Une convalescente obtient un précieux soutien du programme de prêt d’équipement médical

Topics: Au Canada, Nos réussites sur le terrain
10 septembre 2012

Une convalescente obtient un précieux soutien du programme de prêt d’équipement médical

 

« Lorsque je pensais à la Croix-Rouge, je pensa« Je me réveillais tous les matins en me demandant à quel point j’allais souffrir aujourd’hui, si j’allais pouvoir marcher. » -- Liz G., donatrice de la Croix-Rouge et bénéficiaire du programme de prêt d’équipement médical.

Liz est dans la mi-trentaine lorsqu’elle commence à ressentir une raideur dans les hanches. Il lui est pénible d’effectuer des gestes aussi simples que de monter les marches ou de se pencher pour nourrir ses chats ou mettre ses souliers. Malgré les nombreuses séances de physiothérapie, la douleur s’intensifie. Liz commence aussi à éprouver de la difficulté à marcher et à dormir. « Conduire ma voiture manuelle était devenu presque insupportable. J’avais du mal à passer de la pédale de frein à l’embrayage, c’était très douloureux », dit Liz.

Suivant les conseils de son physiothérapeute, Liz décide de consulter un docteur. La radiographie révèle qu’elle souffre de la dysplasie de la hanche – un problème qui empêche l’articulation de la hanche de fonctionner correctement, ce qui provoque une dégénérescence prématurée. Le docteur lui dit qu’elle est trop jeune pour la chirurgie, de revenir à 60 ans. Il se contente de lui prescrire de l'acétaminophène.

La raideur continue de s’intensifier. Parfois, lorsque Liz est au lit, ses hanches se bloquent complètement ce qui l’empêche de bouger. Liz a alors la bonne idée de consulter un deuxième médecin qui lui propose de l’opérer vers la fin de l’année. À six mois d’intervalle, Liz se fait opérer les deux hanches puis entreprend un programme intensif de réadaptation. L’hôpital lui remet une liste d’équipement et d’accessoires de soutien à se procurer, comme des béquilles, une canne et un siège de toilette adapté. « S’il avait fallu que je passe par la pharmacie, ça aurait sans doute été au-dessus de mes moyens », raconte Liz. « Heureusement, l’hôpital m’a parlé de la Croix-Rouge. Ils m’ont fourni tout l’équipement dont j’avais besoin, sans frais. Ce fut incroyable ! »

La mère de Liz, Therese, se rappelle à quel point elle a été soulagée d’apprendre que sa fille se faisait prêter de l’équipement. « Je n’en revenais pas de voir que la Croix-Rouge lui prêtait tout cela sans rien lui demander en retour. » Pour témoigner sa reconnaissance et son soutien, Therese est devenue une donatrice mensuelle.

is aux situations d’urgence, aux tremblements de terre et aux crises humanitaires. Je n’avais jamais réalisé que la Croix-Rouge travaille aussi au niveau local et auprès des personnes qui ont besoin d’aide, dit Liz. C’est pour cette raison que je donne régulièrement à la Croix-Rouge. »


Service offert dans certaines provinces uniquement.