Plus de 100 ans de petites et grandes victoires des femmes au Canada

Par Vanessa Racine, Coordinatrice aux médias sociaux

"Sans les femmes, il n'y aurait pas de Croix-Rouge telle que nous la connaissons." 
- L'ancien président du comité exécutif P.H. Gordon, à la fin des années 60

La Croix-Rouge canadienne a été fondée en 1896, et dès le début, les femmes ont joué un rôle crucial. Pour souligner la Journée internationale de la femme, ce 8 mars, nous remontons le temps depuis la création de la Croix-Rouge jusqu’à aujourd’hui, pour montrer les petites et grandes victoires des femmes au Canada.
 
Il s’en est passé des choses pour les Canadiennes depuis 1896! La liberté, l’autonomie et l’égalité des femmes se gagnent petit à petit, au fil des lois adoptées, des mouvements de revendication et des batailles remportées.

1897 : Clara Brett Martin devient la première femme avocate au Canada et la première femme à pratiquer le droit dans tout l’Empire britannique.

1900 : L'enseignement est la seule carrière qui s'offre aux femmes au Canada.

1901 : Les femmes comptent pour 13,4 % de l'ensemble de la main-d'œuvre (rémunérée). La loi oblige les femmes à quitter leur emploi une fois mariées.

1914-1918 :  Première Guerre mondiale – Le nombre de travailleuses n'augmente pas de façon notable, mais il y a un afflux et un changement dans les métiers non reliés au travail domestique. On accepte mieux que les femmes célibataires travaillent à l'extérieur du foyer. Pour la première fois, le secteur de la fabrication embauche massivement des femmes pour produire des munitions. Durant la guerre, les femmes canadiennes qui se sont portées volontaires auprès de la Croix-Rouge ont aidé au pays en collectant des fonds, en tricotant des articles chauds pour les soldats comme des mitaines et des foulards, en préparant des fournitures médicales, et plus encore.
Deux femmes de la Croix-Rouge devant une afifche de poste de secours
Photo : BAnQ/Fonds La Presse

1916 :  Les femmes obtiennent le droit de vote aux élections provinciales en Alberta, au Manitoba et en Saskatchewan. Ce droit est plus tard accordé en Colombie‑Britannique et en Ontario (1917), en Nouvelle-Écosse (1918), au Nouveau-Brunswick (1919), à l'Île-du-Prince-Édouard (1922), à Terre-Neuve (1925) et au Québec (1940).

1917 : L’Alberta est la première province à fixer un salaire minimum pour les femmes.

1918 : Les Canadiennes obtiennent le droit de vote aux élections fédérales et l’année suivante, elles obtiennent le droit de siéger au parlement canadien. Mais la majorité des femmes autochtones et asiatiques en sont encore privées.

1925 : La loi fédérale sur le divorce a été modifiée pour autoriser la femme à divorcer de son époux pour les mêmes raisons que ce dernier pouvait divorcer d’elle.

1939 – 1945 : Seconde Guerre mondiale. Pendant la guerre, les femmes sont entrées sur le marché du travail pour occuper des postes critiques laissés vacants lorsque les hommes partaient au combat.  Une fois de plus, les femmes ont joué un rôle essentiel dans le travail de la Croix-Rouge canadienne, en fournissant des articles d'aide aux civils, aux troupes et aux soldats blessés.

femmes lors de la Seconde Guerre mondiale
Infirmières de la Croix-Rouge canadienne, 1940
Photo : Conrad Poirier
BAnQ


1940 : Les femmes du Québec obtiennent le droit de vote au niveau provincial.

1940 : Des milliers de Canadiennes se sont engagées dans un groupe de femmes bénévoles spécialement formées pour fournir des services en temps de guerre. Reconnaissables à leur uniforme, ces femmes formaient le Corps de la Croix-Rouge canadienne. Le Corps offrait aux femmes la chance de recevoir une formation et d’œuvrer bénévolement dans l’une des quatre sections : transport, Infirmières auxiliaires, administration des vivres et services administratifs. Chaque femme portait l’uniforme propre à sa section et suivait un entraînement (comprenant notamment de l’orientation et des exercices militaires) afin de stimuler le travail d’équipe. Au Canada, les membres du Corps ont donné des milliers d’heures de service dans les hôpitaux, les collectes de sang, les bureaux de la Croix-Rouge, les cafétérias et partout ailleurs où leur expertise pouvait être mise à profit.
Des responsables de la Croix-Rouge s'occupent des colis pour les prisonniers en 1940.
Croix-Rouge à Ville LaSalle, colis pour les prisonniers
Photo: BAnQ
Fonds La Presse


1948 : L’assemblée générale des Nations Unies adopte la Déclaration universelle des droits de l’homme qui précise que « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et droits ». 

1964 : Les femmes peuvent maintenant ouvrir un compte de banque sans la signature du mari.

1971 : Premiers congés de maternité – de quinze semaines. 

1977 : Adoption de la Loi canadienne sur les droits de la personne (LCDP), une loi qui interdit la discrimination fondée sur le sexe et assure un salaire égal pour un travail de valeur égale.

1978 : Le Code canadien du travail est modifié pour interdire d'utiliser la grossesse comme argument pour justifier une mise à pied ou un licenciement. 

1995 : Les femmes composent près de la moitié de la main-d’oeuvre ouvrière.

2009 : Pour une première fois, il a plus de femmes sur le marché du travail que d’hommes. 

2017 : Le Canada annonce une nouvelle stratégie pour lutter contre la violence sexuelle. Toujours en 2017, l'identité et l'expression sexuelles ont été ajoutées à la loi canadienne sur les droits de l'homme, offrant ainsi des protections aux femmes transgenres.
 
Ce ne sont là que quelques exemples des progrès réalisés par les femmes au fil des ans, mais le travail se poursuit. La Croix-Rouge canadienne continue de s'engager à lutter contre la violence sexuelle, à défendre les femmes et à célébrer la diversité.  Pour en savoir plus sur l’histoire de la Croix-Rouge canadienne, vous pouvez consulter nos faits saillants ici. (https://www.croixrouge.ca/histoire/accueil)
 
 
Articles connexes  
 
comments powered by Disqus