Intervention de la Croix-Rouge

En assistant à l’atelier SmartStart: Community Access to First Aid, les personnes allophones nouvellement arrivées au Canada apprennent qu’elles peuvent obtenir de l’aide dans leur propre langue lorsqu’elles composent le 911. De plus, elles prennent connaissance des ressources à leur disposition en cas d’urgence et de ce qu’elles peuvent faire en attendant les secours. Elles apprennent ainsi à sauver une vie.

Des centaines de familles assurent leur protection et des collectivités se voient renforcées grâce au cours d’Introduction au secourisme qui s’adresse aux groupes communautaires, aux classes d’anglais langue seconde, aux parents et parents-substituts ou tout simplement à un groupe d’amis partageant le désir d’apprendre. Munis de matériel fourni en partenariat avec le service 911 du district régional de Grand Vancouver, des moniteurs de la Croix-Rouge dûment formés en secourisme offrent le cours dans 19 langues différentes.* Les cours sont entièrement financés par des dons et traitent des thèmes suivants :

  • les dangers courants et la prévention des traumatismes à la maison – les cours sont adaptés en fonction du public cible, par exemple les besoins particuliers des jeunes mères, ou encore les risques de chute chez les personnes aînées;
  • les facteurs qui contribuent à une bonne hygiène de vie;
  • les principes de l’intervention d’urgence – comment intervenir en toute sécurité;
  • les soins de base;
  • les services d’urgence – comment utiliser le 911 à bon escient et accéder au service dans d’autres langues;
  • les soins à donner en cas d’obstruction, d’hémorragie et de fractures;  
  • la prévention des empoisonnements – obtenir l’aide du Centre antipoison;
  • les signes et symptômes d’une crise cardiaque et d’un accident vasculaire cérébral.

* Le cours s’offre actuellement en afrikaans, en allemand, en amharique, en anglais langue seconde, en arabe, en cantonais, en coréen, en espagnol, en farsi, en français, en hindi, en mandarin, en néerlandais, en panjabi, en swahili,  en tagal, en taïwanais, en tamoul et en vietnamien.  

Voici un aperçu des personnes qui ont bénéficié de cette formation :

  • des personnes aînées vivant seules;
  • des femmes et des mères monoparentales qui ne parlent pas anglais;
  • des nouveaux immigrants et réfugiés en difficulté financière;
  • des personnes s’occupant d’enfants;
  • des personnes confrontées à d’autres problèmes au sein de la collectivité allophone, tels que l’isolement, une infirmité, la toxicomanie ou l’alcoolisme.

Nos sondages indiquent que 66 % des participants n’ont jamais auparavant suivi de formation en secourisme.