Aller au contenu
 

Retour aux sources pour la sécurité alimentaire des Autochtones des Maritimes

Visitez notre page de ressources sur la COVID-19 pour consulter les renseignements à jour sur les programmes, les services et les conseils de la Croix-Rouge.

Billet écrit par Melanie MacDonald, coordonnatrice des communications
 
Women of First Light est un organisme sans but lucratif dirigé par des femmes autochtones des Maritimes. Son objectif est de rétablir les communautés, les familles et la société en se rappelant et en perpétuant les traditions ancestrales. 
 
Le groupe a recommencé à organiser des activités d’apprentissage rattachées à la nature, comme le jardinage collectif dans plusieurs communautés de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick. Il s’agit d’un outil éducatif favorisant la sécurité alimentaire des Autochtones.
 
Une des fondatrices de l’organisme, Judy Googoo, est issue de la Première Nation de Wagmatcook. Selon elle, l’alimentation est l’une des principales causes de la prévalence du diabète, des maladies du cœur et du cancer dans sa communauté.
 
« Les gens qui vivent de l’aide sociale doivent se contenter des produits les moins chers à l’épicerie. Ils n’ont souvent pas les moyens d’acheter des fruits et légumes », se désole-t-elle.
 
Pour permettre l’accès à des fruits et légumes, Women of First Light a récemment acheté deux autocuiseurs et du matériel pour la mise en conserve, grâce à l’aide financière du gouvernement du Canada distribuée par la Croix-Rouge canadienne. L’organisme autochtone pourra ainsi remettre des légumes frais et d’autres aliments en conserve aux membres de la communauté dans le besoin, notamment des Anciens et des mères monoparentales. Parce qu’il peut être difficile pour certains de se procurer un congélateur, et qu’il est de toute façon impossible de tout y conserver, des ateliers de mise en conserve d’une durée de deux jours seront offerts dans les deux communautés.
 
Miigam’agan, une mère de clan micmac de la Première Nation Esgenoopetitj, a très hâte d’apprendre à jardiner et de participer aux ateliers de mise en conserve.
 
« Je veux savoir comment prolonger la durée de vie de mes aliments sans devoir y ajouter une grande quantité de sel ou de sucre, déclare Miigam’agan. Ce que nous mangeons doit être le frais et le plus santé possible. C’est comme ça que nous pourrons revenir à un mode de vie durable. »
 
Le groupe se réjouit du financement reçu. Les potagers communautaires permettront aux gens de retrouver une alimentation saine qui contribuera à prévenir diverses maladies. La Première Nation de Wagmatcook fera construire des serres chauffées pour continuer à jardiner pendant l’hiver. Quant à la population d’Esgenoopetitj, elle se dotera d’une serre trois saisons pour étirer le temps des récoltes. Les jeunes des environs pourront continuer de venir cueillir des légumes au potager.
 
Selon Miigam’agan, la sécurité alimentaire et le labeur pour retrouver tout ce qui s’est perdu aident la communauté à se reconnecter à sa mère première, la terre. « La terre influence beaucoup notre façon de penser. Nous ne faisons qu’un avec ce qui nous entoure. Au cœur de notre culture se trouve l’esprit de la vie : nos enfants. Nous nous efforçons de renouer avec le moment présent, la curiosité, l’apprentissage et l’observation, comme les enfants savent si bien le faire. »
 
Dans le but de maintenir les liens entre la communauté et les Anciens durant la pandémie de COVID-19, l’organisme a utilisé une partie des fonds versés par la Croix-Rouge pour acheter un ordinateur qui permettra d’organiser des rencontres virtuelles.
 
« Notre grand rassemblement communautaire se déroule habituellement chaque année en juin. C’est l’occasion pour certains d’obtenir un peu de réconfort et des conseils, précise la coordonnatrice Ishbel Munro. Cette année a été éprouvante pour la population, surtout pour les jeunes, qui trouvent difficile de ne pas pouvoir côtoyer les Anciens. »
 
 
La Croix-Rouge canadienne finance ce projet grâce au généreux soutien du Fonds d’urgence pour l’appui communautaire du gouvernement du Canada.
 
Le programme était offert aux organismes sans but lucratif qui offrent des services aux personnes particulièrement susceptibles de subir les conséquences sanitaires, économiques et sociales de la COVID-19. Consultez le site croixrouge.ca/organismescommunautaires pour en savoir davantage.
 


Sur le même sujet :
comments powered by Disqus