Programme d’appels amicaux : des différences qui rassemblent

Réunies grâce au programme d’appels amicaux de la Croix-Rouge canadienne, Erma Crouse et Sasha Sadlemeyer ont tissé des liens étroits lors de leurs échanges hebdomadaires sur une période de six mois.
 
Les deux femmes sont très différentes l’une de l’autre, ce qui rend leur connexion d’autant plus spéciale.
 
Portrait d'Erma Crow souriantSasha vit avec son mari et ses deux adolescents dans le village de Buena Vista, en Saskatchewan. Enseignante à la retraite, elle est copropriétaire d’un parc automobile.
 
C’est en voyant sa famille arriver à maturité que Sasha a décidé de devenir bénévole pour la Croix‑Rouge : « Mes garçons deviennent plus indépendants, ils ont moins besoin de moi. Je voulais continuer de me sentir utile. »
 
Après s’être inscrite au programme d’appels amicaux, Erma a été jumelée avec Sasha. Membre de la Première Nation Piapot, Erma s’est établie dans la communauté de son mari, Ocean Man, pour y élever leurs enfants et petits-enfants.
 
Erma a surmonté de nombreuses épreuves dans sa vie. Plusieurs de ses enfants sont décédés, parfois des suites d’actes d’une violence inouïe. Mais elle a toujours su se relever. Ayant élevé de nombreux enfants et petits-enfants, elle est fière de se dire sobre depuis 45 ans tout en faisant preuve d’une grande humilité : « Je n’ai rien d’extraordinaire. Je ne suis qu’une vieille dame! »
 
Sasha se confie sur sa relation avec Erma : « Nos parcours sont diamétralement opposés, mais nous partageons les mêmes valeurs, soit l’honnêteté, le respect et la volonté de faire briller les autres. Je pense que c’est la raison pour laquelle nous avons établi de si bons liens. »
 
Les deux femmes ont été mises en contact après que le mari d’Erma a été emporté par un cancer l’an dernier.

« J’étais toute seule dans cette grande maison de cinq chambres, et ça me terrorisait. Je priais beaucoup, et j’ai fait de nombreux rituels de purification. Mon conseiller en deuil de Weyburn m’a suggéré de m’inscrire au programme d’appels amicaux. C’est comme ça que tout a commencé.
 
« Lorsque Sasha m’a appelée pour la première fois, nous nous sommes présentées, et c’est comme si mes prières avaient été exaucées. C’est un ange. Elle est pleine de douceur, de gentillesse et de compassion. Je lui ai confié mes peines, et elle a fait de même. Je la chéris du plus profond de mon cœur. Elle est entrée dans ma vie au moment où j’en avais le plus besoin. »
 
portrait de Sasha souriantUn sentiment partagé par Sasha.
 
« Mes échanges avec Erma embellissent mes journées. Nous pleurons et nous rions ensemble, nous nous racontons des blagues et nous discutons de tout et de rien. »
 
Les deux femmes sont très proches l’une de l’autre. « Erma sait tout de moi. Je lui ai parlé de mes enfants et de mon mari. Lorsqu’elle a su que mon père avait attrapé la COVID-19, elle a prié pour lui tous les soirs. Je connais aussi son histoire familiale. Nous pouvons nous confier l’une à l’autre, sans jugement. C’est elle qui s’est inscrite au programme, mais en fait, c’est moi qui suis chanceuse de l’avoir dans ma vie. »
 
« Il y a quelque chose de très spécial dans le fait de savoir qu’une personne que vous avez rencontrée tout récemment vous porte dans son cœur, et que ses sentiments sont sincères. »
 
Toutes deux n’ont que de bons mots à dire au sujet du programme d’appels amicaux de la Croix-Rouge.
 
« Je recommande ce programme à tout le monde, affirme Sasha. Il suffit de faire un appel d’une vingtaine de minutes par semaine. C’est peu par rapport aux bienfaits qu’on en retire. Vous ne le regretterez pas. »
 
Erma partage l’enthousiasme de son amie. « Je suis très reconnaissante envers la Croix-Rouge pour ce fabuleux programme. Vous avez mis un ange sur ma route, et je ne vous en remercierai jamais assez. »
 
Le programme d’appels amicaux de la Croix-Rouge canadienne est désormais offert dans les provinces de l’Atlantique, en Ontario et au Québec. L’organisme fournit également des services similaires en Alberta et en Saskatchewan.
 
Ce programme vous intéresse? Devenez bénévole! Si vous avez 55 ans ou plus et désirez vous inscrire au programme, ou si vous connaissez une personne qui souffre de solitude et qui pourrait en bénéficier, remplissez le formulaire en ligne (en anglais seulement).

Pour en apprendre davantage sur le programme d’appels amicaux de votre région, veuillez communiquer avec votre bureau régional de la Croix-Rouge.

Articles connexes
Un programme d’appels amicaux qui rapproche les Canadiens
Le programme d’appels amicaux, un baume au cœur pour une aînée dans le deuil

 
comments powered by Disqus