Billet de Diana Coulter
 

IMG_0645_300.jpgBien avant que l’ouragan Irma ne frappe Haïti et la République dominicaine, des bénévoles des Sociétés nationales de la Croix-Rouge de ces pays étaient déjà formés et prêts à intervenir grâce aux compétences, aux systèmes et au matériel acquis dans le cadre du projet de Renforcement des capacités d’intervention d’urgence dans les Amériques (RCIUA) de la Croix-Rouge canadienne.
 
Comment le projet RCIUA a-t-il aidé ces Sociétés de la Croix-Rouge à se préparer à l’éventualité de tempêtes puissantes comme Irma?
 
 En Haïti, le projet RCIUA avait fait une différence marquante avant le passage de l’ouragan. Les équipes qui avaient été formées par RCIUA étaient prêtes à se rendre rapidement dans des endroits stratégiques afin de prévenir les communautés vulnérables, de participer aux activités de préparation et de collaborer avec les autorités gouvernementales pour organiser les évacuations.
 
Ouragan Irma
« Depuis le passage de l’ouragan Irma, je peux constater que la Croix-Rouge haïtienne a considérablement amélioré sa capacité à coordonner les opérations du Mouvement de la Croix-Rouge, affirme Anastase Jaribu, coordonnateur régional de la gestion des risques liés aux catastrophes du programme RCIUA. Elle joue un rôle de premier plan et est très efficace. »
 
Qu’il s’agisse d’apprendre aux premiers intervenants comment utiliser les données mobiles pour prendre des décisions plus rapidement ou de montrer aux bénévoles comment organiser des activités récréatives pour réduire le stress des enfants victimes de catastrophes, l’objectif du projet RCIUA est clair : aider à renforcer la capacité des Sociétés nationales à intervenir et à venir en aide aux populations les plus vulnérables lorsqu’une crise survient.
 
Grâce au soutien du gouvernement du Canada, le projet a été mis en œuvre en 2014 en Haïti, en République dominicaine, au Honduras, au Nicaragua et en Jamaïque. Dans chacun de ces pays, les activités de RCIUA tiennent compte des besoins et des priorités déterminés par chaque Société nationale.
 
Ouragan IrmaEn Haïti, la formation et le soutien fournis dans le cadre du projet RCIUA ont permis d’aider les sections locales de la Croix-Rouge haïtienne à mieux gérer les centres d’opérations d’urgence qui sont responsables des interventions dans l’ensemble du pays. Les premiers intervenants locaux formés dans le cadre du projet RCIUA continuent à jouer un rôle important en coordonnant les équipes de bénévoles de la Croix-Rouge haïtienne et en formant à leur tour des bénévoles. Des articles non alimentaires comme des bâches, des couvertures, des seaux, des trousses d’hygiène et des ustensiles de cuisine ont également été distribués par l’entremise du projet RCIUA.
 
En République dominicaine, les bénévoles locaux de la Croix-Rouge étaient mieux préparés à intervenir à la suite de l’ouragan Irma grâce à la formation qu’ils ont reçue. Avant la catastrophe, le programme leur a permis de recevoir une formation sur l’évaluation des dommages et des besoins, ainsi que sur les projets d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène. « Le projet RCIUA nous a fourni les ressources et la capacité de mieux répondre aux besoins de la communauté », a déclaré Gaspar Sanchez, coordonnateur national du renforcement des capacités internes de la Croix-Rouge dominicaine.
 
Étant donné que les enfants, les adolescents, les femmes enceintes et les personnes handicapées comptent parmi les plus vulnérables lors de situations d’urgence, le projet RCIUA a permis de former des bénévoles en soutien psychosocial. Depuis, les équipes de la Croix-Rouge dominicaine ont offert leurs services dans un centre d’accueil mis sur pied pour venir en aide aux personnes touchées par l’ouragan Irma. Elles y organisent des activités récréatives et d’autres initiatives visant à réduire le stress des sinistrés et à encourager des interactions saines au sein de la communauté.
 
Selon le docteur Leonardo Arias, directeur de la santé à la Croix-Rouge dominicaine, « le projet RCIUA nous a été d’une aide précieuse pendant ces moments difficiles ».