Enseigner la natation et la sécurité aquatique aux communautés autochtones durant la COVID-19

Visitez notre page de ressources sur la COVID-19 pour consulter les renseignements à jour sur les programmes, les services et les conseils de la Croix-Rouge.
 
En 2014, quand Lesley-Anne Morley de la Croix-Rouge canadienne a pris les rênes du programme de natation et de sécurité aquatique destiné aux communautés autochtones, elle était loin de se douter qu’elle devrait un jour l’adapter au contexte d’une pandémie mondiale.

Et pourtant, ces derniers temps, elle et son équipe de moniteurs ont bel et bien travaillé d’arrache-pied pour accomplir l’impossible : offrir le programme de natation en ligne.

« Il n’est pas encore possible d’apprendre à nager devant un ordinateur, nuance Lesley-Anne. C’est pourquoi environ 75 % des cours cette année portent sur le secourisme et 25 % sur la sécurité aquatique, simplement parce qu’il existe déjà différentes options d’apprentissage en ligne pour le secourisme. »

Habituellement, les moniteurs visitent chaque année des communautés des Premières nations et des Métis en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba et en Ontario pour enseigner la natation, le sauvetage, le secourisme et donner des cours sur la sécurité. Les déplacements étant annulés cette année, la responsable du programme a sondé l’intérêt des communautés concernées pour les cours en ligne.

« Partout, la proposition a été accueillie à bras ouverts! Les gens nous disaient à quel point ce type de programme était nécessaire pour les enfants et les jeunes de leur communauté. »  

Toutefois, l’accès à Internet varie d’une région à l’autre, ce qui signifie que l’enseignement à distance a parfois dû être adapté. « Certains de nos cours ne requièrent aucune technologie, tandis que d’autres se donnent entièrement par Zoom ou dans une classe virtuelle », précise Lesley-Anne. Son équipe ajuste les programmes à la réalité de chaque communauté : est-il facile d’avoir accès à Internet? Les petits rassemblements sont-ils permis, même en respectant la distanciation sociale?

Dans certains cas, la bonne vieille poste est d’un grand secours. Les moniteurs rassemblent parfois tout le matériel de formation dans un envoi postal destiné à une personne chargée d’enseigner dans la communauté. Il arrive également de poster une clé USB contenant le cours et de donner celui-ci par téléphone.

Lesley-Anne constate cette année une hausse de la demande pour les formations Gardiens avertis et Prêts à rester seuls!, un cours qui aide les enfants de neuf ans et plus à assurer leur sécurité lorsqu’ils sont seuls à la maison.

Si le participant ou la participante a accès à Internet, la certification est possible. Par exemple, lors d’un appel Zoom avec le moniteur ou la monitrice, un(e) jeune peut démontrer ses compétences en gardiennage en maniant une poupée, des couches, un biberon, etc.

Pour Lesley-Anne, il est important que l’équipe du programme assure une présence auprès des communautés durant la pandémie afin que cette collaboration se poursuive une fois de retour à la normale.

« Les gens ont senti notre volonté de les accompagner, explique-t-elle. Quand la pandémie sera chose du passé, la formation en personne pourra recommencer. Les cours de natation seront alors plus populaires que jamais, car ils feront partie intégrante du rétablissement des communautés. »
 

Sur le même sujet :
Pourquoi fiston suit des cours de natation depuis qu’il a 6 mois
Dans l’eau, confiance n’égale pas compétence
La natation accessible à tous les enfants
Activités de sécurité aquatique pour enfants
 
comments powered by Disqus

Abonnez-vous à notre infolettre

Abonnez-vous pour obtenir des conseils de sécurité, des histoires du terrain et des informations sur la façon de vous engager auprès de la Croix-Rouge canadienne.

Archives

Catégories 

À la recherche d’un article? Choisissez parmi les catégories ci-dessous :