En septembre 2016, alors que l’ouragan Matthew commençait à se former au-dessus de l’Atlantique, le personnel de la Croix-Rouge redoutait déjà le pire. Les bénévoles de la Croix-Rouge haïtienne se sont rapidement mobilisés pour avertir les collectivités qui se trouvaient dans la trajectoire de la tempête afin de les aider à prendre les mesures nécessaires pour assurer leur sécurité. Heureusement, certains de ces bénévoles venaient tout juste de suivre une formation offerte dans le cadre du programme Renforcement des capacités d’intervention d’urgence dans les Amériques (RCIUA) de la Croix-Rouge canadienne et ont pu rapidement former des bénévoles locaux et appuyer le prépositionnement d’articles de secours pour venir en aide à 3 500 familles.


Au Honduras, Felipe Del Cid, directeur, Gestion des urgences, Amérique centrale pour la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Fédération internationale) commença également à se préparer à l’arrivée de l’ouragan. Felipe bénéficie depuis longtemps du soutien de la Croix-Rouge canadienne dans le cadre de son projet de renforcement des systèmes d’intervention en cas de catastrophe de la Fédération internationale. C’est pourquoi il était prêt à passer à l’action lorsqu’il a reçu un appel la fin de semaine du 1er octobre lui demandant de se rendre en Haïti, car on craignait que l’île ne soit frappée de plein fouet par l’ouragan. 

« Il était impossible de se rendre directement en Haïti, car tous les vols avaient été annulés en raison des vents violents, raconte Felipe. La seule option était de passer par le Panama et la République dominicaine, puis d’essayer de me trouver un vol pour me rendre en Haïti ».

Malheureusement, à son arrivée à Santo Domingo, Felipe s’est rendu compte que tous les vols avaient été annulés. Il a donc entrepris un périple terrestre de six heures qui l’a mené jusqu’à Jimani, une ville à la frontière entre la République dominicaine et Haïti. À son arrivée, la pluie était si forte que la ville était déserte et qu’il a dû marcher plus d’un kilomètre pour se rendre au poste frontalier. Il pleuvait tellement que tous ses effets (ordinateur, passeport, vêtements) étaient trempés.

À son arrivée en territoire haïtien, Felipe a été accueilli par un conducteur de la Croix-Rouge, mais il n’était pas au bout de ses peines. Pendant le périple de trois heures pour se rendre à Port-au-Prince, il a traversé des villages inondés et des ponts submergés par les rivières et croisé des milliers de sinistrés dont les maisons avaient été inondées et les récoltes détruites.

« Pendant un moment, j’ai pensé à m’arrêter en raison des dangers potentiels, mais je savais que nous n’avions pas d’autre choix que de continuer pour aller aider les gens le plus rapidement possible », affirme Felipe.

Haïti a été le pays le plus durement frappé par la tempête et on estime que l’ouragan Matthew aurait touché 2,1 millions d’habitants dans le sud-ouest de l’île. Il s’agit de l’urgence humanitaire la plus importante au pays depuis le séisme de 2010 et Felipe savait que les personnes vivant déjà dans une situation précaire étaient particulièrement vulnérables au passage de cet ouragan.

À Port-au-Prince, Felipe a rencontré Brigitte Gaillis, chef de délégation de la Croix-Rouge canadienne en Haïti. La Société est présente depuis longtemps dans le pays pour appuyer la Croix-Rouge haïtienne. Madame Gaillis avait été temporairement détachée auprès de l’Équipe d’évaluation et de coordination sur le terrain de la Fédération internationale (FACT) pour y jouer le rôle de chef d’équipe adjointe. L’équipe FACT est la première équipe internationale à être déployée par la Croix-Rouge en cas de catastrophe majeure. Brigitte et Felipe se sont lancés dans la préparation d’un plan d’intervention en attendant l’arrivée du reste de l’équipe.

Les besoins sur le terrain

À Montréal, Nicole Robicheau, déléguée en communications à la Croix-Rouge canadienne, observait avec inquiétude l’ouragan Matthew se rapprocher d’Haïti en se préparant à aller rejoindre Brigitte et Felipe. Nicole fait partie d’un bassin de délégués pouvant être déployés dans le cadre du projet de mobilisation du public de la Croix-Rouge canadienne.
 
« Au cours des premiers jours suivant une catastrophe, nous devons absolument faire connaître les besoins sur le terrain, montrer ce que fait la Croix-Rouge pour venir en aide aux sinistrés et indiquer aux Canadiens de quelle manière ils peuvent appuyer notre travail », a expliqué Nicole

Le 4 octobre, elle s’est rendue à l’aéroport de bonne heure dans l’espoir de prendre un vol pour Port-au-Prince, mais l’aéroport étant fermé, elle est rentrée bredouille. Heureusement, une deuxième tentative le lendemain lui a été plus favorable et notre déléguée s’envolait vers Haïti.

Quelques jours plus tard, deux autres Canadiennes spécialistes en santé se sont jointes à l’équipe d’évaluation et de coordination sur le terrain (FACT). Il s’agissait de la docteure Lynda Redwood-Campbell, médecin de famille et travailleuse humanitaire de longue date basée à Hamilton, et de Laura Archer, une infirmière dotée d’une vaste expérience à l’étranger qui travaille présentement pour la Croix-Rouge canadienne à Ottawa. Les deux déléguées avaient reçu comme mandat d’évaluer les besoins sanitaires sur le terrain.

