Escale à la Gara de Nord : du soutien aux personnes ayant fui l’Ukraine

Par Angela Hill, déléguée spécialisée en communications de la Croix-Rouge canadienne en Roumanie
 
À Bucarest, la Gara de Nord grouille d’activité. Il s’agit du principal point de liaison ferroviaire entre la Roumanie et le reste de l’Europe. Depuis l’intensification de la crise en Ukraine, des milliers de personnes cherchant à fuir la région ont transité par cette gare.
 Des membres de la Croix-Rouge roumaine aident des réfugiés ukrainiens à la frontière
Au milieu de l’agitation, la Croix‑Rouge de Roumanie et ses partenaires offrent aux femmes et aux enfants un refuge tranquille où attendre le train et planifier la suite des déplacements.
 
En compagnie de sa sœur Irina, Olena voyage avec son fils de 3 ans, Marat, et ses deux neveux, Yaroslav (7 ans) et Rostyslav (1 an). Ils sont arrivés à la gare en milieu d’après-midi. Ce n’est qu’une étape de leur long périple. Après avoir séjourné quelque temps en Bulgarie, ils se dirigent vers la Hongrie pour gagner l’Italie.
 
Les enfants jouent avec un ballon sur des matelas colorés. Par l’intermédiaire d’un interprète, Olena explique comme il est difficile d’imaginer la suite. Elle aimerait tant retrouver son mari et son autre fils à la maison. Pour l’heure, elle doit prévoir l’intégration de Marat à la garderie, en septembre prochain.
 
Le personnel de la Croix‑Rouge sert un souper aux membres de la famille et leur remet des aliments qu’ils pourront emporter à bord du train. Il leur donne aussi une valise pour transporter les vêtements chauds qu’ils portaient lorsqu’ils ont fui l’Ukraine en mars. Ils ont de moins en moins besoin de ces vêtements à mesure que le mercure grimpe.
 
À la gare, les bénévoles de la Croix‑Rouge aident des gens à réserver leurs billets pour la suite de leur voyage en vérifiant qu’ils savent où et quand ils devront monter dans leur prochain train.
 
« Nous tentons d’aider les personnes réfugiées en provenance d’Ukraine de toutes les façons possibles : nous leur offrons des articles de première nécessité et de la nourriture, nous leur montrons comment acheter des billets de train ou comment se rendre à la tente où ils pourront obtenir des médicaments et voir des médecins, nous leur expliquons les options de transport. Tout ce qu’ils nous demandent, nous le faisons si nous en sommes capables », explique Anca Dumitrescu, bénévole de la Croix-Rouge de Roumanie.
 Les membres de l'équipe de la Croix-Rouge roumaine réunis autour de leur téléphone
Dans la salle d’attente, des personnes en provenance d’Ukraine qui ne se connaissaient pas quelques minutes plus tôt se lient d’amitié, mettent en commun leurs histoires, se donnent des conseils, puis réalisent qu’elles prendront bientôt le même train vers Budapest. Olena converse avec une autre jeune mère qui a été contrainte de quitter l’Ukraine avec ses enfants lorsque la réserve de médicaments dont ils avaient besoin s’est épuisée. Celle-ci a les yeux rivés à son téléphone, en attente de nouvelles de ses amis et de sa mère, qui est restée au pays.
 
Une autre jeune famille s’approche : une mère accompagnée de ses deux enfants et d’un petit chien, qui court autour de l’aire de jeu, au grand plaisir de Marat et des autres enfants. Ils éclatent de rire et pour un instant, ils sont tout simplement des enfants, de nouveau.
 
À 21 h 30, les membres de cette nouvelle communauté emballent leurs affaires et se dirigent vers le quai de départ. Les bénévoles de la Croix‑Rouge vérifient que les familles sont bien à bord du train, prêtes à poursuivre leur périple, puis ils se préparent aux prochaines arrivées.
 
Les personnes vivant au Canada qui souhaitent faire un don au profit du Fonds de secours : Crise humanitaire en Ukraine peuvent le faire en ligne, en composant le 1 800 418-1111 ou en textant UKRAINE au numéro 20222 (10 $ par texto envoyé).


Articles connexes
comments powered by Disqus