Une étude de la Croix-Rouge canadienne révèle les répercussions considérables de la pandémie chez les jeunes adultes

30 avril 2020

Une nouvelle étude menée par Léger pour le compte de la Croix-Rouge canadienne révèle qu’à l’ère de la COVID-19, près de la moitié des jeunes adultes au Canada sont en proie à une anxiété profonde et affichent des symptômes de dépression.

De plus, les constatations découlant de l’étude indiquent que 40 p. 100 des jeunes adultes (qui ont de 18 à 34 ans) ne sont pas optimistes envers l’avenir et que 38 p. 100 des jeunes adultes estiment que s’ils en avaient besoin, ils ne parviendraient pas à obtenir de l’aide immédiatement. 

Le Dr Paul Hébert, conseiller spécial de la Croix-Rouge canadienne et professeur de médecine à l’Université de Montréal, estime que ces résultats sont « inquiétants ».

« Tous groupes d’âge confondus, les adultes font état d’un moins bon état de santé général au cours du dernier mois. Mais la différence est plus marquée chez les plus jeunes adultes, explique-t-il. Ces derniers vivent plus de tristesse, de dépression et de désespoir que leurs aînés. »

Le Dr Hébert affirme qu’il n’y a pas de remède miracle pour remédier à la situation. Il conseille simplement aux proches, amis, voisins, employeurs et professionnels de la santé de se préoccuper du bien-être des jeunes adultes.

« N’attendez pas que votre fils, votre fille, votre ami(e) ou votre employé(e) vous appellent. Prenez de leurs nouvelles, comme vous prenez des nouvelles d’autres personnes vulnérables. Vérifiez comment ils vont. Faites en sorte qu’ils sachent que vous êtes là pour eux – et qu’une aide professionnelle est disponible, s’ils en ont besoin. »

L’étude de la Croix-Rouge s’est déroulée du 15 au 20 avril. D’un bout à l’autre du Canada, 2 200 adultes ont répondu au questionnaire en ligne. Les questions, qu’a élaborées interRAI, se penchaient particulièrement sur les perceptions de la population au sujet des répercussions sociales et psychologiques de la COVID-19. L’étude, qui se poursuivra au cours des prochains mois, prévoit un suivi auprès des précédents répondants.

« Nous sommes en territoire inconnu actuellement, précise le Dr Hébert. Pour offrir une aide pertinente, nous devons chercher à comprendre pleinement les effets de cette pandémie et les mesures qui sont prises pour y mettre fin. »

Autres constatations importantes découlant de l’étude de la Croix-Rouge canadienne :
  • La proportion d’adultes canadiens s’inquiétant de leur situation financière a bondi de 13 p.  100 par rapport aux niveaux observés avant la pandémie de COVID-19 pour atteindre 46 p. 100 dans cette population.
  • Les résultats de l’étude de la Croix-Rouge ne révèlent pas d’inquiétudes majeures chez les Canadiens quant à leur capacité d’obtenir de la nourriture ou des médicaments.
Pour consulter le résumé complet de l’étude et obtenir de l’information au sujet de l’offre de services de la Croix-Rouge dans le contexte de la pandémie de COVID-19, rendez-vous sur croixrouge.ca.

Pour en savoir davantage sur la Croix-Rouge canadienne et son travail au Canada et à l’international durant la pandémie de COVID-19, visitez notre site Web : www.croixrouge.ca.

À PROPOS DE LA CROIX-ROUGE CANADIENNE
Que ce soit ici au pays ou à l’étranger, la Croix-Rouge s’assure d’être auprès de la population avant, pendant et après une catastrophe. Membre du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, qui est composé de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, du Comité international de la Croix-Rouge et de 192 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, la Croix-Rouge canadienne a comme mission d’améliorer les conditions d’existence des personnes vulnérables en mobilisant le pouvoir de l’humanité au Canada et partout dans le monde.

LIGNES DE RELATIONS AVEC LES MÉDIAS
En anglais : 1 877 599-9602
En français : 1 888 418-9111