Une subvention communautaire permet de distribuer de la nourriture à des familles immigrantes de la Saskatchewan

Par Kathy Mueller, conseillère principale en communications à la Croix-Rouge canadienne​

Lorsque la pandémie de COVID-19 a été déclarée il y a un an, il n’a pas fallu longtemps pour qu’un plus grand nombre de nouveaux arrivants au Canada commencent à frapper à la porte du Centre de ressources pour immigrants de Battlefords, en Saskatchewan.
 
« Une à une, des personnes perdaient leur emploi et certaines familles avaient de la difficulté à joindre les deux bouts. J’ai vu une femme pleurer parce qu’elle n’avait rien pour nourrir ses enfants. Nous avons puisé dans nos réserves d’urgence pour lui donner un peu d’argent », explique Annette McGovern, qui travaille au Centre, « mais je me suis dit que nous devions faire quelque chose. »
Boîtes en carton remplies de denrées alimentaires.
Ce « quelque chose » s’est transformé en projet qui permettrait au Centre de distribuer régulièrement des colis alimentaires aux familles immigrantes à risque. Cependant, sans financement ou véhicule pour livrer les denrées, ce projet était tout simplement impossible.
 
C’est alors qu’Annette McGovern a entendu parler du Programme d’aide d’urgence aux organismes communautaires en réponse à la COVID-19 de la Croix-Rouge canadienne, un programme dans le cadre duquel la Croix-Rouge canadienne avait reçu le mandat de distribuer des fonds fournis par le gouvernement du Canada à des organismes communautaires afin qu’ils puissent continuer à offrir des services de première ligne essentiels aux personnes les plus susceptibles d’être touchées par les conséquences sanitaires, sociales et économiques de la COVID-19.

« Je me suis dit que si nous pouvions louer une camionnette pendant quelques mois, nous pourrions livrer de la nourriture aux personnes dans le besoin jusqu’à ce qu’elles retrouvent du travail », explique Mme McGovern.
 
Grâce au financement fourni par la Croix-Rouge, le personnel du Centre a pu acheter de la nourriture, louer un véhicule et livrer des vivres à environ quarante familles deux fois par mois.
 
Étant donné que certains nouveaux arrivants ne connaissent pas encore tous les aliments qu’on retrouve dans les épiceries canadiennes, ou ne savent pas comment les cuisiner, l’organisme leur a principalement fourni des fruits et des légumes. « Lorsque c’était possible, nous avons procuré aux familles des aliments qu’ils connaissaient ainsi que des recettes pour préparer des repas copieux pour nourrir leur famille quelques jours », explique Mme McGovern.
 
La majorité des aliments frais provenaient du jardin communautaire Midwest Foods, et des communautés huttérites locales ont appuyé l’initiative par l’entremise de dons.
 
Le Centre a également organisé des ateliers virtuels afin que les familles puissent apprendre comment cuisiner le contenu des colis alimentaires, et au cours de la dernière séance, elles ont même appris comment préparer un repas de l’Action de grâce. « C’était gratifiant de voir les cuisiniers et les cuisinières présenter fièrement un repas de l’Action de grâce à leur famille. De plus, plusieurs personnes ont apporté une touche personnelle propre à leur culture à la préparation de la farce et à la cuisson de la dinde », explique Annette.
 
La rétroaction sur les ateliers a été extrêmement positive, et les participantes et les participants ont aimé avoir l’occasion d’améliorer leurs compétences en anglais tout au long des ateliers. Une mère de famille a écrit : « Ma famille a beaucoup aimé le céleri, les concombres, les tomates, les champignons, les patates, l’ail, les bananes, les pommes, les raisons et les avocats. J’ai été très touchée de recevoir ces aliments et de voir que le Canada offre des programmes si utiles pour aider les nouveaux arrivants à s’intégrer à leur nouvelle vie et à surmonter les difficultés qui peuvent se présenter au cours de leurs premiers mois au pays. J’ai pris des photos des repas que j’ai préparés, et j’aime bien les envoyer à mes amis au Vietnam pour qu’ils voient toute l’entraide et l’amour que nous recevons. »
 
Annette est bien d’accord. « Ce programme est fantastique, et nous sommes reconnaissants à la Croix-Rouge de nous avoir aidés à le mettre en œuvre. Les fonds fournis dans le cadre du programme ont un réel impact. »
 
La Croix-Rouge canadienne finance ce projet grâce au généreux soutien du Fonds d’urgence pour l’appui communautaire du gouvernement du Canada.


Sur le même sujet :
comments powered by Disqus