Aller au contenu
 

Hommage à une grande dame

Le 18 octobre dernier, Louise Guérin, la dernière Québécoise à avoir fait partie des dames du Corps de la Croix-Rouge canadienne, nous a quittés à l’âge de 91 ans. Pour souligner l’œuvre de cette femme remarquable, nous publions ici un hommage qui lui a été rendu lors de ses funérailles le 15 novembre dernier par Ginette Archambault, directrice des activités internationales de la Croix-Rouge canadienne, Division du Québec.

Vous savez, les longues vies — presque un siècle dans le cas de madame Guérin — sont jalonnées de moments remarquables. Pour celle que nous saluons aujourd’hui, il s’agit de moments d’une humanité hors du commun.

Louise-Guerin-600.jpgCertains d’entre vous l’ignorent peut-être, mais Louise Guérin a été l’une des grandes figures de l’histoire de la Croix-Rouge. Elle a fait partie des 15 000 dames du Corps de la Croix-Rouge canadienne, un groupe de femmes, fortes, ayant fourni de l’aide humanitaire aux militaires et aux victimes des grands conflits auxquels le Canada a participé au 20e siècle. Elle était aussi une des 641 femmes de ce Corps envoyées en mission à l’étranger.

D’ailleurs, elle a célébré son trentième anniversaire quelques semaines avant la fin de la Guerre de Corée, pays où elle avait été déployée en mission comme dame du Corps de la Croix-Rouge. Cette même mission l’a également amenée à travailler au Japon.

Les jeunes dames du Corps assistaient le personnel médical, conduisaient des ambulances et effectuaient d’autres tâches essentielles et exigeantes. On peut difficilement s’imaginer tout ce qu’elle a pu vivre en Corée, dans ce conflit extrême, mais on sait qu’elle et ses collègues incarnaient un idéal humanitaire.

Par la suite, de 1953 à 1987, madame Guérin a poursuivi son engagement auprès des anciens combattants en travaillant pour le service Arts et métiers de la Croix-Rouge dans les hôpitaux de vétérans à Régina, Calgary, Edmonton, Sainte-Anne-de-Bellevue et à Ottawa, où elle a été responsable du service pendant près de vingt ans.

Louise Guérin, dernière Québécoise des dames du Corps de la Croix-Rouge, a non seulement dédié sa carrière à la Croix-Rouge, mais elle en a également fait la promotion partout où elle se trouvait, et ce, jusqu’à sa mort. Pour elle, la Croix-Rouge était sa vie et elle en était très fière. Tout comme la Croix-Rouge est extrêmement fière d’avoir pu compter sur une femme comme elle pour accomplir sa mission humanitaire, ici ou à l’étranger.

Les conflits n’ont pas cessé. Les catastrophes non plus. L’idéal de Madame Guérin demeure. Il vit en sa mémoire, il s’incarne dans l’engagement de tous ceux qui s’inspirent d’elle et de ses semblables.

Louise Guérin était une grande dame. Une Dame du Corps. Une Dame du cœur. 

Au nom de la Croix-Rouge et de tous ceux qui l’appuient, qui y œuvrent et qui en bénéficient, Madame Guérin, recevez toute notre gratitude. 

Sur la photo : Madame Louise Guérin au Japon en 1953 
comments powered by Disqus