent de longues heures dans des régions somme toute isolées, déclare le responsable des Opérations, Tyler Beaton. Si une personne asymptomatique circule dans un camp de base ou monte à bord d’un avion ou d’un hélicoptère, le risque de propagation et de ne pas pouvoir contenir le virus est très élevé. »

Le ministère du Développement du Nord, des Mines, des Richesses naturelles et des Forêts fournit les tests rapides, qui sont administrés par plus d’une trentaine de spécialistes en santé publique et de travailleurs et de travailleuses de soutien en intervention. Ces personnes sont également appuyées par une équipe de près de 20 autres personnes, y compris la responsable en santé publique Neyra Adel, qui a formé les équipes de dépistage en s’assurant qu’elles suivent les normes les plus élevées de prévention et de contrôle des infections.

Les équipes de dépistage peuvent administrer environ 50 à 60 tests rapides par jour, par centre. Dix-huit centres de dépistage se trouvent à Sudbury, Thunder Bay, Haliburton, Cochrane, Timmins, Wawa, North Bay, Hearst, Chapleau, Kenora, Red Lake, Geraldton, Armstrong, Dryden, Sault-Sainte-Marie, Sioux Lookout, Fort Frances, et Pickle Lake.

Chaque centre de dépistage est ouvert de un à quatre jours par semaine selon le nombre de feux qui sévissent dans la région à cette période.

Plusieurs travailleurs portent un uniforme de protection dans les locaux de Thunder Bay
Le centre de dépistage rapide de la Croix-Rouge canadienne à Thunder Bay.


Si le risque d’incendie augmente, le programme de dépistage rapide deviendra encore plus important. Des pompiers et pompières pourraient être appelé(e)s à se rendre dans le nord de l’Ontario plus souvent si la saison des feux de forêt continue de prendre de l’ampleur. Les tests de détection pourraient aider à prévenir la transmission de la COVID-19 dans bien des régions.

« Il y a déjà eu beaucoup de déplacements, et ça démontre l’importance de se faire tester et de s’assurer que les cas ne se propagent pas d’un endroit à l’autre », ajoute Tyler.

Les tests sont administrés sur une base volontaire aux pompiers et pompières qui ne présentent pas de symptômes de COVID-19. La détection des antigènes a commencé le 8 juin et se poursuivra jusqu’à la fin du mois d’août. Depuis le début du programme, le personnel de la CRC a testé une centaine de pompiers et pompières. Les résultats étaient tous négatifs.

« La réponse a été fantastique », avoue Tyler. « Les commentaires que nous recevons du ministère sont tout simplement incroyables ».

Les pompiers et les pompières ont également exprimé leur gratitude à la CRC.
Des dizaines de messages d’appui ont été laissés par le service d’incendie au centre de dépistage de Sudbury. « Merci infiniment pour votre travail », a écrit l’une des personnes ayant reçu un test de dépistage. « A+, vous êtes géniaux », a écrit une autre.

Selon Tyler, la réussite de l’opération repose sur la capacité d’adaptation de la CRC.  

« Nous sommes parvenus à lancer ce programme, de l’élaboration à la mise en place, en à peine deux semaines, déclare Tyler. C’est toute une réussite et ça en dit long sur les capacités de la CRC. »


Articles connexes :

Offrir une aide essentielle pendant la pandémie : le rôle de Rateb Fouad
Donner un sens à sa vie grâce au service : Bobbi Montean, bénévole à la Croix-Rouge
Aider après un incendie résidentiel — Herica, bénévole à Terre-Neuve, raconte son expérience

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à notre infolettre

Abonnez-vous pour obtenir des conseils de sécurité, des histoires du terrain et des informations sur la façon de vous engager auprès de la Croix-Rouge canadienne.

Archives