Aller au contenu
 

Une subvention pour épauler la communauté 2SLGBTQIAP+ en Saskatchewan

Visitez notre page de ressources sur la COVID-19 pour consulter les renseignements à jour sur les programmes, les services et les conseils de la Croix-Rouge.

Par Michelle Palansky, conseillère en communications à la Croix-Rouge canadienne
 
Selon un sondage national récent portant sur les conséquences de la COVID-19, les taux de chômage et de répercussions attendues sur la santé mentale sont plus élevés chez les personnes issues de la communauté 2SLGBTQIAP+ que dans le reste de la population.
 
Face à ces désolantes constatations, le centre pour la diversité sexuelle et de genre UR Pride, qui dessert la communauté 2SLGBTQIAP+ à Regina, en Saskatchewan, a fait équipe avec OUTSaskatoon et Moose Jaw Pride pour mieux aider leurs membres les plus vulnérables de la province.
 
La coalition s’affaire à embaucher quatre guides dont le rôle sera d’orienter les membres de la communauté vers des ressources utiles dans le contexte de la pandémie. Ce projet a reçu une subvention de la Croix-Rouge canadienne, grâce au financement du Fonds d’urgence pour l’appui communautaire du gouvernement du Canada.
 
Selon Jacq Brasseur, qui assure la direction générale de UR Pride, certains membres de la communauté 2SLGBTQIAP+, dont les besoins sont accrus dans le contexte actuel, n’ont pas confiance de pouvoir consulter les ressources et services communautaires existants en toute sécurité.  
 
« À Regina et à Saskatoon, nous aurons deux guides vers qui les membres de la communauté pourront se tourner pour recevoir de l’aide en personne, nous explique Jacq. Dans les communautés rurales, nous comptons embaucher une personne pour le nord de la Saskatchewan, et une autre pour le sud de la province. Celles-ci pourront aider les gens qui n’ont pas accès à Internet de manière stable en allant à leur rencontre ou en leur offrant du soutien par téléphone. »
 
Le sondage réalisé en mars par l’entreprise Innovative Research Group, en partenariat avec Egale Canada, a révélé les répercussions que subit la communauté LGBTQI2S depuis la pandémie de COVID-19. L’étude a permis de déterminer que :
 
  • plus de la moitié (52 %) des ménages LGBTQI2S au Canada ont été touchés par une mise à pied ou une réduction de leurs heures de travail en raison de la pandémie, par comparaison à 39 % dans l’ensemble des ménages canadiens;
  • Près de 60 % des personnes sondées issues de la communauté LGBTQI2S s’attendent à subir des répercussions en matière de santé mentale au cours des deux prochains mois, par comparaison à 42 % au sein de la population générale.
 
Jacq Brasseur a constaté l’intensification des besoins de ses propres yeux. Les personnes qui ne sentent pas à l’aise ou confiantes auprès des ressources existantes doivent parfois choisir entre payer leur loyer ou faire l’épicerie. L’embauche des quatre guides permettra de répondre à cet enjeu.
 
« Une des tendances positives que j’ai pu constater dans le contexte de la COVID-19, c’est cet appel à l’action. On a à peine à demander, les gens sont tout simplement excités à l’idée de collaborer et de voir comment on peut unir nos forces pour épauler notre communauté. Ce projet, c’en est un bel exemple », a déclaré Jacq.
 
La Croix-Rouge canadienne finance ce projet grâce au généreux soutien du Fonds d’urgence pour l’appui communautaire du gouvernement du Canada.
 
Le programme était offert aux organismes sans but lucratif qui offrent des services aux personnes particulièrement susceptibles de subir les conséquences sanitaires, économiques et sociales de la COVID-19. Consultez le site croixrouge.ca/organismescommunautaires pour en savoir davantage.




Sur le même sujet :
comments powered by Disqus