Glace bleue, blanche ou grise : Patiner sur un lac en toute sécurité

Par Caroline Wagner, conseillère en communications

Vous patinez à la surface d’un lac gelé, quand soudain... CRAC! Vous voyez la glace se fendre jusque sous vos patins... Et c’est là que vous vous demandez : Quelle est l’épaisseur de la glace? Suis-je trop loin du bord?
 
Si la question vous vient en tête, c’est que votre instinct vous pousse dans la bonne direction, nous dit Lynn Kolba, experte en sécurité sur la glace à la Croix-Rouge canadienne.
 Patinage sur un lac
« Une fois que le lac gèle, beaucoup tendent à oublier qu’ils patinent sur une étendue d’eau de plus de 30 pieds de profondeur, explique Lynn. Si la glace se brise, la situation peut rapidement virer au drame. Mais heureusement, il existe des solutions simples et peu coûteuses pour réduire les risques. »
 
Voici quelques conseils de Lynn pour profiter de la glace en toute sécurité.
 
Évaluer la glace
 
Le meilleur moyen de déterminer si la glace est sécuritaire, c’est de vérifier son épaisseur. Pour les étendues d’eau locales, vérifiez si votre ville ou votre municipalité a déjà mesuré la glace. Elle doit avoir au moins 15 centimètres d’épaisseur pour qu’on puisse y marcher ou y patiner, et 20 centimètres si on souhaite s’y aventurer en groupe ou jouer au hockey.
 
Si vous avez une foreuse à glace et savez l’utiliser, vous pouvez mesurer l’épaisseur de la glace par vous-même. Ou encore, vérifiez si des pêcheurs sur glace sont présents et ont déjà percé un trou.
 
La couleur de la glace peut être un bon indicateur de son épaisseur. Même si ça semble contre-intuitif, la glace bleu clair – qui vous permet de voir en profondeur – est la plus solide. « C’est un signe que l’eau était calme, ce qui lui a permis de former une glace épaisse, solide et stable », explique Lynn.
 
La glace blanche, qu’on appelle aussi glace de neige, est plus opaque parce qu’elle a eu le temps de fondre et de geler à quelques reprises, ce qui la rend environ la moitié moins solide que la glace bleue. La glace grise ou ramollie est la plus faible : il faut l’éviter en toute circonstance.  
 
Suivre les conditions météo est également un bon moyen d’évaluer la glace. Lynn précise que le maintien des températures sous zéro est essentiel :
 
« Il est important de vérifier les conditions extérieures dans la semaine précédant votre activité sur la glace. Lorsque la température baisse soudainement, on pourrait penser que la glace est épaisse et solide... mais en réalité l’alternance de température peut avoir forcé la glace à se dilater et à se contracter, ce qui crée des rides de pression. Le froid ne signifie pas nécessairement que la glace est sécuritaire. »
 
Se munir d’équipement de sécurité
 
Sur une étendue d’eau, il est recommandé d’avoir à portée de main de l’équipement de sauvetage au cas où la glace céderait. Lynn suggère notamment :
 
de porter un vêtement de flottaison individuel (VFI);
d’apporter une corde de remorquage ou une corde lestée;
de porter des pics à glace;
de ne pas patiner seul.
 
Vous ne connaissez pas les pics à glace? Ces petits objets peuvent pourtant sauver des vies. Il suffit de les porter à l’intérieur de vos manches pour les avoir à portée de main au besoin. Ces pics pointus rétractables peuvent vous permettre de vous agripper à la glace si vous tombez à l’eau.
 
Comme avec tout équipement de sécurité, il est important de se pratiquer, rappelle Lynn. Faites quelques lancers de corde pour vous familiariser au mouvement, et testez vos pics à glace dans un banc de neige gelée afin d’évaluer la force nécessaire pour bien les enfoncer.
 
Pour connaître des techniques de sauvetage, rendez-vous sur notre page de conseils de sécurité sur la glace.
 
Écouter les signes
 
Pendant que vous patinez, portez attention aux indices visuels ou auditifs qui pourraient indiquer que la glace n’est pas sécuritaire.
 
Les bruits de craquement ne sont pas nécessairement un signe de danger, mais surveillez leur fréquence et leur intensité. S’ils s’accélèrent ou s’accentuent, méfiez-vous. De plus, restez toujours à l’affût des trous d’eau et des bulles d’air, qui peuvent signifier que la glace est faible.
 
Les rides de pression sont un autre indice révélateur. « Ce sont un peu comme des plaques tectoniques, explique Lynn. Les plaques de glace se divisent, se soudent au regel, puis peuvent se séparer de nouveau à une certaine température. »
 
Les cours de sécurité aquatique de la Croix-Rouge canadienne peuvent vous en apprendre beaucoup au sujet de la sécurité sur la glace. Consultez le croixrouge.ca/trouveruncours pour en savoir davantage


Articles connexes
comments powered by Disqus