Préparer son enfant à se faire vacciner : une maman de la Croix-Rouge raconte son expérience

Par Robyn Emde, responsable, Santé mentale et soutien psychosocial, Croix-Rouge canadienne

Élaborer un plan et préparer des équipes à aider des enfants de 5 à 11 ans à se faire vacciner contre la COVID-19 est un défi en soi, mais y préparer son enfant est une tout autre expérience.

Je travaille à la Croix-Rouge comme responsable, Santé mentale et soutien psychosocial pour les opérations liées à la COVID-19 en Colombie-Britannique. Nos équipes sur le terrain offrent du soutien aux membres de la population qui se font vacciner dans des cliniques mobiles et de petites et grandes cliniques des autorités sanitaires de la Colombie-Britannique. Nous savons que la pandémie a été difficile pour de nombreuses personnes et que ses effets persistent, c’est pourquoi nous voulons que nos cliniques soient des espaces aussi sécuritaires et chaleureux que possible. Je suis fière du travail que nous avons accompli pour aider les autorités sanitaires à faire en sorte que tous les membres de la population soient accueillis et pris en charge lors de la vaccination.

Les deux enfants Robyn entourent leur mèreLorsque nous avons appris que les enfants âgés de 5 à 11 ans étaient les prochains à se faire vacciner, nos équipes se sont mises au travail. Nous avons discuté de formules clés à employer avec les enfants, de techniques de relaxation et de distraction et d’activités à faire après la vaccination et nous en avons fait part à nos équipes. Nous sommes prêts pour cette campagne de vaccination depuis quelques mois déjà. Hier, j’ai pu tester toutes ces techniques en me rendant au centre de vaccination contre la COVID-19 de Vernon avec mes enfants Piper (7 ans) et Lochlan (5 ans).

À la maison, nous insistons beaucoup sur les choses à faire pour maintenir une bonne santé, comme faire de l’exercice, boire beaucoup d’eau, manger énormément de légumes et se faire vacciner pour se protéger nous-mêmes et nos proches. Nous avons répété la même chose quand il a été question du vaccin contre la COVID-19. Nous en avons beaucoup parlé et nous nous sommes préparés du mieux qu’on le pouvait. Malgré ces encouragements, mes enfants étaient nerveux lorsque nous sommes arrivés au centre de vaccination.

Avant ce jour-là, mes enfants s’étaient toujours fait vacciner dans un cabinet de médecin ou au bureau de santé publique. Or, les cliniques de vaccination contre la COVID-19 sont beaucoup plus grandes et peuvent être intimidantes pour les enfants, comme ce fut le cas pour les miens.

J’ai été rassurée de voir mes collègues de la Croix-Rouge vêtus du dossard rouge et de constater à quel point la clinique était bien organisée. Une entrée séparée, une zone de vaccination, une zone privée et une zone d’observation avaient été aménagées spécialement pour les enfants ce jour-là. Nous avons été accueillis par le personnel infirmier responsable de l’inscription, qui nous a dit à quel point il était reconnaissant du travail de la Croix-Rouge. Avant même qu’il soit question du vaccin, on a offert des activités de coloriage et des autocollants à mes enfants pour les distraire pendant leur visite à la clinique.
Mot d'encouragement sur un petit bout de papier roseIl y avait même un mur sur lequel les enfants vaccinés avaient laissé des mots d’encouragement pour ceux qui étaient nerveux ou craintifs. Mes enfants étaient rassurés pendant un petit bout de temps.

Lorsque le moment de se faire vacciner est arrivé, leur nervosité était palpable. Ma fille a commencé à se tortiller et à dire qu’elle avait peur, mais l’infirmière a été rapide et gentille. C’était terminé en deux temps trois mouvements.

Mon fils était caché derrière ma chaise pendant tout ce temps. Il a commencé à pleurer lorsque son tour est venu. À ce moment-là, ma collègue Dana (superviseure, Bien-être et environnements sécuritaires) est venue à ma rescousse. Elle a installé ma fille sur une chaise à côté de moi et lui a tenu compagnie avec une page à colorier pendant que j’essayais de calmer mon fils. Je n’avais pas assez de deux bras! Il a fallu lui donner une sucette, lui faire écouter Netflix sur mon téléphone et laisser couler beaucoup de larmes, mais nous avons réussi à le vacciner.

Après le vaccin, nous nous sommes tous assis à une table d’enfant dans la zone d’observation pour faire un mot caché et écrire des mots d’encouragement pour les prochains enfants. Ma fille a écrit « tu es un superhéros contre la COVID-19 », et mon fils « je t’aime ». Nous nous sommes tapés dans la main pour célébrer le fait que nous serons bientôt entièrement protégés contre la COVID-19. Nous étions vraiment excités!

Mot d'encouragement sur un petit bout de papier rosePlus tard dans la soirée, mon fils était assis sur mes genoux et il m’a dit : « Maman, pour mon prochain vaccin, je vais écrire “même si tu as peur, tu es courageux” comme note d’encouragement ». Nous avons parlé du fait qu’il est tout à fait normal d’être nerveux, que la nervosité n’empêche pas d’être brave et qu’il est important d’affronter ses peurs pour se protéger et protéger sa famille et sa communauté.

Mes deux enfants ont montré à quel point ils étaient courageux, je suis si fière d’eux. Grâce à la Croix-Rouge, ils se souviennent du soutien qu’ils ont reçu lorsqu’ils étaient nerveux, des activités amusantes proposées par le personnel et des mots d’encouragements qui leur rappellent qu’ils ne sont pas seuls et qu’il est important de faire preuve de courage.

Articles connexes :
Une compagnie de théâtre torontoise fait un retour en force grâce au soutien de la Croix-Rouge
Vaccins contre la COVID-19 : informez-vous auprès de sources fiables
Vaccination contre la COVID-19 – Questions fréquentes
comments powered by Disqus