Après une mission de plus de deux ans au service de la Croix-Rouge canadienne au Soudan du Sud, Pamela Riley revient au Canada la tête pleine de souvenirs et d’expériences mémorables, heureuse d’avoir mené à bien divers projets et noué des relations. Un enfant a même reçu le prénom de Pamela, en son honneur!

PamelaandPamela-(1).jpgPendant son mandat, Pamela a été responsable d’un projet dans le comté de Budi, réalisé en partenariat avec la Croix-Rouge du Soudan du Sud et avec un financement du Gouvernement du Canada. Le but du projet était de renforcer la sécurité alimentaire par l’introduction de nouvelles techniques agricoles, par la distribution de semences et d’outils et par la diversification des régimes alimentaires. Grâce à ce projet, les gens se sont notamment mis à cultiver de nouvelles variétés d’aliments, comme les carottes, qui leur étaient totalement inconnues et auquelles ils ont vite pris goût.

« Comme le temps est passé vite!, s’exclame Pamela. Mon équipe était vraiment formidable et notre travail a donné des résultats tangibles dans la collectivité. Les habitants en sont vraiment reconnaissants. À titre d'exemple, nous avons fondé une école agricole où les fermiers pouvaient apprendre de nouvelles techniques. Ils ont notamment appris à semer en rayon, ce qui n’est pas courant dans cette région. Pour bien illustrer l’avantage de cette technique, nous leur avons demandé de semer en rayon sur la moitié d’un champ, puis de semer à la volée sur l’autre moitié. Ils ont pu constater la différence de rendement entre les deux techniques et voir que les rangs facilitaient grandement le désherbage. »

Des succès partagés et reconnus! 
Heureux de cette réussite, les agriculteurs ont fait part de leurs nouvelles connaissances aux autres habitants locaux. Le comté s’est vite démarqué par la qualité et la diversité de ses cultures, remportant même le premier prix d’une foire agricole nationale deux années de suite, en 2013 et en 2014.

« Une agricultrice qui travaille à la Croix-Rouge du Soudan du Sud a décroché la palme du meilleur agriculteur au pays et s’est méritée une charrue à traction animale. Elle n’arrivait pas à y croire! Elle se réveillait au beau milieu de la nuit pour s’assurer que sa nouvelle charrue était réellement là. »

L’équipe de la Croix-Rouge a également remporté un franc succès avec un projet de réduction des risques axé sur la diversification des moyens de subsistance. Le projet a aidé les membres de la collectivité à trouver de nouvelles sources de revenus et à faire des économies, leur donnant ainsi les moyens de traverser d’éventuelles épreuves.

Le bouche-à-oreille qui aide à multiplier la construction de fours écoénergétiques
« Un autre bel exemple de projet de sécurité alimentaire que notre équipe a mené est la construction de fours écoénergétiques, ajoute Pamela. Ces fours sont faits en terre cuite et consomment peu de bois de chauffage, ce qui est intéressant d’un point de vue environnemental. Grâce aux fours, les femmes ont plus de temps à consacrer à d’autres activités productives, comme le jardinage.  Nous avons offert de la formation à 112 personnes, puis le bouche-à-oreille s’est occupé du reste. Les autres femmes voyaient bien les avantages des fours écoénergétiques et elles ont voulu en construire à leur tour. Le projet a eu un succès phénoménal! À l’heure actuelle, on compte plus de 1 500 fours de ce genre dans le comté. »

Des liens solides avec les collectivités
Pamela se rappelle aussi qu’à son arrivée, il y a plus de deux ans, peu de gens connaissaient la Croix-Rouge et son mandat.

« La plupart des Soudanais n’avaient jamais entendu parler de la Croix-Rouge, explique-t-elle, sauf ceux qui avaient passé du temps dans un camp de réfugiés pendant la guerre. On ne connaissait simplement pas la Croix-Rouge dans ce comté. Nos projets nous ont permis de nouer des liens solides avec les collectivités d’ici et certains ministères qui ont participé à nos activités. Au cours des deux dernières années, environ 25 000 personnes ont bénéficié de nos projets, que ce soit dans le domaine de l’agriculture, de l’approvisionnement en eau, de l’hygiène ou de l’assainissement. »

Pamela et Pamela
Les relations qui se sont forgées au fil du temps resteront longtemps gravées dans les mémoires, peut-être même pendant plusieurs générations, car il est arrivé que des bénéficiaires veuillent rendre hommage à un ami de la Croix-Rouge en donnant son nom à leur enfant. 

« Le gardien de sécurité qui veillait sur les lieux où j’habitais a nommé sa fille en mon honneur, raconte Pamela. C’est le plus beau compliment que l’on puisse me faire et une manière très flatteuse d’exprimer sa reconnaissance. C’est aussi un gage de l’amitié sincère qui nous unit. »

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les projets de la Croix-Rouge canadienne au Soudan du Sud, veuillez consulter l’article suivant

Consultez notre site web pour en savoir plus sur la Semaine du développement international.