Répondre aux besoins en santé mentale après le passage dévastateur des ouragans Eta et lota

Billet de Courtney Wilson, déléguée spécialisée en communications au Honduras
 
Au Honduras, les besoins sanitaires sont considérables après le passage des ouragans Eta et lota, et ne se limitent pas aux besoins sanitaires physiques que l’on constate sur le terrain. Après avoir été confronté à une instabilité économique, à de la violence, à la pandémie de COVID-19 et maintenant à deux ouragans dévastateurs, le Honduras connaît des besoins en santé mentale immenses qui ne peuvent être ignorés.                   
psychologue hondurienne
Tania, une psychologue et bénévole de la Croix-Rouge du Honduras depuis quatre ans, peut témoigner de la dévastation causée par les ouragans. Si elle possède toujours une maison, ses amis et collègues, eux, ont tout perdu. Chaque jour, Tania se rend à la clinique d’urgence afin d’apporter un soutien en santé mentale aux membres de la communauté.
 
« Lorsque les gens viennent [à la clinique], ils sont en proie à de nombreuses émotions car ils ont perdu leur maison, et nous leur proposons des soins spécifiques », explique-t-elle. « Nous n’offrons pas uniquement des soins à court terme, nous réfléchissons à des soins à long terme et à des solutions durables. »
 
Voilà qui est plus facile à dire qu'à faire. Au Honduras, comme dans de nombreuses régions du monde, Tania constate que la santé mentale n'est pas toujours reconnue comme une question médicale. Il est donc difficile de se rapprocher des gens pour définir leurs besoins.


« C’est difficile de s’entretenir avec les gens au sujet de leur santé mentale », confie-t-elle.  « Ils ne sont pas habitués à ressentir ce genre de chose. »
 
Ce défi ne décourage cependant pas Tania, qui trouve le travail gratifiant dans la mesure où il lui permet de travailler avec différentes personnes, dont des enfants et des jeunes. Elle ressent également le besoin d’aider les gens en difficulté.
 
Bien que les personnes ne veuillent pas toujours demander de l'aide en matière de santé mentale, Tania constate leur affliction et stress et tente de trouver des solutions innovantes afin de les encourager à obtenir du soutien.
 travailleurs de la Croix-Rouge
« Dans un premier temps, il faut rencontrer les leaders communautaires », indique-t-elle. « Il faut apprendre leurs coutumes, gagner leur confiance et leur demander d’informer leur communauté des services proposés. »


Les services en question sont les services de soutien psychosocial proposés à la clinique d’urgence de la Croix-Rouge canadienne et de la Croix-Rouge du Honduras à La Lima. En plus de prodiguer des soins de santé de base, la clinique dispose de trois spécialistes en soutien psychosocial, dont la mission consiste à répondre aux besoins en santé mentale des patients.


L’espace alloué aux services de soutien psychosocial à la clinique est équipé de rideaux afin de préserver l’intimité des patients. Il y a également un endroit où les enfants peuvent jouer, pendant que leurs parents ou tuteurs reçoivent des soins. Les enfants peuvent, eux aussi, obtenir du soutien psychosocial.


« Nous adaptons nos méthodes et activités aux besoins du patient », explique Tania.


Apporter son soutien à des personnes qui ont vécu plusieurs urgences simultanément peut aussi affecter la santé mentale du personnel de la Croix-Rouge. En effet, Tania admet éprouver parfois des difficultés, mais elle désire poursuivre son travail.

« Avant le passage des ouragans, ma famille s'inquiétait de me voir faire ce travail pendant la pandémie de COVID », explique-t-elle. « Mais en voyant les dégâts, je ne pouvais pas rester là sans rien faire. Tout ce qui reste aux gens, c’est de l’espoir. 
 
Le déploiement de la clinique d’urgence au Honduras est rendu possible grâce au financement du gouvernement du Canada et à la générosité des donateurs canadiens.
Ceux et celles qui souhaitent soutenir les efforts déployés sur le terrain au Honduras peuvent contribuer au Fonds de secours : Ouragan Eta en Amérique centrale sur le site croixrouge.ca ou en appelant le 1 800 418-1111. 

 

Article connexe:
comments powered by Disqus