Une tatoueuse de la C.-B. amasse 24 000 $ au profit de la Croix-Rouge

Topics: Colombie-Britannique, Situations d'urgence et catastrophes au Canada, Philanthropie
Article écrit par Tyler Munro, Croix-Rouges canadienne | 25 janvier 2019

Kelsey Bareham a tatoué de nombreuses personnes dans le cadre de la campagne #Trees4BC.

D’aussi loin qu’elle se souvienne, Kelsey Bareham a toujours voulu donner à son prochain, mais elle n’en avait pas nécessairement les moyens. « En tant que tatoueuse, j’ai connu des périodes de vaches maigres, dit-elle en repensant à ses premières années dans le métier. Mais ça ne m’empêchait pas de vouloir aider les gens. » 

Puis, la carrière de Kelsey a pris de l’essor et elle a pu ouvrir en 2016 son propre salon de tatouage, le Whistler Tattoo Company. L’entrepreneure venait de trouver une façon de mettre son talent au service des personnes dans le besoin. En organisant une collecte de fonds pour la Croix-Rouge canadienne, elle a réussi à amasser plus de 24 000 $ au profit des victimes des feux en Colombie-Britannique.
  
Kelsey admet que c’est une cause qui la touche particulièrement. Celle qui a grandi à Pemberton, un village montagnard situé à deux heures de route au nord de Vancouver, se remémore une soirée où la fumée a incommodé sa plus jeune fille, qui n’avait alors qu’un an. « Je me rappelle, c’était l’été et il faisait 35 oC dans sa chambre. Comme la maison n’était pas climatisée, nous avons ouvert la fenêtre. »

Moins de trente minutes plus tard, la fumée avait envahi la chambre, si bien que la fille de Kelsey s’est mise à saigner du nez. « Elle n’avait que 14 mois et elle toussait beaucoup. Nous ne pouvions même plus ouvrir les fenêtres », déplore la jeune femme.

Depuis, Kelsey a également été témoin de l’impact des feux de forêt sur sa communauté et bien d’autres en province. « Ce soir-là, quand [ma fille] saignait du nez, j’ai compris que nous ne pouvions plus respirer dans la maison. Nous avons dû dormir dans le garage. C’est à ce moment que j’ai senti que je devais agir. »

L’idée a fait son chemin et, durant l’été de 2017, Kelsey a eu un éclair de génie. 

Une idée qui fait des petits

Inspirée par les reportages sur les feux de forêt dans les bulletins de nouvelles régionaux et nationaux, Kelsey a dessiné 12 arbres différents. Elle les a ensuite publiés sur une page Facebook locale pour offrir de les tatouer en échange d’un don à la Croix-Rouge canadienne. Personne n’aurait pu prévoir l’enthousiasme populaire qu’elle avait ainsi soulevé. 

« Après avoir publié mes dessins, j’ai fermé mon téléphone et je suis allée me coucher, raconte Kelsey. Le lendemain matin, j’avais plus de 300 notifications Facebook. » C’était le début de sa campagne #Trees4BC. Après le relais de la nouvelle dans les médias, le salon de tatouage de Kelsey ne suffisait plus à contenir les files d’attente. La cause que l’entrepreneure soutenait avait trouvé un écho dans la communauté, tout comme ses dessins avaient trouvé le corps de centaines, voire de milliers de Britanno-Colombiens et Colombiennes.
 
En fait, la demande était si forte que Kelsey a dû appeler du renfort : les tatoueurs qu’elle employait déjà lui ont prêté main-forte, puis d’autres salons en province se sont joints à l’initiative, notamment Vancouver’s Liquid Amber, Whistler’s Black Ohm et Gibsons Black Swan, qui a de nouveau offert son aide l’année suivante. Au total, ces trois salons de tatouage ont généré des dons s’élevant à 24 199 $ la première année seulement.
 
