Cette année, les équipes de la Croix-Rouge canadienne sont venues en aide à des demandeurs d’asile partout au pays. Elles ont notamment fourni des services de rétablissement des liens familiaux au poste frontalier de Saint-Bernard de Lacolle, au Québec. Offerts 24 heures sur 24, ces services ont permis aux familles séparées de demeurer en contact malgré la distance.

En raison de l’augmentation du nombre de demandeurs d’asile quittant les États-Unis pour le Québec et le Canada, l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a demandé à la Croix-Rouge de l’aider à fournir des services à ceux qui attendent que leur demande soit traitée au poste de Saint-Bernard-de-Lacolle. De nombreux services humanitaires ont été fournis en appui au gouvernement du Canada, au gouvernement du Québec et aux autres organismes ayant pour mandat d’accueillir les demandeurs d’asile. 
 
Au mois d’août, plus de 1 500 appels ont été effectués afin de maintenir les liens familiaux et de s’assurer que les demandeurs d’asile reçoivent tout le soutien dont ils ont besoin. Au mois de décembre 2017, ce chiffre était passé à 3 000. En plus d’aider au rétablissement des liens familiaux et d’offrir des services de santé essentiels, la Croix-Rouge a également procédé à la distribution de trousses d’hygiène personnelle, de couvertures, d’articles pour bébé et de vivres.

Rétablissement des liens familiaux à LacolleLes bénévoles jouent un rôle important auprès des demandeurs, notamment en les mettant en contact avec leur famille. Tous les jours, plus de 70 bénévoles étaient mobilisés pour venir en aide aux demandeurs d’asile à Saint-Bernard-de-Lacolle, au Québec.

Paul Mary Jean, un bénévole de la Croix-Rouge ayant immigré au Québec en provenance d’Haïti il y a 12 ans, a passé tout le mois d’août à Lacolle pour y fournir des services de rétablissement des liens familiaux. Paul Mary indique que cela lui fait plaisir d’aider ces familles.


 « Les gens sont très heureux de pouvoir communiquer avec leurs familles, et celles-ci sont à leur tour rassurées d’avoir des nouvelles de leurs proches ».
 
Chaque famille est unique, chaque parcours aussi. Selon Paul Mary, au début, la plupart des personnes qui recevaient l’aide de la Croix-Rouge étaient d’origine haïtienne; cependant, tout au long de l’opération, les services de rétablissement des liens familiaux ont aussi été sollicités par des gens venant des quatre coins du monde. Paul Mary a ainsi raconté : « À cause du décalage horaire, nous travaillons aussi de nuit pour permettre aux gens de communiquer avec leur famille au Moyen-Orient ».
 
Les fêtes de fin d’année étant une occasion pour les familles de se retrouver, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) vient de publier une courte vidéo au titre évocateur ‒ Le pire cauchemar de tous les parents ‒ qui met en évidence la valeur et l’importance des liens familiaux non seulement pendant les Fêtes, mais aussi à longueur d’année.
 

 
Le Programme de rétablissement des liens familiaux aide les familles à rétablir le contact lorsque tous les autres moyens échouent. La livraison de messages Croix-Rouge et les efforts de recherche pour localiser des proches dont on a perdu la trace se font à l’aide du réseau du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, dont font partie les délégations du CICR et les Sociétés nationales présentes dans plus de 190 pays à travers le monde.  
 
Au Canada, le Programme de rétablissement des liens familiaux de la Croix-Rouge fournit des services en tous genres, comme la confirmation de détention, les demandes de renseignements sur la santé et le bien-être ainsi que le rétablissement de liens familiaux pouvant s’étaler sur plusieurs générations.