Billet écrit par Stephanie Murphy, travailleuse humanitaire de la Croix-Rouge canadienne à Nhamatanda, Mozambique

Fatima Olympia est une infirmière spécialisée qui travaille dans les salles de travail et d’accouchement à l’hôpital de district de Nhamatanda. Dans cette région du Mozambique, le cyclone Idai a tout rasé sur son passage, y compris l’hôpital. Appuyée par la Croix-Rouge finlandaise, la Croix-Rouge canadienne est intervenue en aménageant un hôpital mobile pour traiter les cas de choléra et de malaria afin d’alléger la tâche de l’établissement régional.
 
La Croix-Rouge collabore ainsi avec les équipes médicales locales pour améliorer la qualité des soins offerts dans une variété de services, notamment la maternité. L’hôpital de district voit naître près de 300 bébés chaque mois, ce qui occupe grandement le personnel infirmier et les étudiant(e)s en sciences infirmières.
Jaime Burgoyne et Fatima Olympia 
Il s’agit d’un coup de pouce bienvenu pour Fatima et son équipe. Grâce à cette aide, le personnel a appris comment procéder à différents examens pour déterminer l’état de santé général d’une patiente enceinte. L’hôpital mobile de la Croix-Rouge était équipé d’un concentrateur d’oxygène et d’un régulateur d’aspiration, lesquels ont été offerts à l’unité des naissances de l’hôpital de district. Ces appareils peuvent aider les nouveau-nés en difficulté respiratoire, une complication qui survient chez 10 % d’entre eux. Ce type d’équipement n’était accessible auparavant qu’à Beira, une ville plus populeuse située à environ deux heures de route. Heureusement, désormais, le personnel médical local bénéficiera de formation continue pour savoir s’en servir au besoin.
 
Oui, de meilleures ressources matérielles peuvent avoir un grand impact sur la santé des patients, mais de petits ajustements aussi peuvent changer les choses. Jaime Burgoyne, travailleuse humanitaire originaire de Brandon au Manitoba, explique qu’une grande partie du travail consistait à « renforcer les principes de travail déjà mis en place, comme le lavage des mains et la réanimation néonatale », afin d’améliorer le sort des mères et de leur bébé.
 
Si une majorité de ces changements sont simples, leurs effets bénéfiques peuvent se faire sentir longtemps. C’est la raison pour laquelle le mentorat offert au personnel local permettra certainement d’améliorer la santé des mères et de leurs enfants pour les années à venir. Fatima est reconnaissante de tout le soutien que l’hôpital a reçu. « Merci d’avoir travaillé en équipe avec nous et de nous avoir autant aidés! »