Une médecin de l’Équateur participe aux opérations de la Croix-Rouge en réponse à la COVID-19

Par Kathy Mueller, conseillère principale en communications à la Croix-Rouge canadienne​
 
« J’ai découvert que je suis tout à fait capable de réaliser tout ce à quoi j’aspire vraiment », déclare la Dre Denisse Borbor après son quart de travail dans un établissement de soins de longue durée du Québec.

Cette diplômée en médecine à l’international est actuellement conseillère en santé publique à la Croix-Rouge canadienne, où elle dirige les équipes responsables de la prévention et du contrôle des épidémies qui sont au front dans l’intervention contre la COVID-19.

La Dre Borbor se trouve loin de l’Équateur, son pays natal, et il lui a fallu beaucoup d’efforts, de la persévérance et le soutien de sa famille pour arriver ici. Débarquée au Canada en 2015, la Dre Borbor s’est installée à Montréal avec ses parents et son plus jeune fils. Bien qu’elle ait pratiqué la médecine en Équateur, la Dre Borbor ne possédait pas encore de diplôme équivalent à son arrivée au Canada. Elle a donc décidé de suivre des études de médecine et d’apprendre le français, tout en retournant de temps à autre dans son pays d’origine pour y effectuer du travail clinique et maintenir ses compétences à jour.
Cinq ans et deux enfants plus tard, la Dre Borbor ne pouvait toujours pas pratiquer son métier malgré la reconnaissance de son diplôme par les autorités canadiennes. Elle venait de reprendre ses études de français lorsque la pandémie est survenue. Tout s’est arrêté.
Dre Borbor
« J’avais besoin de me rendre utile, de m’impliquer et de soutenir la communauté pour la remercier d’avoir tant fait pour moi », explique la Dre Borbor. Son mari a repéré une offre d’emploi destinée à des personnes diplômées en médecine à l’international pour participer aux opérations contre la COVID-19. La Dre Borbor a envoyé sa candidature et très vite, elle s’est retrouvée dans les couloirs d’établissements de soins de longue durée touchés par la pandémie, à offrir du soutien, des conseils ainsi qu’une formation aux employés, sans oublier de rassurer les résidents, de maintenir ses distances et de revêtir son équipement de protection individuelle.

« Dès le premier jour, je me suis sentie à ma place, indique la mère de trois enfants. Mon français n’est toujours pas parfait, mais mes collègues avaient confiance en moi. Ils m’ont soutenue comme le font les membres de ma famille ».

Après quelques semaines, la Dre Borbor, qui est maintenant citoyenne canadienne, a été promue au rang de chef d’équipe. Elle se décrit elle-même comme une adepte de câlins et trouve difficile de ne pas pouvoir serrer les résidents dans ses bras afin de leur remonter le moral. « Ma grand-mère est décédée au début de la pandémie et je pense beaucoup à elle quand j’offre du soutien aux résidents, déclare-t-elle. Le confinement prolongé a des effets psychologiques très difficiles sur les résidents. Je ne peux pas les toucher, alors j’essaie de leur transmettre toute mon affection dans mon regard. À cause de mon masque, ils ne peuvent pas voir mon sourire, mais j’espère qu’ils peuvent le voir dans mes yeux ».
Même lorsqu’elle rentre chez elle, la Dre Borbor ne peut pas prendre les membres de sa famille dans ses bras. « J’arrive par le garage. On me donne une serviette pour me permettre de me changer rapidement et de prendre une douche. Je mets directement mes vêtements dans le lave-linge. Et c’est seulement après tout cela que je peux faire des câlins à ma famille », ajoute-t-elle en riant.

Au cours de la dernière année, la Dre Borbor a travaillé dans environ 20 établissements de soins de longue durée de la région de Montréal. Pour la prochaine année, les objectifs qu’elle s’est fixés sont les suivants : continuer à appuyer les opérations de lutte contre la COVID-19 de la Croix-Rouge, commencer des études en santé publique et envoyer sa candidature au programme de médecine familiale.

« Même s’il est difficile de qualifier 2020 de bonne année en raison de la pandémie, pour moi, cette année a sans aucun doute été positive, dit-elle ».

La Croix-Rouge canadienne recherche activement des travailleurs humanitaires, y compris des diplômés en médecine à l’international pour aider à offrir un soutien essentiel aux Canadiens en cette période de pandémie de COVID-19. Cliquez ici pour obtenir d’autres renseignements sur les postes disponibles.

 
Sur le même sujet :
comments powered by Disqus

Abonnez-vous à notre infolettre

Abonnez-vous pour obtenir des conseils de sécurité, des histoires du terrain et des informations sur la façon de vous engager auprès de la Croix-Rouge canadienne.

Archives

Catégories 

À la recherche d’un article? Choisissez parmi les catégories ci-dessous :