Libye et Syrie : la Croix-Rouge canadienne déplore la mort de nouveaux travailleurs humanitaires

Sujets: Dans le monde, Situations d'urgence et catastrophes dans le monde
05 juin 2014

Ottawa, le 5 juin 2014 – Le mercredi 4 juin, la Croix-Rouge canadienne a appris que Michael Greub, un collaborateur du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), avait été tué dans la ville de Syrte, en Libye. De nationalité suisse et âgé de 42 ans, M. Greub était le chef de la sous-délégation du CICR à Misrata. Il a été assassiné hier, vers midi, par des hommes armés, à la sortie d’une réunion avec deux collègues.

« La Croix-Rouge canadienne joint sa voix à celle du CICR qui condamne dans les termes les plus vigoureux cette attaque odieuse, » a déclaré Conrad Sauvé, secrétaire général et chef de la direction, Croix-Rouge canadienne. « M. Greub était un travailleur humanitaire dévoué, qui a consacré de nombreuses années de sa vie à aider les autres. Nous tenons à présenter nos plus vives condoléances à la famille, aux collègues et aux amis de la victime. »

M. Greub travaillait pour le CICR depuis plus de sept ans et avait effectué des missions en Irak, au Soudan, au Yémen et à Gaza. Il était en poste à Misrata depuis le mois de mars 2014. Les deux collègues qui étaient avec lui lorsque l’incident s’est produit sont indemnes.

Cette terrible nouvelle suit de près celle d’autres assassinats. En effet, en début de semaine, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (le Mouvement) ont confirmé la mort de deux bénévoles du Croissant-Rouge arabe syrien : Quteiba Abdallah et Wassim Mohammed Qassoha. Deux autres bénévoles blessés en avril sont toujours dans un état critique.

Solidaire de ses partenaires du Mouvement, la Croix-Rouge canadienne adresse ses sincères condoléances aux familles de Quteiba Abdallah et de Wassim Mohammed Qassoha. Elle demande à toutes les parties au conflit syrien de respecter les obligations qui leur incombent en vertu du droit international humanitaire. En particulier, elles sont tenues d’accorder au personnel de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge un accès sûr et sans entrave aux personnes touchées par le conflit.

Depuis le début du conflit en Syrie, 36 bénévoles et employés du Croissant-Rouge arabe syrien et sept bénévoles et employés du Croissant-Rouge palestinien ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions. Tous étaient clairement identifiés en tant que travailleurs humanitaires par l’emblème du croissant rouge, symbole protégé par le droit international humanitaire tout comme celui de la croix rouge.

« La sécurité de tous les travailleurs humanitaires doit impérativement être garantie, » a affirmé M. Sauvé. « Ce type de mort tragique se fait malheureusement de plus en plus fréquent. Nous condamnons véhémentement ces attaques. »

Section Widgets