Du 4 au 10 février, nous soulignons la Semaine du développement international et profitons de l’occasion pour vous faire découvrir les efforts que nous déployons de par le monde pour bâtir des collectivités plus résilientes, comme ce projet au Pakistan qui aide les collectivités à combler un besoin essentiel — l’accès à l’eau potable.

Quand l’accès à l’eau est difficile, tout devient difficile.

Picture1_600.jpgC’est pourquoi la Croix-Rouge canadienne et le Croissant-Rouge du Pakistan travaillent de concert afin de trouver des solutions pour faciliter l’accès à l’eau potable dans la région de Tharparkar (dans la province de Sindh) affectée par la sécheresse. Un projet pilote a été mis sur pied dans dix communautés de Tharparkar afin d’installer des pompes à eau alimentées à l’énergie solaire afin de répondre aux besoins des populations locales.

La région éloignée de Tharparkar reçoit à peine plus de 250 mm de précipitations par année. Ses réseaux d’irrigation étant limités, les habitants de la région dépendent des nappes d’eau souterraines pour leur alimentation en eau.

Picture2_600-(1).jpgDans ces communautés, la corvée de la collecte de l’eau revient principalement aux femmes et aux enfants. En moyenne, trois membres de chaque foyer passent de trois à cinq heures par jour à aller chercher de l’eau pour leur famille et le bétail. C’est une tâche exténuante. Pendant la saison sèche, ils doivent parfois parcourir au moins 3 km pour satisfaire les besoins essentiels en eau potable de leur famille. L’effort colossal nécessaire pour puiser de l’eau manuellement dans un puits d’une profondeur de 250 à 300 mètres est très éprouvant, tant sur le plan physique que psychologique.

Dans le cadre du projet, on a submergé des pompes dans des puits existants afin d’alimenter des réservoirs. L’eau ainsi collectée est plus facile d’accès et peut être entreposée, garantissant ainsi un accès continu à de l’eau potable et éliminant les efforts nécessaires pour la remonter à la surface.

Les conditions climatiques de la région étant propices à l’exploitation de l’énergie solaire, les pompes solaires représentent une solution pratique, particulièrement dans les villages et les maisons isolés qui n’ont pas accès au réseau électrique. Non seulement ces pompes facilitent-elles l’accès à l’eau potable, mais elles permettent aux personnes chargées de la cueillette de l’eau d’économiser du temps et de l’énergie. Les enfants ont désormais le temps de fréquenter l’école et les femmes peuvent s’adonner à des tâches plus productives. Dans certaines collectivités, le temps consacré à aller chercher de l’eau est passé de trois à cinq heures par jour à une heure ou même 30 minutes.Picture10_600.jpg

Selon Andrea Peters, agente de programme pour l’Afghanistan et le Pakistan, ces pompes ont un impact considérable sur la vie des personnes touchées : « Un des villageois a pointé une vieille femme du doigt et nous a raconté qu’avant l’installation des pompes solaires, celle-ci devait demander de l’aide chaque fois qu’elle avait besoin d’eau parce qu’elle n’était pas assez forte pour tirer l’eau du puits. Maintenant, elle n’a qu’à marcher au réservoir, ouvrir le robinet et prendre l’eau dont elle a besoin ».

Le projet d’installation des pompes solaires tire maintenant à sa fin. Celui-ci comprenait également des volets sur la santé communautaire, les premiers soins ainsi que des formations pour les membres des comités locaux responsables de l’entretien des puits et des pompes.