Le leadership au féminin : Lucia Lasso

Par Aldis Brennan
 

Deux personnes occupent des postes de chef des opérations d’urgence à temps plein au sein de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) et Lucia Lasso est l’une d’entre elles. Bien entendu, cela veut dire que Lucia pense sans cesse aux catastrophes et autres situations d’urgence.
 
Lucia est assise sur le sol face à des voitures de la Croix-RougeOn peut souvent la voir à pied d’œuvre quelque part dans le monde à la tête d’une intervention d’urgence d’envergure internationale. Même quand elle ne participe pas activement à une opération, elle réfléchit aux moyens pour la Croix-Rouge d’intervenir plus efficacement en réponse à des situations d’urgence et aux façons d’encourager les femmes à aspirer à des postes de direction.
 
Dans le cadre des opérations d’urgence de la Croix-Rouge, Lucia a entendu des femmes dire que les postes de direction n’étaient pas pour elles. Ne voyant pas suffisamment de femmes se faire offrir ces rôles ou les accepter, elles ne peuvent pas s’imaginer occuper ce genre de fonctions. Dans bien des cas, elles ne présentent même pas leur candidature, mais Lucia espère contribuer à changer les choses.
 
À son avis, « en général, les femmes se sous-estiment beaucoup plus que les hommes et pensent qu’elles sont moins compétentes qu’elles ne le sont vraiment. C’est pourquoi nous voulons leur montrer que ces postes sont à leur portée, que leurs aptitudes et compétences sont pertinentes et qu’il est possible de diriger autrement ».
 
Ceci dit, elle comprend pourquoi certaines femmes hésitent à devenir dirigeantes. Lucia a travaillé pendant plus d’une décennie auprès d’organismes sans but lucratif dans son pays natal, le Panama et a aussi participé à des interventions aux quatre coins du monde et dans divers contextes : sécheresses en Éthiopie, épidémies d’Ebola, mouvements de population en Europe. Pourtant, lorsqu’on l’a encouragée à postuler pour un poste de leadership dans le cadre du Programme de formation de chef des opérations d’urgence, elle a commencé par décliner l’invitation. Elle n’était tout simplement pas convaincue d’être prête à jouer ce genre de rôle.
 
Son hésitation provenait en partie d’un fait qu’elle croyait à tort que pour occuper un tel poste, elle devait déjà maîtriser tous les outils nécessaires pour faire le travail. Pourtant, lorsqu’elle s’est éventuellement décidée à présenter sa candidature au Programme de formation de chef des opérations d’urgence — et après avoir réussi la formation — Lucia a compris que ce n’était pas nécessairement vrai, et sa passion pour son travail l’a emporté sur ses craintes de ne pas être assez compétente pour faire le travail.
 
Lucia porte un dossard de la Croix-Rouge et souritComme l’explique Lucia : « C’est vrai qu’il faut avoir de l’expérience en contexte d’urgence, car il ne s’agit pas d’un programme d’initiation. Mais il n’est pas nécessaire d’avoir 15 ans d’expérience dans le domaine, car si vous possédez déjà toutes ces années d’expérience, vous n’avez probablement pas besoin de participer au programme. En fait, le programme s’adresse aux personnes qui ont une expérience intermédiaire et qui pourront profiter de la formation pour repousser leurs limites. »
 
Un autre défi auquel les femmes sont confrontées vient de ce qu’elles doivent surmonter leurs doutes ou le redoutable syndrome de l’imposteur, soit l’impression qu’à tout moment, vos collègues puissent découvrir que vous n’avez aucune idée de ce que vous êtes en train de faire. Grâce à un solide réseau de soutien, Lucia a pu surmonter ces moments difficiles. Souvent, il suffit qu’un(e) collègue reconnaisse vos réalisations ou partage son expérience dans une situation semblable pour apaiser nos doutes.
 
« Ce genre de rétroaction nous permet d’apprécier les aptitudes et compétences que nous tenons trop souvent pour acquises et nous souvenir de toutes ces choses positives qu’on oublie parfois. »
 
Malheureusement, certains facteurs externes compliquent l’accès des femmes aux échelons supérieurs. Songeons à toutes ces petites choses apparemment anodines qui influent sur le parcours des femmes et que Lucia décrit comme autant d’insidieux coups de poignard : ce cadre supérieur qui n’écoute que les hommes de son équipe, ou ce collègue dont l’expertise est automatiquement reconnue simplement du fait qu’il est un homme.
 
« Lorsque vous êtes confrontées à ce genre de choses, n’abandonnez pas, entêtez-vous et faites ce qu’il faut pour retirer plus d’énergie de la situation qu’elle ne vous en coûte. Je pense que j’ai toujours su que je devais agir ainsi, explique Lucia. Enfant, j’étais entourée de merveilleux modèles : ma grand-mère et ma mère. Je n’ai jamais eu l’impression que je ne pouvais pas faire quelque chose parce que j’étais une femme. Elles m’ont plutôt communiqué le contraire. »
 
Une femme prend la parole lors d'une conférence de la Croix-RougeLucia croit au changement, même s’il survient lentement. Cela commence par une première femme qui accède à un poste de direction, puis deux, puis trois. Bientôt, une femme est là pour vous écouter, souligner vos réalisations et démontrer qu’il existe différentes façons de diriger. Mais le changement ne relève pas seulement des femmes. Tout le monde doit veiller à ce que l’égalité entre les sexes et les genres se concrétise pleinement.
 
« Au fil de votre parcours, vous pourriez ressentir de la colère, de la tristesse ou de la frustration. Autorisez-vous à vivre ces émotions, mais sans les laisser éclipser les autres aspects de votre expérience, conseille Lucia. Vous devez continuer d’avancer. Plus vous surmonterez des défis, plus il sera facile de le faire et plus vous aurez d’expérience, plus vous aurez confiance en vous. À mon avis, si nous persévérons, notre parcours deviendra éventuellement plus facile. »
 
La Croix-Rouge canadienne appuie la mise en œuvre du Programme de formation de chef des opérations d’urgence en offrant de l’aide financière et des occasions de formation. Plusieurs membres de son personnel canadien participent au programme.
 
Si vous souhaitez vous joindre à la Croix-Rouge, n’hésitez pas à consulter nos offres d’emploi et nos occasions de bénévolat.

Articles connexes :
Huit femmes inspirantes le 8 mars 
Plus de 100 ans de petites et grandes victoires des femmes au Canada
 
 
comments powered by Disqus