Bénévole en santé mentale et étudiante en médecine

Wegdan Rashad Abdelmoemin vit à Toronto depuis un peu plus de deux ans, et a commencé à faire du bénévolat peu après son arrivée. Diplômée en médecine à l’international en psychiatrie et en santé mentale, elle travaille maintenant à faire reconnaître ses qualifications professionnelles au Canada.
 
Wegdan Rashad Abdelmoemin porte un bandeau rose sur la tête en souriant à la caméra« Depuis le jour de mon arrivée au Canada, je suis si reconnaissante de pouvoir m’épanouir que je me suis fait la promesse de donner au suivant à la hauteur de mes moyens, explique Wegdan. Durant la pandémie, j’ai réalisé que les personnes vivant seules devaient trouver le temps long. J’ai donc commencé à chercher des façons de soutenir à distance ceux et celles qui avaient besoin d’une oreille amicale pendant cette période de grande solitude. Dès que j’ai pris connaissance des programmes offerts par la Croix-Rouge canadienne, je me suis portée volontaire. Mon intégration s’est bien déroulée et j’ai eu l’impression d’être à la bonne place, au bon moment. »
 
Wegdan a commencé à travailler auprès de la Croix-Rouge canadienne en octobre dernier comme bénévole pour le programme de réconfort téléphonique des Services de santé et bien-être communautaires. Après avoir complété une formation spécifique au programme et réussi les cours de Premiers secours psychologiques, on l’a jumelée avec une participante au programme située à Sault-Sainte-Marie.

« Nous avons rapidement établi une bonne relation et nous nous parlons chaque semaine.  La participante m’a confié que nos appels sont le moment fort de sa semaine, et c’est le cas pour moi aussi, se réjouit Wegdan. Pouvoir établir un lien avec une personne au moment où les autorités nous demandent de garder nos distances est très précieux. »

Wegdan souligne que ce rôle lui a appris à mieux écouter et à faire preuve d’empathie, de compassion, même si elle a toujours été animée par le désir d’aider les autres.

« C’est la somme de mes expériences qui m’a menée vers le domaine de la santé mentale et de la psychiatrie, explique Wegdan. Durant mes études de médecine, j’ai eu l’occasion d’explorer différentes spécialités, et lors de mes quarts en chirurgie, j’ai remarqué que les patient(e)s déprimé(e)s ou seul(e)s se rétablissaient plus lentement que les patient(e)s de bonne humeur et soutenu(e)s par leurs proches.

« Cette expérience a piqué ma curiosité, et au fil du temps, je me suis rendu compte que notre santé mentale a un impact sur les maladies qui nous affligent et sur notre système immunitaire, notre santé cardiaque, notre peau et presque tous les systèmes du corps. Lorsque j’ai commencé à travailler dans des cliniques psychiatriques, j’ai trouvé un sens et ressenti de la satisfaction à établir un lien authentique avec les gens. Nous pouvons faire le bien autour de nous en écoutant les autres et en cherchant à comprendre leur vécu. »

Wegdan est reconnaissante de faire du bénévolat auprès de la Croix-Rouge canadienne, car cette expérience lui a permis d’améliorer certaines compétences qui lui seront utiles tout au long de sa vie professionnelle et personnelle.
 
« Au fil des discussions avec la personne avec qui je suis jumelée, j’ai vraiment développé mes aptitudes d’écoute et élargi mes horizons. C’est une excellente conteuse et j’aime beaucoup l’écouter. J’ai réalisé que plus mon écoute est attentive et plus je prends le temps de réfléchir aux anecdotes qu’elle me confie et de bien les comprendre, meilleures sont mes réactions. La participante est septuagénaire, et en plus d’avoir été témoin de plusieurs événements historiques, elle a vécu de nombreuses aventures, tragédies et victoires personnelles. Chaque conversation est enrichissante, car je découvre des choses dont je n’avais jamais entendu parler auparavant. Une de mes anecdotes préférées porte sur son expérience électrisante et chaotique au festival de musique de Woodstock, en 1969. »
                                                                                                                                 
Même si Wegdan est positive de nature, elle sait bien que la vie est faite de hauts et de bas, et que les difficultés et les problèmes de la vie courante ne peuvent pas toujours avoir un côté positif. Son travail lui a permis de comprendre qu’il est important d’écouter et de valider les émotions et les expériences des personnes qui se confient à elle.
 
« Tous les appels sont différents, et les conversations avec ma partenaire ne sont pas toujours joyeuses, explique-t-elle. Il y a des moments où la conversation tombe à plat ou des journées où nous avons moins d’énergie. J’ai appris que la meilleure approche est d’accepter ces moments-là et de laisser la conversation suivre son cours naturellement. J’ai aussi appris à être plus authentique et fidèle à moi-même durant ces interactions, et j’en suis reconnaissante. En ce moment, je travaille sur ma demande d’admission à la résidence en psychiatrie au Canada, et j’ai déjà hâte de mettre en pratique les aptitudes que j’ai développées à la Croix-Rouge canadienne. »
 
Souhaitez-vous faire du bénévolat pour la Croix-Rouge canadienne? Découvrez les possibilités de bénévolats qui pourraient vous intéresser.
 
Sur le même sujet

Tout est possible quand il s’agit d’aider les autres
Un bénévole spécialisé en maladies infectieuses aide sa communauté
Un nouveau citoyen canadien redonne à son pays d’accueil
comments powered by Disqus