Obligation de confidentialité

Le principe de la confidentialité s’avère particulièrement important dans le cadre du Programme de suivi des conditions de détention.

En effet, les personnes détenues à des fins d’immigration se trouvent souvent dans des situations précaires. Elles sont privées de leur liberté et leurs mouvements sont surveillés de près. Les personnes qui ont vécu des événements traumatisants dans leur pays d’origine peuvent montrer une plus grande vulnérabilité. À titre de nouveaux arrivants au Canada, les personnes détenues à des fins d’immigration peuvent également faire face à des défis de taille, dont le manque de soutien social et les barrières linguistiques.

En appliquant une politique rigoureuse en matière de confidentialité, la Croix-Rouge canadienne parvient à gagner la confiance des personnes détenues à des fins d’immigration. À cet égard, les employés et les bénévoles de la Croix-Rouge ne peuvent transmettre aucun renseignement fourni par un détenu aux autorités ou à un tiers sans le consentement explicite de ce détenu.

Ce devoir comporte toutefois des exceptions, notamment en case de soupçons raisonnablement fondés de violence envers un enfant ou de renseignements crédibles selon lesquels un détenu envisage de s’infliger des blessures ou de faire du mal à une autre personne au sein de l’établissement. Ces exceptions ont préséance sur l’obligation sur l’obligation de confidentialité.