Dès l'éclosion du virus Ebola en Afrique de l'Ouest plus tôt cette année, la technologie a permis de détecter sa présence et de suivre sa propagation en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone.

Alors que le personnel médical sur le terrain traite les personnes infectées par Ebola et que les travailleurs de la Croix-Rouge sensibilisent la population pour prévenir la propagation du virus et pour en finir avec certains mythes, d'autres s'attaquent à la maladie avec des outils numériques.
 
HealthMapÉlaboré par des chercheurs de Boston, HealthMap est un outil qui surveille et regroupe des données provenant d'une multitude de sources en ligne à l'échelle de la planète, incluant les données trouvées sur les réseaux sociaux et portant sur des sujets en lien avec des menaces à la santé publique. L'outil calcule et analyse les données afin de fournir des renseignements à jour sur ce qui pourrait menacer la santé, comme le Virus du Nil, la rage, la bactérie E.coli et l'Ebola. Des cas de fièvre hémorragique en Guinée sont apparus sur HealthMap avant même que l'éclosion du virus Ebola soit officiellement confirmée, signe que le virus, absent de l'Afrique de l'Ouest auparavant, était passé au stade de menace. Il est possible d'observer l'actuelle évolution du virus Ebola sur le site www.healthmap.org/fr.
 
Les renseignements fournis par HealthMap, présentés de façon attrayante et interactive, sont offerts au grand public sur leur site web et via leur application. Un outil fort utile non seulement pour ceux qui luttent contre l'éclosion d'Ebola, mais également pour quiconque est à la recherche d'information sur de possibles menaces à la santé publique locale.
 
Par ailleurs, des bénévoles du monde entier collaborent aussi à lutter contre Ebola en aidant à l'élaboration de cartes géographiques plus précises pour les localités des pays touchés grâce à des logiciels libres et des données ouvertes. Cette cartographie est coordonnée par le regroupement Humanitarian OpenStreetMap Team (HOT), créé à la demande d'organisations comme la Croix-Rouge et MSF afin de soutenir les travailleurs humanitaires.