Une fois réunie, l’équipe FACT s’est rendue dans la ville de Jérémie, l’une des régions les plus durement touchées par le sinistre. Elle y a établi sa base et s’est attelée à offrir du soutien au bureau local de la Croix-Rouge haïtienne.

« Dans les villages et les villes le long de la côte ouest, les besoins étaient immenses et les habitants attendaient désespérément des secours, a raconté la Dre Redwood-Campbell. Plusieurs régions étaient inaccessibles en raison des dommages causés par la tempête, alors nous devions nous déplacer en hélicoptère, en bateau ou à pied pour rejoindre certains endroits ».

Dans bon nombre des cas, la Croix-Rouge était la première source d’aide à se rendre sur les lieux. Ainsi, tout en évaluant l’état des cliniques et des infrastructures, l’équipe remettait des articles de secours, des abris prêts à monter ainsi que des articles hygiéniques aux sinistrés dans le besoin avec l’aide des bénévoles locaux de la Croix-Rouge.

Hôpital de campagne

Après avoir analysé en détail la situation sur le terrain, la Dre Redwood-Campbell et l’infirmière Laura Archer ont constaté que les établissements de santé locaux ne parvenaient plus à répondre aux besoins de la population et qu’il était temps de faire venir des renforts.


Grâce à l’appui du gouvernement du Canada, l’hôpital de campagne et les travailleurs humanitaires dûment formés de la Croix-Rouge canadienne se tenaient prêts à intervenir. Après avoir reçu l’appel, la Croix-Rouge canadienne a rapidement envoyé du matériel permettant de mettre sur pied une clinique mobile ainsi que des travailleurs humanitaires spécialisés.

« Nous voulions que les équipes puissent être mobiles et qu’elles soient en mesure de se rendre dans les communautés isolées et difficiles d’accès afin d’y apporter des secours », a déclaré Laura.
 

 
En deux mois de service, le personnel de la clinique mobile a traité plus de 3 500 patients. Il a également apporté du soutien psychosocial indispensable à plus de 220 personnes. Emilie Gauthier-Paré, une experte en soutien psychosocial au service de la Croix-Rouge canadienne, était chargée d’offrir du réconfort aux personnes traumatisées par le passage de l’ouragan. 
 


« Ces gens ont vu leurs effets personnels, leurs récoltes et leurs maisons disparaître sous leurs yeux, a-t-elle expliqué. Leur vie a basculé du jour au lendemain. C’est extrêmement difficile à vivre. »

Distribution d’articles de la Croix-Rouge 

Des bénévoles de la Croix-Rouge haïtienne formés dans le cadre du projet Renforcement des capacités d’intervention d’urgence dans les Amériques (RCIUA) ont procédé à une évaluation des dommages et des besoins dans la ville de Jérémie et ses environs à l’aide du logiciel Open Data Kit (ODK), qui permet la collecte rapide de renseignements sur téléphone mobile.

Ces bénévoles se sont également servis du système Mega5 pour appuyer la distribution d’articles de secours, une première pour la Croix-Rouge! L’implantation des logiciels ODK et Mega5, un système d’analyse des données, a été financée par le projet de renforcement des mécanismes d’intervention en cas de catastrophe de la Croix-Rouge canadienne. 

Lors du deuxième jour de distribution, Augustine Jean était à la tête de la file à Anse D’Hainault, une localité située sur la côte sud-ouest d’Haïti. En touchant terre, l’ouragan Matthew a arraché le toit de sa maison alors qu’elle était encore à l’intérieur. Heureusement, elle a pu sortir à temps et est maintenant revenue chez elle. 

« J’ai couvert une partie de la maison avec une bâche, mais il pleuvait tellement fort que j’ai dû rester debout toute la nuit pour demeurer au sec et utiliser des contenants pour collecter l’eau de pluie », raconte Augustine.

Malgré l’inconfort de la situation, les deux bâches qu’elle a reçues de la Croix-Rouge et qui ont été données par le gouvernement du Canada ont fait une grande différence dans la vie d’Augustine, qui est heureuse d’être de retour chez elle. 

Au cours des deux premiers mois de l’intervention, la Croix-Rouge a distribué environ 900 000 articles de secours, y compris 5 000 comprimés pour purifier l’eau, plus de 6 400 couvertures, 9 000 trousses d’hygiène, 14 300 ustensiles de cuisine, 21 100 bâches et plus de 13 000 moustiquaires de lit
Through the Canadian Red Cross, the Government of Canada donated relief supplies to meet the immediate needs of up to 2,000 families and contributed funds to the Red Cross Movement appeal to support the provision of immediate humanitarian assistance after Hurricane Matthew.

Par l’entremise de la Croix-Rouge canadienne, le gouvernement du Canada a fourni des articles de secours permettant de répondre aux besoins immédiats de 2 000 familles. Il a également contribué au fonds de l’appel lancé par le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge afin d’appuyer les efforts humanitaires organisés au lendemain de l’ouragan Matthew.

Au total, 34 travailleurs humanitaires de la Croix-Rouge canadienne ont été déployés pour appuyer l’intervention du Mouvement en Haïti. 

Cette intervention a été en grande partie rendue possible grâce au partenariat stratégique entre la Croix-Rouge canadienne et le gouvernement du Canada. Le travail accompli grâce à ce partenariat stratégique ne se limite pas aux Amériques. En effet, ses bienfaits se font également ressentir sur le continent africain, où l’on retrouve des témoignages similaires.