Technologies virtuelles : mode d’emploi à l’intention des novices

Détenir des compétences de base en informatique permet de se connecter aux autres et d’enrichir sa vie sociale. Mais les personnes qui connaissent peu les technologies peuvent avoir de la difficulté à acquérir de telles compétences. Voici quelques conseils pour les aider à apprivoiser l’ordinateur et la navigation Internet.
 

1. Expliquer les avantages des technologies

Loveneet Kaur a enseigné l’informatique au Heritage Skills Development Centre (Centre de développement des compétences Heritage) de Scarborough, en Ontario. Elle affirme que les personnes qui sont peu à l’aise avec la technologie désirent souvent apprendre à utiliser un ordinateur ou une tablette, à manipuler la suite Microsoft Office, à naviguer sur les médias sociaux et à faire des appels vidéo.
 
Une femme et un homme regardent un téléphone cellulaire en souriantPensez aux outils virtuels qui pourraient être particulièrement bénéfiques pour l’apprenti(e). « Certaines personnes peuvent être intimidées par les nouvelles technologies, de sorte qu’elles ne peuvent accéder à plusieurs services et ressources que l’on trouve seulement sur le Web », explique Loveneet.
 
Elle ajoute que le fait de montrer à des personnes à utiliser les plateformes d’appels vidéo s’est révélé particulièrement utile pendant la pandémie de COVID-19, puisque ces personnes ont pu rester en contact avec leur famille et leurs amis. « Mes élèves étaient ravis d’apprendre à ouvrir et à fermer leur caméra, à partager leur écran et à inviter leurs amis à des appels Zoom. »
 

2. S’adapter au niveau des apprenti(e)s

Le meilleur conseil que Loveneet pourrait donner aux enseignant(e)s? « Faites preuve de patience. Dans mes cours, je vois souvent des personnes qui connaissent très peu la technologie, et acquérir de nouvelles compétences prend du temps. 

Je recommande également d’utiliser des mots simples et de faire des démonstrations en direct. Ainsi, les élèves peuvent voir ce qui devrait apparaître sur leur propre écran. »
 
Souvent, l’apprentissage est facilité par la mise en pratique des notions enseignées. Par conséquent, encouragez les apprenti(e)s à manipuler leur clavier ou leur souris et à prendre des notes (à la main, oui oui!), et invitez-les régulièrement à poser des questions.

 
3. Miser sur l’aspect ludique

Le contexte d’apprentissage doit être agréable et exempt de toute pression. Si l’apprenti(e) a une passion ou un intérêt particulier, tenez-en compte dans votre enseignement.
 
« Un de mes élèves est photographe. Il était ravi d’apprendre à utiliser le logiciel PowerPoint, car ça lui a permis de créer des présentations pour montrer le fruit de son travail », affirme Loveneet.
 
Vous pouvez ainsi aider les apprenti(e)s à créer leur propre présentation pour y intégrer des éléments qui les intéressent. Pour mettre l’accent sur l’aspect ludique, vous pouvez également :
  • leur montrer à consulter les cartes-satellites d’un lieu qu’ils connaissent;
  • les aider à planifier un appel vidéo avec un(e) ami(e) ou un rendez-vous hebdomadaire virtuel autour d’un café;
  • leur faire découvrir des tutoriels sur un sujet qui les intéresse.

4. Surmonter les obstacles 

Si vous êtes de ceux qui connaissent Internet sur le bout de leurs doigts, souvenez-vous que ces compétences ne sont pas innées.

Si vous connaissez quelqu’un qui n’a pas accès à un ordinateur, vous pouvez l’aider à s’inscrire à un programme de prêt d’équipement informatique (souvent offert par les bibliothèques publiques ou des organismes communautaires). Vous pourriez également consulter les personnes de votre entourage pour savoir si l’une d’elles souhaite se départir d’un appareil dont elle ne se sert plus — même un téléphone d’occasion peut faire l’affaire, à condition qu’il capte le réseau Internet.
 
Si la personne qui souhaite se familiariser à la technologie n’a pas accès à une connexion Internet, vous pouvez remédier à la situation en cherchant des lieux publics situés à proximité qui offrent le wi-fi gratuitement : parcs, bibliothèques, cafés, etc. Assurez-vous cependant de respecter les restrictions liées à la COVID-19, le cas échéant.
 

5. Parler de cybersécurité et de désinformation

Assurez-vous que les nouveaux utilisateurs et les nouvelles utilisatrices d’Internet connaissent les tactiques utilisées par les arnaqueurs et qu’ils et elles sont sensibilisé(e)s aux dangers liés à la désinformation en situation de crise. Voici quelques conseils de base que vous pouvez leur donner pour optimiser leur utilisation des médias sociaux :
  1. Ne vous fiez pas aux commentaires formulés par les utilisateurs et utilisatrices des médias sociaux pour obtenir des conseils sur des sujets liés à la santé ou à la sécurité publique. Consultez plutôt des sources fiables telles que le site du gouvernement du Canada et celui de l’Organisation mondiale de la Santé, ou encore les sites et comptes publics d’organismes provinciaux des secteurs de la santé, de la sécurité ou de la gestion des urgences.
  2. Ne dévoilez aucun renseignement personnel en ligne (numéro de téléphone, adresse, numéro d’assurance sociale, numéro de compte bancaire, etc.).
  3. Faites des recherches approfondies avant d’acheter des produits sur les médias sociaux (à plus forte raison si l’entreprise qui vend ces produits n’a pas été soumise à une vérification).
  4. Assurez-vous que vos comptes sur les médias sociaux sont privés. Ainsi, vous pourrez gérer vos abonnés, ce qui vous sera particulièrement utile si vous publiez des photos de vous ou de votre famille.
Souvenez-vous que l’acquisition de nouvelles compétences nécessite de la patience, tant pour l’enseignant(e) que pour l’apprenti(e). Si la personne que vous accompagnez éprouve de la frustration, rappelez-lui que c’est en forgeant qu’on devient forgeron!
 
À la fin du processus, vous pourrez vous récompenser en visionnant quelques vidéos de chats avec une bonne tasse de thé...

Sur le même sujet : 
comments powered by Disqus