Lorsque Inga Sloan est arrivée à la base des Forces armées canadiennes de Borden, près de Barrie en Ontario pour y donner un cours de RCR/DEA de la Croix-Rouge canadienne, elle ne se doutait pas un seul instant que ses étudiants lui sauveraient la vie.

La journée avait commencé tout à fait normalement. Arrivée à la base, Inga a installé son matériel et accueilli l’équipe de sapeurs-pompiers civils du ministère de la Défense nationale dans sa classe.

« Je me souviens d’avoir accueilli les participants et d’avoir commencé à donner mon cours, raconte Inga. Alors que je leur parlais du consentement implicite, tout est soudainement devenu noir et je ne me rappelle plus de rien après ce moment ».

Âgée de 39 ans, Inga venait de faire une grave crise cardiaque.

Heureusement, les membres du groupe, qui étaient déjà formés aux techniques de secourisme et qui suivaient le cours en vue de devenir techniciens en sauvetage, ont réagi immédiatement. Des participants ont utilisé la bouteille d’oxygène et la canule oropharyngée utilisées dans le cadre de la formation pour aider Inga à respirer, tandis qu’un autre a couru chercher un défibrillateur.

Grâce à leur formation de la Croix-Rouge et à leurs réactions rapides, les secouristes ont pu prodiguer des soins essentiels à Inga pendant les quelques minutes cruciales qui ont précédé l’arrivée de l’ambulance.

« Je n’aurai jamais assez de mots pour remercier les membres de l’équipe, que je surnomme mes anges gardiens, pour tout ce qu’ils ont fait. Grâce à eux, je suis vivante et je peux célébrer mes 40 ans avec ma famille, mes amis et avec eux, car je les ai invités à se joindre à nous! ».
Rescuer-award-min_1.jpg

Pour souligner leur geste héroïque, Inga a proposé la candidature du groupe au Prix du secourisme à l’œuvre, qui leur a été présenté par la Croix-Rouge lors de sa fête d’anniversaire.

Le Prix du secourisme à l’œuvre est une occasion pour la Croix-Rouge canadienne de reconnaître les efforts de secouristes non professionnels ou de premiers intervenants qui ne sont pas en service et qui font tout en leur pouvoir pour sauver une vie, prévenir l’aggravation d’un traumatisme ou réconforter une personne blessée. Quatre heures suffisent pour apprendre à sauver une vie en suivant les cours de secourisme ou de RCR de la Croix-Rouge offerts dans des communautés à travers le pays.