Aller au contenu
 

La nouvelle cartographie des pandémies

Les souvenirs du SRAS de 2002-2003 et de l’épidémie de grippe de H1N1 de 2009 ne sont pas si lointains et le monde n’est jamais à l’abri d’une pandémie.

Lorsque les gens se déplaçaient majoritairement à pied, il était relativement facile de prédire les zones de propagation d’une épidémie en cercles autour du lieu d’origine. Mais à notre époque de grande mobilité via le transport aérien, comment peut-on prévoir quelles directions prendront les virus?

Cette animation démontre la propagation d’une pandémie qui semble presque aléatoire rendant ainsi la prévention et le traitement beaucoup plus complexes.

Or, un chercheur spécialisé en systèmes complexes a développé une méthode assez simple pour prédire la propagation des pandémies. Au lieu de calculer les distances géographiques entre les villes (par exemple, Halifax est située à plus 6 000 km de Vancouver) on s’attarde à la distance temporelle : il y-a-t-il un vol direct entre deux villes? Grâce à ces données, la carte du monde ressemble davantage à une toile d'araignée et on peut prédire plus aisément les directions possibles d’une épidémie.

Cette nouvelle approche permettra aux scientifiques de déterminer les origines de l'infection et aux intervenants d'urgence de mieux anticiper les besoins de la population.

Bien que les technologies de prédiction des épidémies évoluent, un geste simple demeure la meilleure prévention : se laver les mains fréquemment avec du savon!

Pour en savoir davantage sur la cartographie des pandémies, consultez cet article du Atlantic cities.

comments powered by Disqus