Aller au contenu
 

Le Croissant-Rouge afghan appuie les femmes en dépit des conflits, de l’isolement et des contraintes culturelles

Par Aldis Brennan, Croix-Rouge canadienne
 
Partout dans le monde, la naissance d’un enfant est considérée comme un événement heureux qui marque le début d’une nouvelle vie pleine de possibilités et d’espoir pour l’avenir. Dans un grand nombre de pays, accoucher n’est pas une cause d’inquiétude majeure. Certes, c’est douloureux, mais en général, les femmes peuvent s’attendre à un prompt rétablissement aux côtés d’un poupon heureux et en santé. Cependant, ce n’est pas toujours le cas en Afghanistan, où un accouchement peut signifier un arrêt de mort. En effet, le pays a l’un des taux de mortalité maternelle les plus élevés au monde, principalement en raison des ravages causés par quarante ans de conflits et de crises concurrentes sur le système de santé du pays.
 
« Selon différentes organisations de santé, la plupart des décès maternels en Afghanistan découlent du fait que les femmes habitant dans des régions rurales ne reçoivent pas les soins de santé maternelle dont elles ont besoin, explique Naveed Siddiqi, responsable de la planification, du suivi, de l’évaluation et de l’établissement de rapport du Croissant-Rouge afghan. Plusieurs femmes habitant dans des régions rurales ne reçoivent pas de soins prénataux quand elles sont enceintes ni de soins postnataux après la naissance du bébé. »
 
Selon l’Organisme mondial de la Santé, l’Afghanistan dispose d’un médecin par 3 500 habitants, un chiffre bien en dessous de la moyenne internationale, et les conflits prolongés entre des groupes armés rendent l’accès à des soins impossible à un grand nombre d’Afghans.
 
Néanmoins, les équipes de santé mobiles du Croissant-Rouge afghan actives partout dans le pays s’emploient remédier au problème. Des équipes sont mobilisées dans 33 des 34 provinces du pays afin de fournir un éventail de services aux populations locales, notamment des consultations externes, des soins liés à la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants et des cliniques de vaccination, en plus d’organiser des activités de sensibilisation sur la santé maternelle et les soins à apporter aux enfants.
 
« Les équipes de santé mobiles travaillent dans certains des endroits les plus reculés et difficiles d’accès du pays où d’autres organisations, y compris le gouvernement, n’ont pas accès en raison de conflits, ou parce que ces régions sont contrôlées par des forces armées antigouvernementales », ajoute Siddiqi.
 
Cependant, les conflits et l’isolement ne sont pas les seuls obstacles auxquels les gens doivent faire face pour accéder à des soins de santé. Dans le cas des femmes, l’accès est souvent limité parce que la majorité des médecins sont des hommes. C’est pourquoi le Croissant-Rouge afghan a jugé qu’il était essentiel d’intégrer une sage-femme à chacune de ses équipes de santé mobile.
 
« Étant donné que les femmes et les filles ne peuvent pas consulter un homme médecin parce que cela leur est interdit par leur culture, la présence d’une sage-femme les encourage à obtenir les soins de santé offerts », explique Siddiqi.  

Les résultats sont concluants. L’année dernière, les équipes ont fourni des soins à plus de 510 000 personnes, et plus de la moitié d’entre elles étaient des femmes et des enfants.  

Les services offerts par les équipes de santé comprenaient notamment :
  • Des consultations externes à plus de 220 000 femmes
  • Des soins maternels à plus de 74 000 femmes
  • Des soins prénataux et postanaux à près de 40 000 femmes
  • Des services de vaccination à près de 20 000 femmes et filles
  • De l’assistance pendant près de 1 300 accouchements
En raison de la pandémie de COVID-19, il est plus important que jamais que la population afghane ait accès à des services de santé, aux renseignements fournis par les autorités sanitaires ainsi qu’à des services de dépistage et de test, sans quoi la maladie risque de se répandre comme une traînée de poudre dans les communautés touchées. C’est pourquoi, à la demande du gouvernement, les équipes de santé mobile poursuivent leurs opérations et ont étendu la portée de leurs services afin de répondre aux besoins engendrés par la pandémie.
 
« Selon moi, les équipes de santé mobiles font un travail extraordinaire, car elles offrent des services dans des régions auxquelles aucune autre organisation n’a accès, explique Siddiqi. Par exemple, des équipes se sont rendues dans des zones qui ne sont pas sous le contrôle du gouvernement et très difficile d’accès de la province de Kunar, qui est limitrophe au Pakistan, afin d’y administrer des tests de dépistage de la COVID-19 et de sensibiliser la population. »
 
Grâce aux équipes de santé mobiles et d’autres installations médicales gérées par le Croissant-Rouge afghan, des centaines de milliers de personnes ont pu subir des tests de dépistage de la COVID-19 et un plus grand nombre encore d’Afghans et d’Afghanes connaissent les risques que posent le virus. Même si la menace demeure sérieuse, le travail des équipes de santé mobiles a aidé à contenir la propagation de la maladie et à atténuer ses impacts sur un système de santé déjà débordé.
  
Il ne faut pas oublier que ce service essentiel comporte son lot de difficultés. En effet, les membres des équipes sont en déplacements constants dans des régions isolées et doivent gérer des situations et des environnements de plus en plus complexes.
 
Ce travail requiert le maintien d’un équilibre délicat et les résultats sont un témoignage de l’engagement du Croissant-Rouge afghan à l’égard des Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et de la conviction que toute personne, peu importe son genre, l’endroit où elle habite, ou son appartenance politique, mérite d’avoir accès des services médicaux dans la dignité.
 
Les équipes de santé mobiles du Croissant-Rouge afghan reçoivent le soutien de la Croix-Rouge canadienne et continuent d’offrir une assistance médicale essentielle aux personnes dans le besoin, et plus particulièrement aux femmes et aux filles, pendant la pandémie de COVID-19. Pour faire un don au Fonds de secours international : COVID-19, cliquez ici.


Articles connexes :
comments powered by Disqus