Un nouveau citoyen canadien aux premières lignes des opérations en réponse à la COVID-19

Par Kathy Mueller, conseillère principale en communications à la Croix-Rouge canadienne​
 
L’année 2020 est une année riche en nouveautés pour le Dr Mubariz Tariq.

C’est en effet la première fois qu’il intervient dans le contexte d’une pandémie, qu’il se rend dans une communauté autochtone, qu’il possède un passeport canadien et qu’il travaille pour la Croix-Rouge canadienne.

À peine quelques mois après avoir officiellement obtenu la citoyenneté canadienne, le Dr Tariq, d’origine afghane, participe maintenant à la coordination de l’intervention de la Croix-Rouge en réponse à la COVID-19. Il a rejoint l’équipe de Prévention et contrôle des épidémies (PCE) en tant que conseiller en santé publique en avril et il a été rapidement déployé à Montréal pour appuyer les centres de soins de longue durée durement touchés par la pandémie.

« Deux jours avant mon départ, j’ai perdu mon cousin qui est mort de la COVID-19 en Afghanistan et cette nouvelle nous a tous anéantis, déclare le Dr Tariq. J’ai finalement pu convaincre ma femme de me laisser participer aux efforts en lui disant que nous avions été bien accueillis au Canada et qu’il était maintenant temps de redonner à la communauté et de contribuer à améliorer la santé et le bien-être de nos aînés, qui ont tant fait pour bâtir cette nation ».

À peine quelques mois après avoir officiellement obtenu la citoyenneté canadienne, le Dr Mubariz Tariq participe à la coordination de l’intervention de la Croix-Rouge en réponse à la COVID-19. Le Dr Tariq est présent sur toutes les lignes de front : il est intervenu lors des éclosions dans les centres de soins de longue durée et dans les communautés autochtones éloignées, en plus d’avoir offert du soutien aux travailleurs migrants obligés de se placer en isolement. « Lorsqu’on travaille pour la Croix-Rouge, ce n’est pas pour l’argent ou le prestige. On travaille pour transformer la vie des gens et leur rendre le sourire », ajoute-t-il.

Dans les mois qui ont suivi, le Dr Tariq a effectué de nombreux déplacements, notamment au Québec et en Ontario où il a continué à offrir du soutien aux centres de soins de longue durée, dans le sud-ouest de l’Ontario où il est venu en aide aux travailleurs migrants et au nord du Manitoba où il s’est rendu auprès des communautés autochtones pour les aider à gérer les éclosions de COVID-19.

Son travail consiste à établir des liens avec les équipes locales, à évaluer la situation, à examiner les mesures en place afin de prévenir et de contrôler la propagation du virus et à donner des conseils sur les procédures susceptibles de limiter son impact. Une formation est également offerte au personnel local sur le port de l’équipement de protection individuelle.

« Notre travail repose sur des principes qui demeurent identiques peu importe le milieu, que ce soit dans un centre de soins de longue durée ou une communauté autochtone, déclare le Dr Tariq. La seule chose que nous modifions est notre approche, puisque nous devons adapter nos communications et nos solutions au contexte local ».

Lors de sa première visite dans une communauté autochtone, le Dr Tariq indique s’être appuyé sur un collègue de la Croix-Rouge qui œuvre auprès des membres de la communauté depuis des décennies pour obtenir des conseils sur l’approche à adopter, la culture et la langue, de telle sorte que les mesures mises de l’avant soient appropriées sur le plan culturel.

Le Dr Mubariz Tariq et du personnel de santé autochtone discutent de la meilleure façon de répondre à une éclosion de COVID-19 dans la Première Nation de Little Grand Rapids au nord du Manitoba. Le travail de l’équipe du Dr Tariq consiste à établir des liens avec les équipes locales, à évaluer la situation, à examiner les mesures en place afin de prévenir et de contrôler la propagation du virus et à donner des conseils sur les procédures susceptibles de limiter son impact.

Le Dr Tariq insiste sur l’importance de pouvoir s’adapter aux circonstances, quelles qu’elles soient : un camp de réfugiés au Pakistan, un hôpital en Afghanistan, un centre de soins de longue durée au Québec ou une communauté autochtone au nord du Manitoba dans laquelle il a passé la nuit sur le plancher d’un bureau, le seul espace disponible en raison d’une éclosion de COVID-19. Il a découvert à quel point l’accès à la nourriture était limité dans les communautés autochtones d’un pays développé et a ajusté son régime alimentaire tout en respectant ses convictions religieuses. « Il n’y avait pas de nourriture halal, et j’ai dû me nourrir principalement de pommes de terre, d’omelettes et de pain. Cela a été une expérience tout à fait unique et j’ai beaucoup appris sur moi-même ».

Le Dr Tariq, qui est père de quatre filles, puise dans sa vaste expérience internationale pour remplir son nouveau rôle. Il a été élevé au Pakistan après que sa famille y ait trouvé refuge en raison de conflits dans son pays d’origine, l’Afghanistan, dans lequel il est retourné pour étudier la médecine. C’est en y travaillant comme chirurgien que le Dr Tariq a rencontré des médecins du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Il a été inspiré par leur travail et par les principes de neutralité et d’impartialité de la Croix-Rouge. « Être médecin, c’est déjà faire preuve d’impartialité et de neutralité. Ces principes sont donc tout à fait en accord avec mon intégrité personnelle et professionnelle», ajoute-t-il.

Le Dr Tariq a rejoint le CICR et s’est spécialisé en santé publique. Il a partagé son expertise et ses conseils avec le personnel de soins de santé de différents pays, du Pakistan à l’Inde, en passant par la Malaisie et le Yémen.

Il y a cinq ans, le Dr Tariq s’est installé au Canada avec sa petite famille, plus précisément à Toronto où il vient de terminer sa maîtrise. Il est heureux de pouvoir enfiler de nouveau le fameux dossard rouge portant l’emblème de la croix rouge.

« Lorsqu’on travaille pour la Croix-Rouge, ce n’est pas pour l’argent ou le prestige. On travaille pour transformer la vie des gens et leur rendre le sourire », ajoute-t-il.

Dans un avenir pas très lointain, le Dr Tariq espère continuer à redonner le sourire aux gens tout en utilisant son nouveau passeport canadien pour appuyer le travail de la Croix-Rouge à l’international.
 
La Croix-Rouge canadienne recrute des travailleurs humanitaires qui offriront un soutien essentiel aux Canadiens. Notre objectif est de former et de garder en poste des équipes qui occuperont différents rôles. Pour en savoir plus et pour postuler: cliquez ici.
 
 
Articles connexes :
comments powered by Disqus

Abonnez-vous à notre infolettre

Abonnez-vous pour obtenir des conseils de sécurité, des histoires du terrain et des informations sur la façon de vous engager auprès de la Croix-Rouge canadienne.

Archives