Aller au contenu
 

Jacqueline Van Campen, une Ambassadrice de paix en Corée

Billet de Paul Jenkins, bénévole et coordinateur, Projet historique de la C.-B. et du Yukon

Que peut-il bien y avoir de commun entre notre programme Bien-être et environnements sécuritaires (BEES) et le groupe de femmes qui composaient la Far East Welfare Team que la Croix-Rouge canadienne a envoyée à l’étranger pour appuyer l’armée canadienne pendant la guerre de Corée?

« Ils ont pas mal de points communs, en réalité », explique Paul Jenkins, coordonnateur du projet d’histoire de la Croix-Rouge canadienne en Colombie-Britannique et au Yukon. « Nos équipes BEES offrent du soutien moral en temps de crise. Elles se rendent dans les communautés pour y fournir du soutien émotionnel à ceux qui en ont besoin. Ce concept n’a rien de nouveau puisqu’il s’agissait de l’une des forces de l’équipe de la Croix-Rouge canadienne qui avait été déployée en Corée ».

One member of the Far East Welfare Team was Jacqueline Van Campen, now a resident of Victoria, BCJacqueline Van Campen, qui réside maintenant à Victoria, en Colombie-Britannique, faisait partie de la Far East Welfare Team. Elle a été recrutée par la Croix-Rouge canadienne en 1953 alors qu’elle préparait sa maîtrise en travail social à l’Université Laval. Jacqueline a passé un an au Japon et trois mois en Corée près du front, à œuvrer au sein de plusieurs clubs Maple Leaf. Il s’agit du nom donné aux centres canadiens qui offraient un endroit aux soldats canadiens et du Commonwealth pour trouver un peu de repos et récupérer.

La tâche de Jacqueline consistait à offrir aux soldats le soutien émotionnel dont ils avaient grandement besoin. « À bien des égards, nous étions comme des sœurs ou des cousines pour ces hommes, indique Jacqueline. Nous étions là pour leur faire la lecture, discuter de l’actualité, leur jouer du piano, les aider à écrire à leurs proches et les écouter parler de leurs frères d’armes morts au combat, voire de leurs ruptures amoureuses. »

Au terme de sa mission, Jacqueline a choisi de ne pas rentrer au pays. Elle a plutôt décidé de passer les quatre années suivantes entre l’Australie, l’Inde, l’Afrique du Sud et l’Angleterre. Jacqueline a par la suite obtenu sa maîtrise en linguistique à l’Université Simon Fraser avant de devenir enseignante au Collège militaire Royal Roads.

Jacqueline avait déjà reçu deux médailles pour ses services en Corée : la Médaille canadienne de service volontaire pour la Corée et la Médaille du service des Nations Unies, qui ornent la couverture de son livre intitulé « Medals on My Kitchen Wall ».
 
Jacqueline Van Campen, pictured centre receiving her medalJacqueline s’est dernièrement vu décerner la médaille d’Ambassadeur de paix remise par la République de Corée à ceux qui ont servi pendant la guerre de Corée et participé aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies. C’est Pat Quealey, vice-président de la Croix-Rouge canadienne en Colombie-Britannique et au Yukon, qui lui a remis la médaille au cours d’une cérémonie organisée à Victoria.

« C’est une occasion très spéciale, a souligné Pat. L’histoire de Jacqueline est pleine de compassion, d’humour et d’aventure, des qualités que nous continuons à rechercher chez les futurs membres de la Croix-Rouge. Jacqueline en est le parfait exemple ».
 
Le mot de la fin revient à Jacqueline, qui a déclaré : « Je voue depuis cette époque un grand attachement à mon pays, affirme Jacqueline. C’était un épisode merveilleux de ma vie. »
 
Pour en savoir plus sur la Far East Welfare Team

Pour communiquer avec les responsables du projet historique, envoyez un courriel à l’adresse BCYukonHistory@croixrouge.ca.
comments powered by Disqus