Aller au contenu

La recherche de contacts : nouvelle approche, nouvelle expérience

Lok Maya Thapa est la personne-ressource du programme communautaire de soins de santé de la Croix-Rouge du Népal dans le district de Khotang. Elle nous a récemment fait part de son expérience de travail dans le contexte de la COVID-19.
 
Cela fait 16 ans que je travaille pour la Croix-Rouge du Népal, au bureau du district de Khotang, et j’ai participé à plusieurs interventions, ainsi qu’à des projets et des programmes axés sur l’eau, l’assainissement et l’hygiène. Cependant, travailler dans le contexte de la COVID-19 était tout à fait nouveau pour moi. En août 2020, le district a connu une augmentation rapide du nombre de malades de la COVID-19. Des mesures ont été prises pour tenter de limiter la propagation du virus, mais il manquait un élément crucial : la recherche de contacts. Après la découverte de 22 cas positifs lors de la saison des festivals, La Croix-Rouge du Népal s’est rendu compte de l’importance de cette mesure et a décidé d’organiser une séance d’orientation virtuelle pour le personnel du programme. Pendant deux heures, mes sept collègues bénévoles et moi-même ainsi que du personnel de santé de différentes municipalités avons été initiés au processus de recherche de contacts. Ensemble, nous avons créé l’équipe des enquêtes et de la recherche de contacts. Chacun d’entre nous a procédé à une recherche de contacts en lien avec huit cas pendant la saison des festivals du district. Au cours des deux semaines suivantes, alors que le nombre de cas a grimpé jusqu’à 62, nous avons été en mesure de retrouver les personnes ayant été en contact avec ceux et celles qui présentaient des symptômes et de les orienter vers des centres de dépistage. Nous avons réussi à contenir la propagation en effectuant un suivi régulier auprès des personnes en isolement à la maison, en demandant aux personnes ayant eu des contacts étroits de se mettre en quarantaine et en communiquant avec le coordonnateur de santé de la municipalité en cas de besoin.
 
Les personnes déclarées positives ainsi que leurs contacts ont reçu un soutien psychosocial tout au long de leur période de quarantaine. Ces personnes m’ont dit que cette aide avait contribué à réduire leur stress et leur peur de la maladie. Certaines d’entre elles ont même affublé notre équipe du sobriquet « gélule COVID-19 » pour désigner le bien que leur faisaient les conversations avec notre équipe, même lorsqu'elles ne duraient que quelques minutes.
 
Pour moi, la recherche de contacts était une nouvelle expérience, et pour la Croix-Rouge du Népal, il s’agissait d’une nouvelle approche. La mesure était efficace, bien que difficile. Tout le monde avait peur des risques associés à la COVID-19.
 
« Nos voisins ne se préoccupaient plus de nous. Ils n’osaient même plus s’aventurer sur le pas de notre porte. Cela nous a plongés, ma famille et moi, dans une profonde dépression. J’ai cru que cette maladie mortelle m’emporterait, a raconté l’une des personnes qui recevaient du soutien des bénévoles. Grâce à nos conversations régulières, nous nous sentions mieux, ma famille et moi. On s’est senti soutenu et j’ai appris beaucoup de choses sur les maladies et sur notre rôle qu’on doit jouer pour freiner leur propagation ».
 
Les personnes dont le test était positif n’étaient pas les seules à subir la méfiance de la communauté. Les autres bénévoles et moi avons également commencé à représenter une menace possible en raison de nos contacts réguliers avec les personnes malades. Nous avons cependant une équipe extraordinaire qui organisait des rencontres fréquentes afin de savoir si tout le monde allait bien et d’échanger des astuces sur la manière de gérer les problèmes. En fournissant des renseignements sur la COVID-19 aux communautés, nous constatons que la peur et la stigmatisation reculent peu à peu.
 
La situation s’est améliorée dans le district de Khotang en partie grâce à notre équipe de bénévoles. Nous avons même eu une période de deux semaines sans nouveau cas. Cela fait chaud au cœur de faire partie de cette intervention et de pouvoir toucher la communauté de différentes façons. Les témoignages des personnes que nous aidons sont une source de motivation constante pour moi. Malgré les difficultés, l’intervention contre la COVID-19 m’a montré que je peux apprendre à m’adapter et travailler dans des milieux difficiles où les risques sont accrus. Cette expérience m’a montré que nous en sommes tous capables.
 
Le programme communautaire de soins de santé est appuyé par la Croix-Rouge canadienne.


Sur le même sujet :  
 
comments powered by Disqus