Aller au contenu
 

De la Croix-Rouge libanaise à la Croix-Rouge canadienne : le parcours de vie atypique d’un bénévole

À 18 ans, en quête d’aventure et d’adrénaline, Georges s’inscrit à la Croix-Rouge de son pays, le Liban, afin de suivre une formation pour devenir ambulancier bénévole. Il a à peine terminé le cours qu’il met la main à pâte comme aide-ambulancier.

Son leadership et sa détermination se font rapidement remarqués : à peine un an et demi plus tard, il deviendra chef de mission pour la Croix-Rouge Libanaise. La tâche peut être épuisante, ses quarts de travaille commencent à 18 h et se terminent le lendemain matin au crépuscule, mais Georges trouve l’ouvrage tellement enrichissant et humain.

L’arrivée au Québec

Après un échange étudiant à l’Université de Montréal, Georges décide de s’installer au Québec. Une fois établi au Canada, le jeune homme de 22 ans cherche une façon de se créer un réseau, de s’impliquer dans sa nouvelle communauté et de redonner comme il le faisait déjà au Liban. Commence alors l’implication de Georges au sein de la Croix-Rouge canadienne. Même si les organisations portent le même nom et partagent les mêmes valeurs, les enjeux et les besoins de la Croix-Rouge canadienne et de la Croix-Rouge Libanaise sont bien différents. Au Canada, Georges met à profit ses études en psychologie pour apporter du réconfort à de nombreux sinistrés. En effet, lors de inondations de 2019, Georges parcourra la province afin d’apporter une aide précieuse à de nombreuses personnes dans le besoin. Ceci l’amènera à découvrir la Beauce, Ste-Marthe-sur-le-Lac, Mansfield, Ste-Anne-de-la-Pérade, Rigaud, Pierrefonds, Sorel-Tracy, Fort-Coulonge et Gatineau.

Programme BEES

Aujourd’hui, à 24 ans, Georges s’implique toujours avec la Croix-Rouge canadienne comme superviseur dans le cadre du programme BEES (bien-être et environnements sécuritaires) qui vise à renforcer la capacité et la résilience des collectivités. En effet, non seulement les situations d’urgence peuvent créer et amplifier un éventail de problèmes qui ont une incidence sur le bien être des familles et des collectivités, mais elles peuvent également fragiliser les mesures de protection disponibles en temps normal, accroître les facteurs de risques pour leur santé et compliquer l’accès aux structures et aux services de soutien. De plus, les réactions émotionnelles et la gestion du stress vont varier d’une personne à une autre. Cependant, un soutien adéquat permet d’aider les personnes sinistrées à surmonter les expériences difficiles et à renforcer leur capacité à faire face aux futurs sinistres, y compris les catastrophes naturelles et les crises humanitaires. D’où l’importante des bénévoles et employés BEES comme Georges.

Malgré son jeune âge, Georges a une vaste expérience avec la Croix-Rouge, qu’elle soit libanaise ou canadienne. Que ce soit en Amérique du Nord ou au Moyen-Orient, Georges relate les mêmes valeurs d’humanité, d’impartialité, de neutralité, d’indépendance, de volontariat, d’unité et d’universalité. Pour lui, s’impliquer à la Croix-Rouge, c’est de se sentir accompli et fier, mais c’est aussi une merveilleuse façon de se faire des amis.

La Croix-Rouge canadienne a besoin de vous! Pour vous impliquer vous aussi en tant que bénévole, cliquez ici
 
Articles connexes
comments powered by Disqus