Partenariats et préparation : La Croix-Rouge philippine et la Croix-Rouge canadienne au fil des années

Par Latasha Brown, coordonnatrice des communications

En 2013, après le passage du typhon Haiyan (connu localement sous le nom de Yolanda), qui a dévasté les Philippines et touché plus de 16 millions de personnes, la demande d’aide humanitaire a battu des records. La Croix-Rouge canadienne a donc rapidement déployé un hôpital mobile ainsi qu’une équipe composée de personnel de soutien médical pour travailler en étroite collaboration avec la Croix-Rouge philippine et aider les communautés touchées. En quelques semaines à peine, les signes d’un rétablissement à court terme étaient déjà visibles : les rues étaient de plus en plus animées et on commençait à réparer les infrastructures.

Depuis, les Philippines ont été dévastées par le passage successif de deux typhons, le plus récent étant le typhon Rai (appelé Odette), qui a touché terre le 16 décembre 2021. Intervenir dans le cadre de cette crise présentait des défis particuliers en raison du contexte de la pandémie mondiale de COVID-19. Cependant, la Croix-Rouge philippine a fait preuve d’une résilience incroyable grâce à son engagement à se préparer aux situations d’urgence au fil des années.

« Après chaque catastrophe, la Société nationale tire les leçons nécessaires et trouve des moyens d’améliorer l’intervention suivante », explique Mladen Milicevic, représentant de la Croix-Rouge canadienne aux Philippines.
Des membres de la Croix-Rouge philippine posent pour des photos sur une scène, avec le matériel d'intervention d'urgence exposé.
La Croix-Rouge philippine reçoit de la Croix-Rouge canadienne du matériel d'intervention d'urgence d'une valeur de 123 000 dollars canadiens lors d'une cérémonie. 

Depuis la mise en place de l’hôpital mobile en 2013, la Croix-Rouge canadienne a renforcé sa collaboration avec la Croix-Rouge philippine en offrant de l’équipement et des formations continues. Les défis posés par la pandémie n’ont pas empêché ce partenariat de s’approfondir.

« Au début de la pandémie, il régnait une grande confusion quant aux mesures d’intervention à mettre en place », se rappelle Mladen. Cependant, en raison de l’implication importante de la Croix-Rouge philippine dans les systèmes de soins de santé du pays, il a été décidé que la meilleure façon pour la Société nationale d’offrir son aide pour contrôler la propagation de la maladie et offrir des renseignements utiles à la population serait de participer aux procédures de dépistage de la COVID-19.

Lorsque la Société nationale a appris que l’Alberta avait le taux de traitement des résultats du dépistage de la COVID-19 le plus rapide, elle a communiqué avec la Croix-Rouge canadienne afin de s’inspirer de l’Alberta et de peaufiner ses processus. Des bénévoles de la Croix-Rouge philippine qui étudiaient en Colombie-Britannique à ce moment-là ont été mis en contact avec des spécialistes de l’unité de santé mondiale de la Croix-Rouge canadienne, ainsi qu’avec Jenn McManus, vice-présidente, Alberta et Territoires du Nord-Ouest.

Ces bénévoles ont suivi des formations dans différents domaines, de l’infrastructure au déroulement des activités, et ont par la suite transmis leurs connaissances à leurs collègues sur place et mis en œuvre les nouveaux changements.
Des membres de la Croix-Rouge philippine sont sur scène, tandis que l'un d'eux brandit une trousse d'urgence lors d’une cérémonie.
Notre représentant aux Philippines, Mladen Milicevic, aux côtés du président de la Croix-Rouge philippine, Gordon, lors d'une cérémonie. 

« La Croix-Rouge philippine est une Société nationale moderne et dynamique. Elle est constamment à la recherche de nouvelles possibilités de répondre efficacement aux besoins de la population, ajoute Mladen. À plus de cinq millions de tests réalisés, elle est actuellement l’organisme de référence en matière de tests de dépistage PCR aux Philippines. À titre de comparaison, son plus proche concurrent a effectué moins de la moitié de ce nombre de tests. »

Il est rare de trouver un partenariat international aussi fructueux.

« Lorsque la Croix-Rouge canadienne intervient à l’international, elle ne doit pas oublier qu’elle a un statut d’invitée dans les pays des Sociétés sœurs avec lesquelles elle collabore, souligne Mladen. Nous devons nous soumettre aux systèmes et aux règles qui régissent ces pays. Le fait que certaines Sociétés nationales aient des méthodes de travail différentes des nôtres ne signifie pas qu’elles font mal leur travail. »

Mladen précise qu’un partenariat équitable est le moyen le plus efficace de renforcer les capacités d’une Société nationale. Le partenariat couronné de succès qui lie les Philippines à la Croix-Rouge canadienne en est le parfait exemple et se poursuivra au cours des prochaines années.

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, y compris la Croix-Rouge canadienne, sont aux premières lignes de la lutte contre la pandémie. Le soutien local et international constitue la force de la Croix-Rouge. Veuillez cliquer ici pour savoir comment nous venons en aide aux gens.


Articles connexes
Comment la Croix-Rouge canadienne aide les populations vulnérables au Mali
De la préparation à l’action : la réponse de la Croix-Rouge haïtienne à la COVID-19
Au Népal, réduire la violence sexuelle et fondée sur le genre est l’affaire de tous
comments powered by Disqus