Une autrice de la N.-É. met à profit sa formation en secourisme

Rebecca Thomas, autrice primée de la Nouvelle-Écosse, savait que sa formation en secourisme pourrait éventuellement être utile, mais elle ne s’attendait pas à utiliser ses nouvelles compétences en secourisme à deux reprises, quelques mois seulement après avoir reçu son certificat.

Rebecca est une poétesse et écrivaine micmaque d’Halifax, dont elle a d’ailleurs été la poétesse officielle de 2016 à 2018. Ses écrits ont été publiés dans de nombreux journaux et magazines. Récemment — et fort heureusement! — Rebecca a suivi une formation en secourisme.

« J’ai déjà été monitrice dans un camp où les formations de secourisme et de RCR étaient obligatoires, mais après, j’ai laissé tomber, explique-t-elle. Puis, on m’a demandé d’agir à titre d’interprète culturelle sur un bateau de l’entreprise Aventure Canada, et une formation valide en secourisme était demandée. Je me suis dit que, de toute façon, ce serait utile. J’ai cherché une formation qui correspondait à mon horaire sur le site web de la Croix-Rouge et je me suis inscrite. »

Rebecca a suivi sa formation en mai, et, grâce à ses connaissances nouvellement acquises, elle a pu venir en aide… à son mari!
Une femme aux longs cheveux noirs, debout dans une rue, regardant le ciel, les bras levés à hauteur d'épaule.
L’autrice et poétesse micmaque, Rebecca Thomas. Photo : Javier Trotman.

« Ma formation s’est avérée utile à deux reprises, précise-t-elle. La première fois, mon mari et moi discutions dans la cuisine en préparant le repas. C’est un biologiste environnemental. Il passe de longues journées dehors, sur le terrain, ce qui peut causer de la déshydratation. Il n’avait pas bonne mine et a perdu connaissance. J’ai tout de suite pensé à ma formation de secourisme. Je l’ai placé en position latérale de récupération et j’ai donné les soins en cas d’épuisement dû à la chaleur. Il s’en est bien remis. »

« Peu de temps après cet épisode, j’ai eu à secourir quelqu’un d’autre. »

Cette expérience a été tellement révélatrice pour Rebecca qu’elle a cru bon la raconter sur les médias sociaux : ses compétences en secourisme lui ont permis de venir en aide à deux personnes!

« J’étais dehors et j’ai entendu quelqu’un crier : “Appelez le 911!”. J’ai accouru et j’ai vu une femme étendue par terre, en convulsions, raconte Rebecca. J’ai dit aux personnes présentes que j’avais un certificat de secourisme et je leur ai demandé si elles avaient besoin d’aide. Elles ont répondu oui. J’ai placé la femme en position latérale de récupération, j’ai posé sa tête sur un oreiller improvisé et j’ai vérifié si elle respirait encore. J’ai observé son corps et j’ai pu répondre aux questions de la personne du 911 que quelqu’un avait réussi à appeler. Lorsque la femme a repris connaissance, nous l’avons relevée en position assise et nous avons attendu l’ambulance. »

« Je me suis sentie un peu étrange. Je venais de vivre toute une expérience, et je savais que je devais prendre le temps de me poser les bonnes questions. Est-ce que je me sentais dépassée, anxieuse? J’ai eu besoin de raconter ce qui venait de se passer et j’ai tout de suite appelé mon mari. »

L’urgence passée, les personnes du voisinage ont témoigné de la reconnaissance envers Rebecca.

« On espère ne jamais avoir à se servir de ses connaissances en secourisme, mais c’est bon de les avoir. J’ai appris lors de ma formation qu’il faut s’assurer que tout le monde reste calme en attendant le personnel ambulancier. »

Même si elle avait déjà vu des urgences médicales à la télévision, Rebecca a compris, grâce à sa formation, que le plus important lors d’une telle situation, c’est de savoir quoi faire pour empêcher la panique de prendre le dessus.

« Je savais ce que je devais faire, poursuit Rebecca. Et ce n’est pas en regardant la télé que je l’ai appris, au contraire. Par exemple, si quelqu’un est en convulsions, il ne faut pas chercher à l’immobiliser ou à lui mettre quelque chose dans la bouche. J’ai appris tout ça dans ma formation de secourisme. Je ne me rappelais pas avoir abordé ce sujet lors de ma première formation. Par chance que je l’ai suivie à nouveau. J’ai senti que j’étais capable d’aider ces personnes. Vraiment, ça a valu la peine. »

Vous aimeriez suivre une formation de secourisme? Consultez notre site web pour trouver une formation près de chez vous.

Articles connexes
comments powered by Disqus

Abonnez-vous à notre infolettre

Abonnez-vous pour obtenir des conseils de sécurité, des histoires du terrain et des informations sur la façon de vous engager auprès de la Croix-Rouge canadienne.

Archives