Aller au contenu
 

De la pluie à la poussière : Rapport sur les changements climatiques du Comité international de la Croix-Rouge

Douze des vingt pays les plus vulnérables aux changements climatiques sont en situation de conflit. Ces pays sont touchés de façon disproportionnée par les phénomènes météorologiques extrêmes et les changements climatiques, qui perturbent leurs activités commerciales et leur production alimentaire et augmentent l’incidence des maladies.
 
Le rapport sur les changements climatiques du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) invite les intervenants, les gouvernements et les acteurs du domaine humanitaire à faire en sorte que le financement et les actions en faveur du climat profitent aux personnes les plus vulnérables en zones de conflits. Le rapport met l’accent sur les recherches menées en Irak, au Mali et en République centrafricaine pour mettre en lumière les témoignages des personnes qui vivent dans des zones de conflits armés, et qui sont particulièrement vulnérables aux risques climatiques et à la dégradation de l’environnement.
 
Les conflits et la crise climatiques menacent la sécurité alimentaire et économique, ainsi que l’approvisionnement en eau d’un grand nombre de personnes. Des familles et des communautés entières sont donc confrontées à un choix : s’adapter ou être déplacées pour sauver leur vie ou leurs moyens de subsistance. Malheureusement, ce choix a pour conséquence de menacer leur sécurité et leur stabilité personnelle, leurs réseaux sociaux et leur sentiment d’appartenance communautaire.
 
En République centrafricaine, des tensions ont éclaté entre des fermiers en raison des nombreux déplacements internes et transfrontaliers. En Irak, la piètre qualité de l’eau et les problèmes d’approvisionnement en eau se traduisent par l’impossibilité d’entretenir des infrastructures essentielles. Au Mali, les phénomènes météorologiques extrêmes perturbent les communautés et la capacité de chaque personne à gérer leur situation. L’impact du lien entre les conflits et les changements climatiques est visible dans de nombreuses situations.
 
Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge œuvre partout dans le monde pour réduire les risques et intervenir en cas de catastrophe et de crise. C’est pourquoi le Mouvement privilégie une approche en santé publique intégrée afin de faciliter un accès sécuritaire à l’eau, à la nourriture, à l’hébergement et aux services essentiels aux personnes les plus durement touchées.
 
Le CICR s’adapte pour répondre à la crise climatique de façon à respecter le climat. Les organismes humanitaires doivent mettre leurs ressources et leur expertise en commun pour répondre aux enjeux liés aux changements climatiques et aux conflits. Pour ce faire, elles doivent notamment anticiper les risques, renforcer la résilience des communautés, mobiliser des actions en faveur du climat, réduire leur propre empreinte écologique et prendre les mesures nécessaires pour assurer la préparation des institutions.
 
Au Yémen, des pluies diluviennes ont causé des inondations torrentielles dans un pays déjà ravagé par la guerre. Les maladies hydriques et saisonnières s’y propagent de plus en plus fréquemment en raison des changements climatiques. Les zones déjà touchées par des conflits prolongés, y compris les camps de personnes déplacées dans les gouvernorats du sud, sont particulièrement vulnérables, car bon nombre de tentes et d’effets personnels ont été emportés par des crues spontanées. Le CICR et le Croissant-Rouge du Yémen sont venus en aide à plus de 130 000 personnes touchées par les inondations, ce qui s’ajoute à l’assistance continue qu’ils offrent aux victimes des conflits. 
 
La Croix-Rouge canadienne collabore avec des collectivités au Canada et à l’étranger afin d’intervenir en cas de phénomènes météorologiques extrêmes et de réduire le risque que de tels phénomènes ne se reproduisent, et la Croix-Rouge continue de chercher des moyens d’appuyer davantage les actions en faveur du climat.

Pour lire le rapport complet, cliquez ici. (note: le rapport est en anglais seulement)
 
comments powered by Disqus