Aller au contenu
 

Le programme d'aide d'urgence aux organismes communautaires contribue à briser l’isolement de personnes âgées

Comme bien d’autres familles avant elle, lorsque Sunny Sun a quitté la Chine pour immigrer au Canada, ses parents âgés l’ont suivi. Ils ne parlaient pas un mot d’anglais, et la culture leur était complètement étrangère. Naturellement, la transition n’a pas été aisée.
 
« Ils ont de nombreux obstacles à surmonter s’ils souhaitent s’adapter à leur nouvelle vie dans ce pays, reconnaît Sun. La langue et le transport sont les deux principaux facteurs qui les empêchent de se faire des amis et de se familiariser avec leur collectivité. »
 
Ces obstacles mènent souvent à l’isolement des personnes âgées d’origine chinoise. Heureusement, l’organisme sans but lucratif Redleaf Cultural Integration (RCI) est présent à Burlington, en Ontario, pour lutter contre ce phénomène.
 
« L’isolement social est l’un des principaux défis, confirme Lily Hudson, directrice générale de RCI. C’est pourquoi nous avons commencé à organiser des activités adaptées aux besoins culturels et langagiers de ces personnes âgées. Comme ils sont nombreux à ne pas conduire, nous louons un autobus scolaire pour les emmener à leurs activités. »
 
Puis la COVID‑19 est apparue. À la fin janvier, le message circulait dans la communauté chinoise du Canada que le virus se propageait en Chine. RCI dû alors prendre la difficile décision d’annuler toutes ses activités.
 
« Le coronavirus nous préoccupe spécialement, puisque nous offrons des services aux personnes âgées, explique Sun, maintenant coordonnatrice de projet chez RCI. La moyenne d’âge de notre clientèle se situe entre 65 et 70 ans, et beaucoup de ces personnes ont des problèmes de santé. »

Les obstacles que RCI s’était efforcée de surmonter reprirent de plus belle lorsque cette pandémie sans précédent frappa le Canada, et ce sont les personnes âgées qui furent le plus durement touchées.
 
« Ils sont coincés chez eux depuis. Ils n’ont pas de voiture, et il est hors de question de prendre le transport en commun, ce qui veut dire plus d’activités de groupe. L’impact de la COVID se fait surtout ressentir sur leur santé mentale. »
 
RCI s’est donc posé la question : et si les personnes âgées pouvaient discuter et suivre des cours en ligne? Les organisateurs ont tenté l’expérience. Ils ne savaient pas trop si cela marcherait, mais les participants étaient très motivés.
 
« Je trouvais que c’était une bonne idée, se rappelle Sun. J’en ai parlé à des collègues, et nous avons commencé à offrir quelques cours en ligne sur Zoom. La formule a connu un si grand succès que nous sommes passés, à la demande populaire, de trois à cinq cours par semaine. »
 
Les bénéficiaires peuvent notamment suivre des cours d’anglais, de danse aérobique, de médecine chinoise traditionnelle, de préparation du thé et de photographie. Parfois, les bénévoles d’autres organismes sont appelés à partager leurs connaissances sur un sujet donné. Il y a aussi un groupe pour les amateurs de chant.
 
Malgré la diversité de l’offre, RCI a rapidement remarqué que certaines personnes âgées ne participaient pas aux cours. « Nous étions inquiets de constater que chacune de ces personnes vivait seule, raconte Mary Ren, coordonnatrice de projet chez RCI. Nous avons donc lancé un projet pilote, Check and Chat, dans le cadre duquel nous appelons les personnes âgées pour prendre de leurs nouvelles et vérifier qu’elles ne manquent de rien. »
 
L’organisme a même mobilisé certains de ses bénévoles, eux aussi des aînés, au cas où leurs interlocuteurs seraient plus à l’aise de communiquer avec une personne de leur âge.
 
« Ils adorent recevoir ces appels et discuter avec nous, se réjouit Ren. Nous pouvons facilement voir les bienfaits des cours en ligne et du programme Check and Chat. Nos bénéficiaires sont rassurés, enthousiastes et impliqués. Ils adoptent des habitudes saines. Ils renforcent leurs liens d’amitié au lieu de s’isoler. »
 
La pandémie de COVID‑19 est une période particulièrement difficile. Les consignes de sécurité changent constamment, et le confinement nous empêche de voir facilement notre famille et nos amis. Face à ces épreuves, Sun est inspirée par la résilience des personnes âgées qu’elle côtoie au travail.
 
« C’est remarquable. Au début, ils comprenaient à peine comment fonctionnent ces technologies. Mais ils sont curieux et prêts à déployer les efforts nécessaires pour s’adapter à la situation, affirme Sun. C’est la preuve qu’on n’est jamais trop vieux pour apprendre. Pour moi, ils sont une grande source d’inspiration. »
 
La Croix‑Rouge canadienne offre un soutien financier à cet organisme pour garantir la poursuite de ses activités. Cette aide est possible grâce au programme de subventions du Fonds d’urgence pour l’appui communautaire du gouvernement du Canada.
 
Le programme est offert aux organismes sans but lucratif qui offrent des services aux personnes particulièrement susceptibles de subir les conséquences sanitaires, économiques et sociales de la COVID‑19. Consultez le site croixrouge.ca/organismescommunautaires pour en savoir davantage.


Articles connexes
Garder les personnes isolées dans l'ici et maintenant
Les leçons de la Covid-19
La lutte contre la pandémie de Covid-19 à travers le monde
 
comments powered by Disqus