Les retombées de telles sommes sont indéniables. En effet, la participation de la communauté à des campagnes telles que #Trees4BC permet à la Croix-Rouge canadienne d’aider les sinistrés. Les dons se transforment en aide financière qui permet aux familles éprouvées de souffler entre deux paiements, d’entreprendre des rénovations ou de trouver un endroit où loger temporairement. L’argent amassé se concrétise en brosses à dents, en savon, en shampooing, bref, en articles essentiels que des milliers de personnes ont dû abandonner derrière elles, dans la confusion qui règne lors d’évacuations de villes entières. Ces dons peuvent se changer en balais, en gants et en grand nettoyage, mais ils sont surtout synonymes d’efforts soutenus pour aider les citoyens de la Colombie-Britannique à se relever d’une rude épreuve. 

Cette photo a été prise au chalet d’une amie de Kelsey, peu de temps après les incendies en C.-B.

En savoir plus: 2017 Feux | 2018 Feux

« Les gens pouvaient voir le brasier et sentir la fumée. À mon avis, c’est ce qui explique en partie l’engouement pour le projet, explique Kelsey. C’est partout autour d’eux, même quand ils faisaient la file pour se faire tatouer. »

« Je suis encore étonnée quand je pense au nombre de personnes prêtes à modifier leur apparence de façon permanente en guise de solidarité », ajoute-t-elle.

Un souvenir indélébile

À la blague, Kelsey parie qu’elle pourrait tatouer un des arbres de la campagne #Trees4BC les yeux bandés et les mains attachées dans le dos. De façon plus réaliste, elle est consciente que les besoins se font toujours sentir. Les incendies sont devenus chose commune dans certaines régions de la Colombie-Britannique. La mère de famille ajoute que ses enfants parlent parfois d’août comme étant le « mois de la fumée », car cette réalité a toujours fait partie de leur vie. L’odeur du brasier qui approche est facilement reconnaissable, selon Kelsey, qui décrit l’effet des feux de forêt sur le quotidien des résidents. 

« Je crois qu’une des raisons qui a motivé beaucoup de personnes à participer est qu’elles ignoraient comment aider, explique Kelsey. Une des phrases que j’ai le plus entendues est “Je tiens à contribuer, mais je ne sais pas comment le faire.” »

Cette sorte d’impuissance citoyenne a inspiré la tatoueuse, que le soutien de la communauté a grandement émue. Elle constate que les gens ont tous un rapport différent aux incendies, mais qu’en fin de compte, la catastrophe a rallié la communauté comme jamais auparavant. 

Kelsey décrit un moment particulièrement touchant qu’elle n’oubliera pas de sitôt, malgré les milliers de clients qu’elle a tatoués au cours de sa carrière. 

« Tout juste après que l’ordre d’évacuation a été levé, un homme faisait la file. Il était en route pour chez lui, mais il avait décidé d’arrêter sur son chemin pour se faire tatouer. Toutes les autres personnes qui attendaient le faisaient passer avant elles, pour qu’il se puisse rentrer à la maison le plus rapidement possible. »

Ce sont des moments comme celui-là qui donnent du sens à son travail. Des instants furtifs qui, ensemble, se transforment en un grand mouvement. Mouvement qui, dans ce cas-ci, s’est avéré essentiel au rétablissement d’une province qui renaît de ses cendres. 

« Si chaque personne consacrait un peu de son énergie à faire du bien, tout le monde sentirait des ondes positives, croit Kelsey. J’essaie juste de changer les choses un peu, à ma façon. »


Aimeriez-vous recueillir des fonds en ligne ou organiser une collecte de fonds? Nous pouvons vous aider!

La collecte de fonds est simple : nous pouvons créer une page Web personnalisée pour vous aider à atteindre vos objectifs.

Si vous désirez organiser un événement ou toute autre activité de financement pour appuyer une intervention d’urgence, un programme ou un service de la Croix-Rouge, nous pouvons vous offrir des outils et des conseils pour en assurer la réussite.

Cliquez ici pour en savoir davantage!