S'inspirer de son expérience personnelle pour aider les ukrainiens et les ukrainiennes arrivant au pays

Après le tremblement de terre dévastateur qui a touché le nord du Pakistan en 2005, Wajid Mughal a vu de ses propres yeux l’engagement et le dévouement dont a fait preuve l’équipe d’intervention d’urgence de la Croix-Rouge canadienne. C’est fort de cette expérience qu’il a décidé de se joindre à la Croix-Rouge et d’aider les autres.
 Un homme portant une veste de la Croix-Rouge canadienne dans la section des arrivées d'un aéroport.
« Dans ma ville natale, la Croix-Rouge canadienne était présente pour prêter main-forte à nos autorités locales, explique Wajid . J’ai vu ses équipes déployer des efforts pour aider les gens de mon pays, et cela m’a beaucoup touché. Ces personnes sont venues de l’autre bout du monde pour nous aider, alors quand je me suis installé au Canada, j’ai décidé d’agir moi aussi. »
 
Wajid est arrivé au Canada il y a quatre ans, malheureusement sans sa femme et ses deux enfants qui le rejoindront cependant bientôt. Il s’est joint à l’équipe de la Croix-Rouge canadienne, auprès de laquelle il a trouvé le soutien et la motivation dont il avait besoin. Wajid a été déployé pour venir en aide à des personnes touchées par les feux de forêt du nord de l’Ontario et par les inondations au Manitoba. Il a également œuvré au sein d’une clinique dans le cadre de la lutte contre la COVID-19 en Ontario et plus récemment, il était présent pour accueillir les personnes fuyant le conflit en Ukraine.
 
« J’ai reçu énormément de soutien émotionnel. Les gens m’ont beaucoup encouragé et cela me motive plus que jamais, déclare Wajid. Imaginez si vous deviez vous rendre sur les lieux d’une intervention alors que vous viviez des moments extrêmement difficiles et étiez loin de votre famille, tout en étant déterminé à aider votre communauté. Cette période a été très difficile pour moi, mais je suis content d’avoir fait quelque chose de positif pour la communauté. »
 
En ce moment, Wajid accueille les personnes en provenance de l’Ukraine à l’aéroport international Pearson de Toronto. Il puise dans sa propre expérience et dans sa compréhension de l’expatriation et des incertitudes face à l’avenir pour aider ces personnes qui doivent naviguer leur nouvelle vie dans un pays étranger. « Je comprends leur douleur parce que je l’ai vécue; quand une personne vit des difficultés, je n’hésite pas à lui tendre la main », explique-t-il. 
 
Wajid raconte avec beaucoup de fierté l’histoire d’une mère ukrainienne arrivée à Toronto avec ses deux fils. « Dès leur arrivée, je les ai accueillis et je leur ai parlé des types de services que nous offrons. Il y a une grande communauté ukrainienne à Toronto et j’ai orienté cette famille vers cette communauté tout en leur réservant une chambre d’hôtel. Ils étaient tous les trois soulagés d’avoir un endroit où passer la nuit. J’ai tout fait pour les mettre à l’aise et ils en étaient ravis. »
 
Wajid résume en quelques mots ce que signifie pour lui le fait de s’impliquer auprès de la Croix-Rouge canadienne et de venir en aide aux personnes dans le besoin:

« Je ressens une sorte de paix intérieure. C’est quelque chose de complètement différent. C’est mieux que de gagner de l’argent. Le fait d’aider les autres m’apporte une certaine sérénité, car je sais que je fais le bien autour de moi. »


Articles connexes: 

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à notre infolettre

Abonnez-vous pour obtenir des conseils de sécurité, des histoires du terrain et des informations sur la façon de vous engager auprès de la Croix-Rouge canadienne.

Archives