Bernard St-Laurent : des incendies aux inondations, un vétéran poursuit sa mission

Par Jon Adam Chen

Après 40 ans de service militaire, Bernard St-Laurent est bien placé pour témoigner de l’importance de venir en aide à autrui. Bénévole pour la Croix-Rouge canadienne depuis sa retraite prise il y a 11 ans, il affirme avoir vu de ses propres yeux la portée des mesures mises en place par la Croix-Rouge, que ce soit au Canada ou ailleurs dans le monde, pour aider les personnes et les communautés dans le besoin.
Un responsable de la Croix-Rouge est accoté sur un comptoir nommé Café Bernie avec un masque et une blouse de protection contre la COVID-19.
En tant que responsable de l’équipe d’intervention services aux individus (EISI) d’Ottawa, Bernard s’inspire de l’expérience qu’il a acquise pendant ses nombreuses années de service dans des environnements opérationnels complexes. Lorsque survient une catastrophe telle qu’un incendie résidentiel, les équipes de la Croix-Rouge comme celle de Bernard figurent parmi les premiers répondants. Elles fournissent notamment de la nourriture, un abri, des vêtements et des articles de première nécessité aux personnes sinistrées, et ce, jusqu’à 72 heures après l’événement. En tant que responsable de l’EISI, Bernard coordonne les mesures de soutien qui s’ajoutent à l’aide offerte par les services d’incendie, les forces policières et les programmes municipaux.

Bernard estime que le rôle de la Croix-Rouge en ces temps particuliers demeure le même : répondre aux besoins des personnes touchées. « Nous sommes témoins de la détresse de certaines personnes qui ont l’impression de ne pas pouvoir se relever de la situation à laquelle elles sont confrontées. Mais lorsqu’elles nous voient arriver, elles retrouvent espoir », affirme Bernard.

Son équipe et lui sont en lien direct avec les services d’incendie, qui les avisent immédiatement de toute situation nécessitant leur intervention auprès des personnes touchées par une catastrophe. Auparavant, cette intervention se traduisait par un déploiement sur les lieux de l’événement, où l’équipe apportait directement du réconfort à celles et ceux qui en avaient besoin. Maintenant, le premier contact est établi par téléphone, d’où l’importance de pratiquer l’écoute active et de faire preuve d’empathie. En plus de veiller à ce que les sinistrés puissent être logés pendant la nuit, Bernard et son équipe s’assurent qu’un formulaire d’évaluation des besoins est rempli rapidement, et ce, pour chaque personne touchée.

« C’est une façon très complexe mais efficace de venir en aide à ces personnes et de veiller à ce qu’elles se sentent prises en charge », soutient Bernard.

Au cours de la dernière semaine, Bernard est intervenu lors de quatre incendies qui se sont tous déclarés entre minuit et 4 h 30. Une famille de cinq personnes a été touchée par l’un d’eux. Bernard affirme que la possibilité de contribuer à alléger la souffrance d’autrui l’emporte toujours sur la fatigue générée par les nombreux appels.

Outre son engagement auprès des personnes sinistrées, Bernard a assumé un rôle de leader lors de plusieurs opérations d’urgence en réponse à des crues printanières et à des feux de forêt survenus pendant l’été. Il a également été déployé à un poste frontalier du Québec pour venir en aide aux demandeurs d’asile et a participé aux évaluations des capacités d’intervention en cas de catastrophe au Pakistan et en Afghanistan. Récemment, Bernard s’est investi dans les activités de sensibilisation entourant la campagne de vaccination contre la COVID-19 à Ottawa.

« En tant que bénévole de la Croix-Rouge, j’ai le sentiment d’être très engagé au sein de ma communauté, et c’est encore plus vrai ces jours-ci. La pandémie de COVID-19 a mis en lumière la nécessité d’effectuer de nombreuses activités de sensibilisation auprès des personnes dans le besoin, y compris celles qui ont peu de contacts sociaux. »

Bernard estime que la Croix-Rouge a su rehausser les interventions humanitaires réalisées dans chaque situation où il est intervenu. « De nombreuses personnes nouvellement arrivées au Canada nous disent qu’elles ont été témoins du travail effectué par la Croix-Rouge dans leur pays d’origine, mais qu’elles n’auraient jamais pensé que l’organisation leur viendrait en aide ici, au Canada. Ça confirme la portée de ses interventions. »

Bernard affirme qu’il ne rate jamais une occasion d’enfiler son dossard de bénévole et sa casquette à l’effigie de l’organisme. « Je veux que les gens sachent que je travaille pour la Croix-Rouge et que j’adhère entièrement à ses Principes fondamentaux. Nous venons en aide à quantité de personnes, de tous les horizons! ».

Il existe de nombreuses possibilités de bénévolat. Pour plus d'informations, consultez le site www.partenairescroixrouge.ca

 
comments powered by Disqus