Aller au contenu
 

Julie Poirier et 5 maîtres-instructeurs de retour en Haïti

En septembre dernier, une première étape d'un projet de collaboration entre la Croix-Rouge canadienne et la Croix-Rouge haïtienne permettait de certifier 23 moniteurs de secourisme et de former 80 nouveaux secouristes bénévoles. Du 15 au 22 juin, six maîtres-instructeurs retournent en Haïti pour la deuxième phase du projet. Parmi eux se trouve Julie Poirier, une passionnée de secourisme qui a commencé à enseigner un peu par accident.

300 cours, ça dégêne!

Julie Poirier se destinait à une carrière en biochimie quand son père, directeur de l’école de secourisme Atout Plus, lui a demandé de donner des cours de Gardiens avertis. En acceptant de dépanner son père temporairement, elle ne se doutait pas qu’elle en ferait une carrière. Dix ans plus tard, Julie a offert plus de 300 cours de secourisme de la Croix-Rouge, ce qui signifie plus de 2100 personnes formées !

De nature timide, Julie n’avait jamais imaginé se retrouver devant un groupe d’adultes. L’idée la terrorisait. « Au début, je ne parlais pas assez fort et on me demandait de répéter. On peut dire que mon travail m’a vraiment aidé à vaincre ma timidité ! »

Avec le temps, Julie a non seulement pris de l’assurance en public, elle même a gravi les échelons pour devenir maître-instructeur, un métier qui la passionne.

«  En tant qu’instructeur, j’ai la chance d’être au centre de la circulation d’idées tant des anciens que des nouveaux moniteurs, ce qui permet de mieux se renouveler. »

Il arrive même parfois qu’un de ses anciens élèves l’appelle pour lui raconter comment il a sauvé une vie grâce à ses cours de secourisme.

C’est d’ailleurs grâce à son talent d’instructeur et sa grande facilité d’adaptation que Julie a été choisie pour une mission spéciale de formation de moniteurs en secourisme en Haïti. Ce programme d’une durée totale de trois ans vise à former un instructeur et 90 moniteurs et de secourisme haïtiens.

Julie ne tarit pas d’éloges envers les futurs secouristes qui ont suivi la première formation à l’automne dernier à Port-au-Prince.

« Ils m'ont impressionné un peu plus chaque jour et je crois avoir plus appris qu'eux de cette expérience, en les voyant travailler sans relâche, avec le sourire et en équipe, afin d'offrir la meilleure formation possible aux volontaires de la Croix-Rouge haïtienne, une belle et grande famille! »

Pour enseigner le secourisme en Haïti, il faut se mettre dans un autre mode de pensée : les ambulances n’arrivent pas aussi vite, les secouristes et les hôpitaux ne sont pas équipés comme ici. Ces limites font en sorte que les Haïtiens maitrisent souvent mieux certaines techniques de secourisme dont le déplacement des blessés sans civière et les bandages, nous explique Julie.

« L'adaptation de notre programme de secourisme à la réalité haïtienne était tout un défi, mais les qualités techniques et pédagogiques des nouveaux moniteurs en secourisme de la Croix-Rouge haïtienne formés lors de cette première phase du projet ont dépassées toutes mes attentes! »

Inutile de dire que Julie est très heureuse de retourner en Haïti cette semaine pour la seconde phase de la mission.

comments powered by Disqus