5 conseils pour lutter contre la dépression saisonnière

Par Vanessa Racine, coordinatrice aux médias sociaux

Visitez notre page de ressources sur la COVID-19 pour consulter les renseignements à jour sur les programmes, les services et les conseils de la Croix-Rouge.

 
Comment allez-vous? Les derniers mois ont été éprouvants pour plusieurs, et tout indique que cette période stressante n’est pas terminée. Avec l’hiver à nos portes, êtes-vous de ceux qui subissez une perte d’entrain et d’énergie? Si tel est le cas, peut-être souffrez-vous de dépression saisonnière. Voici quelques conseils pour prendre soin de votre moral durant cette période particulière.
 
L'hiver: une source de défis pour certains
Lorsqu’on habite en région nordique, il arrive qu’on ait du mal à s’habituer aux changements climatiques typiques de la période hivernale. Les personnes plus frileuses, par exemple, sont souvent moins tentées de se mettre le nez dehors, limitant ainsi leurs sorties. Sans compter que certains problèmes de santé peuvent être augmentés par le froid, par exemple l’asthme, les problèmes de peau, ainsi que certains troubles cardiovasculaires, circulatoires ou oculaires. 
 
Parmi les affections répandues en hiver, notons la dépression saisonnière, aussi appelée « trouble affectif saisonnier » ou « blues de l’hiver ».
 
Le blues de l'hiver: une réalité bien courante
La dépression saisonnière est plus courante que l’on peut croire. En effet, selon l’Association canadienne pour la santé mentale, on estime que 2 à 10 % des Canadiens en seraient affectés. Elle touche plus de femmes que d’hommes, et on l’observe davantage chez les jeunes adultes. Ses symptômes sont variés et comprennent notamment la fatigue, un besoin excessif de sommeil, l’augmentation de l’appétit, l’altération de la mémoire et de la concentration.
 
Il est souvent ardu de distinguer la dépression saisonnière de la dépression majeure à cause de la similarité des manifestations. C’est le caractère saisonnier des symptômes, surtout, qui permet de les distinguer. Effectivement, il s’agit d’une affection au cours de laquelle se succèdent des périodes dépressives à l’automne et à l’hiver et une stabilisation des symptômes au printemps et en été.
 
Nous pouvons tous ressentir à différents degrés les effets du manque de lumière qui résulte de la réduction des heures d’ensoleillement. Manque d’entrain ou d’énergie, fatigue accrue, difficulté à se concentrer, variations de l’humeur et variations de l’appétit peuvent être des signes révélateurs. On estime que 18 % des Canadiens sont influencés par le manque de lumière en hiver.
 
Si vous croyez ressentir des symptômes de dépression saisonnière, consultez un médecin pour obtenir un diagnostic.
 
Nos conseils
Voici quelques petits conseils pour conserver votre bonne humeur et votre niveau d’énergie habituels lorsque les journées raccourcissent.
  • Mangez sainement. Difficile d’être au sommet de sa forme si l’on ne fournit pas à son corps des nutriments capables de lui donner le maximum d’énergie et de vitamines.
  • Bougez. L’activité physique produit des endorphines et des neurotransmetteurs associés au sentiment de bien-être et de plaisir. En plus, les activités en plein air ont pour bienfaits d’oxygéner votre corps et de vous exposer aux rayons du soleil.
  • Sortez souvent et habillez-vous chaudement. Profitez des journées ensoleillées pour vous mettre le nez dehors!
  • Exposez-vous à la lumière du soleil… à l’intérieur de chez vous! Laissez entrer les rayons du soleil le plus souvent possible (ouvrez grand les rideaux), et installez-vous à proximité d’une fenêtre.
  • Consultez un professionnel de la santé si vous croyez souffrir de dépression saisonnière ou des effets du manque de lumière. Il pourra vous présenter les différentes solutions qui s’offrent à vous.
Pour plus de conseils, visitez notre page de ressources de santé mentale et de bien-être
et inscrivez-vous à nos cours de premiers secours psychologiques offerts en ligne.
 
Bon hiver, en pleine santé !
 

Articles connexes :
Premiers secours psychologiques: pour trouver les bons mots 
Les bienfaits du cours de premiers secours psychologiques de la Croix- Rouge canadienne
Il n’y a pas de mal à se sentir mal : prendre soin de soi en pleine pandémie de COVID-19
 
comments powered by Disqus