Du temps pour aider : l’histoire de Rudy Ambtman, bénévole pour la Croix-Rouge

Par Michelle Palansky, conseillère en communications
 
Rudy Ambtman regarde la caméraLes bénévoles de la Croix-Rouge canadienne ont tous le cœur sur la main. Rudy Ambtman, un résident du Manitoba, fait partie de ces personnes sans qui l’organisation ne pourrait venir en aide à celles et ceux qui en ont le plus besoin.
 
« Rudy est bénévole pour le programme Bien-être et environnements sécuritaires et il participe aux interventions en réponse aux feux de forêt depuis décembre 2020. Son dévouement et la qualité de son travail sont exemplaires », affirme Bobbi Yuzark, coordonnatrice, Gestion des urgences.
 
Vous avez bien lu. Rudy fait du bénévolat au sein de l’équipe Bien-être et environnements sécuritaires (BEES) plusieurs fois par semaine depuis plus d’un an!
 
Dès le début des opérations, il a porté assistance à des membres de sept communautés des Premières Nations évacués lors des feux de forêt, et il continue de soutenir des personnes hébergées dans un hôtel de Winnipeg parce qu’elles ont contracté la COVID-19 et ne sont pas en mesure de s’isoler à domicile.
 
« J’aime ce que je fais, et puisque je suis retraité, j’ai beaucoup de temps à donner. Et depuis que la COVID restreint nos déplacements, j’ai encore plus de temps libre », explique Rudy.
 
Psychologue de formation, il a occupé des postes de gestionnaire pendant une trentaine d’années.
 
« L’une des raisons qui m’ont motivé à devenir bénévole pour le programme BEES était de pouvoir interagir directement avec les gens », affirme-t-il.
 
Les bénévoles de ce programme restent à l’affût des enjeux auxquels sont confrontées les personnes dans le besoin et les orientent vers des spécialistes, au besoin. Parfois, même le plus petit geste peut changer le cours des choses.
 
Rudy se souvient d’un homme particulièrement agité à qui il a offert de l’aide. Lorsqu’il lui a demandé ce qui pourrait l’apaiser, l’homme a répondu que sa conjointe lui lisait souvent des passages de la Bible. « Je ne suis pas croyant, mais lorsque cet homme m’a dit que certains passages du livre sacré l’aidaient à se calmer, j’ai accepté de lui en faire la lecture. Ça a produit l’effet escompté, et l’homme était très reconnaissant », poursuit Rudy.
 
Mais son travail ne s’arrête pas là.
 
« Notre rôle consiste à favoriser autant que possible l’autonomisation des personnes. Après avoir fait la lecture à cet homme, je lui ai suggéré de poursuivre l’exercice par lui-même chaque jour en lisant à haute voix les passages qui lui font du bien. Ça donne une idée du genre d’interventions que nous faisons. Nous encourageons les gens à prendre leur santé et leur vie en main. »
 
Les interventions peuvent être éprouvantes, autant pour les bénévoles que pour les personnes secourues. En effet, il n’est jamais facile de quitter sa maison précipitamment pour des semaines, voire des mois, pour échapper à des feux de forêt ou respecter des contraintes d’isolement.

« C’est vrai que notre travail peut être stressant », admet Rudy. « Mais les bénévoles du programme BEES savent comment prendre soin de leur bien-être. Nous avons même créé un groupe de soutien par les pairs, et la Croix-Rouge met à notre disposition des ressources virtuelles que j’ai utilisées à quelques reprises », ajoute-t-il.

Ce qui l’a motivé à se joindre à la Croix-Rouge?
« Je suis retraité, alors je peux occuper mon temps comme bon me semble. L’une de mes priorités est de contribuer à améliorer la qualité de vie des gens. Ça me rend heureux de savoir que j’ai atteint cet objectif à la fin de mes quarts de travail. »
 
Faites comme Rudy en devenant bénévole pour la Croix-Rouge canadienne! Cliquez ici pour découvrir les possibilités de bénévolat.


Articles connexes :
Une sinistrée soutient les efforts de rétablissement de la Croix-Rouge
Un sinistré des feux de Fort McMurray aide des gens inondés en C.-B.
10 minutes suffisent à faire basculer une vie
comments powered by Disqus