p-SOM0595-min.jpgLa crise s’étend sur plusieurs pays et touche des millions de personnes.

L’insécurité alimentaire dans laquelle vivent des millions de personnes en Afrique a atteint un niveau sans précédent. Dans le monde, on estime que près de 76 millions de personnes provenant de 45 pays majoritairement africains risquent d’avoir besoin d’aide alimentaire d’urgence en 2018. Il s’agit d’une augmentation de 60 % par rapport à 2015. Des millions d’hommes, de femmes et d’enfants en Éthiopie, au Kenya, au Nigéria, en Somalie et au Soudan du Sud ont besoin d’une aide humanitaire sur-le-champ.

L’insécurité alimentaire a de lourdes conséquences.

L’insécurité alimentaire ne fait pas que semer la faim, la soif et la mort. Son impact est encore plus profond et peut se faire ressentir pendant plusieurs années. L’insécurité alimentaire peut se traduire par des éclosions de maladies, des populations obligées de quitter leur foyer et leur communauté en quête de stabilité, l’interruption du cursus scolaire des enfants, des problèmes de malnutrition ou encore la perte des moyens de subsistance.

Il s’agit d’une crise continue. 

Nous qualifions souvent les catastrophes comme celle-ci de « catastrophes silencieuses », car elles font rarement la une des journaux internationaux. Bien qu’il soit difficile de savoir comment la situation va évoluer en 2018, tout le monde s’accorde pour dire que les conditions seront difficiles et que des millions de personnes seront touchées. La sécheresse n’est pas l’unique facteur à l’origine de cette insécurité alimentaire.

Dans certaines régions touchées par les conflits, on peut noter une augmentation de l’insécurité alimentaire. Ces conflits peuvent perturber les systèmes alimentaires, compromettre les moyens de subsistance, forcer les populations à fuir leur maison et compliquer l’accès à l’aide humanitaire essentielle pour les personnes qui en ont besoin. Les récoltes sont aussi mises à mal par des facteurs comme l’apparition des chenilles légionnaires.

IMG_4799-min.jpgL’éclosion de maladies est un risque réel.

Les personnes qui souffrent de malnutrition sont particulièrement vulnérables aux maladies. L’eau non potable peut entraîner des maladies comme le choléra et la diarrhée liquide aiguë. Dans certaines communautés, l’accès à l’eau potable et à des installations sanitaires peut être limité ou non existant.

Les gens et les communautés perdent leurs sources de revenus.

En raison de la sécheresse et des conflits qui sévissent dans ces régions, les habitants ont de plus en plus de mal à gagner leur vie. Les mauvaises récoltes, la perte du bétail et les déplacements forcés des populations sont des facteurs qui contribuent à limiter les sources de revenus. Il s’agit là de l’un des moyens par lesquels la sécheresse laisse des cicatrices profondes et durables.

La Croix-Rouge intervient aux niveaux local, régional, national et mondial.

 L’organisation fournit de l’aide humanitaire à ceux qui sont touchés par cette catastrophe silencieuse et complexe. Chaque pays est différent et les communautés vivent la crise différemment; elles ont donc besoin d’un soutien adapté à leurs besoins uniques.
Voici quelques exemples de l’aide offerte par la Croix-Rouge :

  • Distribution de rations alimentaires d’urgence, d’eau et d’articles de première nécessitéEthiopia_vet_1-(1).jpg
  • ​Réhabilitation de sources d’eau et mise en place de nouvelles sources d’eau potable.
  • Distribution d’outils, comme des graines ou du matériel de pêche, permettant de varier les sources de produits alimentaires.
  • Appui en matière de soins médicaux, notamment par l’aménagement de la clinique de traitement du choléra de la Croix-Rouge, ainsi que les soins prodigués aux femmes enceintes et qui allaitent, aux bébés et aux enfants.
  • Soins vétérinaires pour le bétail.
  • ​Soutien aux moyens de subsistance.

​La formation joue un rôle important lors d’une crise.

Dans le cadre du programme de Renforcement des capacités d’intervention d’urgence en Afrique (RECA), la Croix-Rouge canadienne, appuyée par le gouvernement du Canada, aide à former et à outiller les Sociétés locales de la Croix-Rouge afin qu’elles puissent mieux intervenir lors de catastrophes.

Vous pouvez aider  

Les dons faits au fonds « Appel en faveur des victimes de la sécheresse en Afrique » aideront la Croix-Rouge à poursuivre son travail dans les pays touchés par cette catastrophe.