Le CSSS du Granit : profondément ancré dans la communauté de Lac-Mégantic

Sujets: Québec
03 juillet 2015



 
Dès la phase d'urgence, le CSSS du Granit et la Croix-Rouge ont mis leurs efforts en commun : des intervenants psychosociaux du CSSS occupaient des bureaux à même les locaux de la Croix-Rouge afin de pouvoir venir en aide rapidement aux personnes en détresse. Des intervenants allaient également sur le terrain, par exemple le long de la clôture qui délimitait la zone sinistrée ou lorsque des immeubles ont été démolis et lors de la dernière marche dans le centre-ville.
 
Par la suite, l'aide de la Croix-Rouge a permis au CSSS de bonifier et d’adapter son offre de services. « Dans la phase d'urgence, les besoins sont criants. Dans les autres étapes, il faut être à l’écoute davantage afin de reconnaître les besoins parce que les gens vont les manifester autrement. Aussi, certains problèmes se sont cristallisés avec le temps, ils sont devenus plus profonds, plus complexes », explique Vicky Orichefsky, directrice au CSSS du Granit. « Nous avons donc été en mode écoute et nous avons pu répondre aux besoins que notre travail de proximité nous a permis d'identifier. »
 
Ainsi, l'équipe du CSSS a pu aller plus loin dans la créativité et l'innovation en matière de services. En voici quelques exemples.
 
Un guide pour les aidants
Les visites régulières chez notre coiffeuse, notre esthéticienne ou notre massothérapeute favorisent les confidences. « Il y avait un besoin de ce côté, pouvoir outiller tous ces gens qui sont souvent les oreilles d'une partie de la population et qui peuvent recevoir des clients en détresse. Avec le guide de l'aidant, ils sont davantage en mesure de les diriger vers les bonnes personnes, que ce soit à l'intérieur du réseau du CSSS ou vers d'autres partenaires communautaires. » La distribution du guide est accompagnée d'une séance d'explications permettant de bien utiliser le guide.
 
La promotion de saines habitudes de vie
Des employeurs ont remarqué que certains de leurs employés avaient de la difficulté à dormir,  s'alimentaient moins bien, faisaient moins d'activité physique. Une équipe du CSSS a donc travaillé en collaboration avec les entreprises, les municipalités et les différentes associations communautaires afin de faire la promotion de saines habitudes de vie. « Les gens savent déjà ce qu'il faut faire, mais nous avons fait une relance pour leur rappeler que ce qui est important pour retrouver l'équilibre, c'est de bien dormir, de bien s'alimenter, de faire de l'activité physique et, surtout, de se faire plaisir. Ça permet de se concentrer sur des objectifs différents, sur le positif. »
 
Le gage de reconnaissance

claude_grenier-5490_original_gage-de-reconnaissance.jpg

Un commentaire revenait souvent au sein de la population de Lac-Mégantic. « Chaque personne pourrait recevoir une médaille parce que tout le monde a fait preuve de courage, d'une grande adaptation et tout le monde a essayé d'aider à sa façon dans la population. » Le gage de reconnaissance a alors pris la forme d'un médaillon avec un arbre pour illustrer que l'enracinement à la vie est plus fort que tout. « Ces remises de médaillons ont été de grands moments de baume et de grande reconnaissance pour ce que chacun a fait », raconte Mme Orichefsky. Nous sommes maintenant à l'étape où les gens ont besoin de consolider, de se faire un réseau social et d'avoir une communauté forte. »

À lire : le rapport synthèse Deux ans après Lac-Mégantic