Formation sur les fours écoénergétiques

Topics: Afrique, Situations d'urgence et catastrophes dans le monde, Nos réussites sur le terrain
04 septembre 2013

La Croix-Rouge du Soudan du Sud a offert aux femmes (et aux hommes) du payam de Komiri, dans le comté de Budi, une formation sur les fours en terre écoénergétiques. Ce projet a remporté un franc succès. À l’origine, l’objectif était de former 80 personnes. Toutefois, compte tenu du vif intérêt manifesté par la population, 117 personnes ont été admises à la formation, soit 24 hommes et 93 femmes.

Idrifua Patrick, un spécialiste de l’environnement, a inculqué aux participants l’importance de protéger l’environnement et leur a montré un moyen de réduire l’ampleur de certaines corvées, comme la collecte du bois de chauffage et la cuisine.

Les fours sont entièrement composés de matériaux locaux. Ainsi, quiconque peut se munir et tirer profit de cette nouvelle technologie.

La déforestation est un problème de taille que les fours écoénergétiques aident à pallier, puisqu’ils consomment un volume modeste de bois de chauffage et peuvent même chauffer au moyen de combustibles de remplacement.  

Formation sur les fours écoénergétiquesL’herbe et les autres matières organiques que l’on retrouve dans les environs – tels que les mauvaises herbes, les résidus de cultures, les feuilles, les brindilles et les cosses – peuvent faire office de combustible, ce qui réduit l’utilisation de bois de chauffage. Une fois chaud, le four conserve sa chaleur pendant des heures. Nul besoin de rajouter du bois.

Non seulement ces fours conservent-ils leur énergie, mais ils sont aussi beaucoup plus sécuritaires que les traditionnels fours construits à l’aide de trois briques en usage dans la région. Les flammes étant contenues, les enfants ne courent plus le risque de se brûler.   

L’utilisation d’un four écoénergétique constitue également un moyen de limiter les risques associés à la collecte de bois de chauffage. Dans certaines régions du Soudan du Sud, des femmes ont été blessées par des mines antipersonnel en ramassant du bois, alors que d’autres ont été victimes de viol ou prises dans les feux croisés de voleurs de bétail. En outre, certaines familles ne mangent qu’un seul repas par jour en raison de la rareté du bois, alors que d’autres se privent d’aliments qui requièrent une longue cuisson. Tous ces facteurs nuisent à la sécurité alimentaire de la population et à la valeur nutritionnelle de son régime.   

Les résultats de la formation ont été spectaculaires. À ce jour, plus de 380 fours ont été construits dans les 8 bomas où œuvre la Croix-Rouge. Non seulement les participants à la formation ont-ils construit leur propre four, mais ils aident actuellement leurs voisins à en faire de même.

Le succès de ce projet prouve qu’il a fait grande impression sur les collectivités bénéficiaires et tout particulièrement sur les femmes. En effet, les bénéficiaires affirment que l’installation d’un four écoénergétique a changé leur vie, car ce dernier leur permet de libérer du temps qu’ils peuvent désormais consacrer à d’autres activités vitales comme la production agricole.

Mary Nadai a affirmé que la formation dispensée par la Croix-Rouge du Soudan du Sud a réussi, en grande partie, à régler son problème de bois de chauffage. En effet, grâce à la construction du nouveau four, elle n’a toujours pas épuisé la réserve de bois qu’elle avait amassée l’année dernière. Les fours écoénergétiques consomment peu de bois de chauffage et conservent longtemps leur chaleur. Mme Nadai a donné l’exemple suivant : elle peut préparer un plat pour ses enfants quand ils sont à l’école et le laisser sur le four; puisque le four garde sa chaleur même une fois le feu éteint, les enfants savourent un repas encore chaud au retour de l’école. Ses enfants sont également contents que leur mère ne les ait pas envoyés ramasser du bois dans la brousse depuis longtemps. « J’ai transmis ces connaissances à deux femmes de mon voisinage qui ont ensuite bâti leur propre four écoénergétique », a-t-elle confié.