Aller au contenu
 

Aider les nouveaux arrivants à vivre au Canada pendant la pandémie

Par Michelle Palansky, conseillère en communications à la Croix‑Rouge canadienne
 
L’annonce de la pandémie de COVID‑19 a eu des répercussions particulièrement graves pour les familles de nouveaux arrivants au Canada. Les programmes communautaires sur lesquels elles comptaient ont été mis en suspens, et leur sentiment d’isolement a pris de l’ampleur à mesure que le printemps cédait sa place à l’été.
 
« Je craignais ne pouvoir offrir aucun programme de l’été », se rappelle Feisal Adem, directeur du centre communautaire et centre jeunesse Rahma, à Winnipeg.
 
Heureusement, grâce au soutien du Fonds d’urgence pour l’appui communautaire du gouvernement fédéral, géré par la Croix‑Rouge canadienne, l’organisme est maintenant en mesure d’offrir les programmes dont ses membres ont grandement besoin.
 
Avant la pandémie, le centre Rahma offrait des services de loisir, d’éducation et de counseling à sa communauté. On pouvait y obtenir de l’aide au devoir, participer à des soirées sportives, jumeler des enfants d’immigrants avec de jeunes mentors canadiens et organiser des repas de groupe.
 
La subvention arrive juste au bon moment pour recommencer à offrir au moins quelques-uns de ces services. Les familles qui ont souvent recours aux services du centre sont très reconnaissantes de recevoir ce soutien.
 
Faisal Al-Shehab a quitté la Syrie il y a quatre ans pour immigrer au Canada avec sa femme et ses enfants. « J’aime ma vie au Canada, mais je m’ennuie de certaines personnes que j’ai laissées derrière en Syrie. Le centre Rahma aide ma famille à tisser des liens avec la communauté ici.
 
« La pandémie a été très difficile pour les enfants. Ma femme et moi ne sommes pas encore très à l’aise avec l’anglais, ce qui limite notre capacité à aider les enfants avec leurs devoirs. Depuis la COVID‑19, ils ne vont plus à l’école et commencent à prendre du retard. Grâce au centre Rahma, ils reçoivent maintenant le soutien dont ils ont besoin pour faire leurs devoirs et rattraper le temps perdu. »
 
Les programmes du centre plaisent aussi à ses enfants : « J’aime les soirées pizza et passer du temps avec mon ami. Les tuteurs sont très gentils et m’aident à faire mes devoirs. »
 
Mohamad Hussein a deux enfants qui participent au programme, Ramadan et Anbiya.
 
Sa femme et lui sont très heureux que le programme existe, car ils travaillent de soir et peuvent difficilement superviser les devoirs de leurs enfants. « Les bénévoles et les employés du centre m’expliquent où mes enfants en sont rendus avec leurs devoirs. Ramadan avait de la difficulté avec l’algèbre. Une tutrice, Falmata, l’a aidé à s’améliorer et à reprendre confiance en lui. »
 
L’ainée de monsieur Hussein, Chaltu, étudie à l’université et donne de son temps au programme d’aide aux devoirs. « C’est une façon d’acquérir de l’expérience, et j’aime travailler avec les enfants », explique-t-elle.
 
Le centre communautaire et centre jeunesse Rahma offre un soutien et des services essentiels pour les immigrants. L’aide financière arrive à point nommé.
 
« Ce financement nous permet d’élargir notre personnel afin de répondre aux demandes additionnelles pendant la pandémie, se réjouit monsieur Feisal. Vous ne pouviez pas tomber à un meilleur moment. Ces fonds nous aident énormément. »

La Croix‑Rouge canadienne finance la suite de ce projet grâce au généreux soutien du Fonds d’urgence pour l’appui communautaire du gouvernement du Canada.

 
Articles connexes
comments powered by Disqus